ActuVaccins

Actualités des vaccins

Disons-le en préambule, nous sommes favorables aux vaccinations qui ont, au cours du siècle dernier, éradiqué la Variole, quasiment fait disparaitre la Poliomyélite, ont relégué au confins du monde développé des maladies comme la Diphtérie et réduit de façon spectaculaire la fréquence du Tétanos. Mais nous considérons aussi que chaque vaccin réalise une déformation de l’espace immunitaire (les immunologues parlent d’un « épaississement du réseau de Jerne ») et qu’à ce titre, elle n’est jamais anodine. Pour mieux en comprendre les mécanismes et les conséquences pour chaque type de vaccins, lire notre e-book « Les vaccins » (à commander sur ce site).

La politique du « tout vaccinal » menée actuellement dans certains pays (la France en tête) ne nous parait pas très raisonnable, car les polyvaccinations précoces sont – de notre point de vue – les premières responsables de la multiplication par quatre ces quinze dernières années des maladies allergiques de la petite enfance. Il nous semble plus raisonnable d’adapter le calendrier vaccinal aux risques réels, tout en surveillant les affections « suites de vaccination », ci joint quelques réflexions récentes :

1/ Pharmacovigilance (Le quotidien du Médecin Juin 2008) : « Par mesure de précaution et en accord avec l’AFSSAPS, Sanofi Pasteur MSD a décidé de suspendre temporairement la distribution de son vaccin DTPolio. Une augmentation importante du nombre des manifestations allergiques (urticaire, gonflement du visage, difficultés respiratoires) observées à la suite de l’administration de ce vaccin a en effet été relevée depuis le début de l’année 2008, par rapport aux années précédentes. Des investigations complémentaires en cours devraient permettre de découvrir l’origine de cette anomalie ».

.

2/ Les jeunes adolescentes doivent-elles « se faire vacciner contre le cancer de l’utérus » ? Il existe à présent deux vaccins HPV (GARDASIL = HPV 6/11/16 et 18 de Sanofi Pasteur MSD et CERVARIX = HPV 16/18/31 et 45 de Glaxo Smith-Kline). Ces vaccins (fabriqués par génie génétique) sont adjuvés à l’aluminium (dont on soupçonne la toxicité) ou avec un lipide phosphorylé. La vaccination comprend trois injections, dont le coût total s’élève à 750 frs suisses (480 euros environ) ! Or, la preuve de la protection n’est apportée en aucune manière :

• Les expériences à long terme font défaut (les études ayant été réalisée sur 5000 femmes volontaires pendant 4 années … mais aucun dépistage HPV n’a été effectué lors du recrutement), or le développement d’un cancer du col après infection par le papillome virus se fait sur une période d’au moins dix années, et l’infection HPV guéri spontanément dans 80% des cas.

• L’intérêt mis en avant par les laboratoires est l’augmentation des anticorps spécifiques … on sait depuis des décennies que les anticorps n’ont pas forcément de rapport avec une protection contre une maladie virale (cf. le HIV).

• On dénombre 100 types différents de papilloma virus humains. Il semblerait que 30% des carcinomes du col de l’utérus sont déclenchés par des virus HP qui ne sont pas contenus dans ces vaccins !

  Responsable de milliers de cas de SEP ?

3/ « Après infections virales et vaccins, l’immunité humorale persiste plus longtemps qu’on ne le croit » (Amanna et coll. Université d’Orégon, publié dans le « New England Journal of Medicine » Novembre 2007, page 1903). Des chercheurs ont mesuré, chez 45 sujets, comment se maintiennent au fil du temps (de 10 à 26 ans) les réponses immunes humorales à divers antigènes infectieux :

– VZV, Rougeole, Oreillons ont une ½ vie d’environ 50 ans, ce qui fait que la protection dépasse la durée de vie de l’être humain,

– Les anticorps des vaccins contre le Tétanos (10 ans) et la Diphtérie (20 ans) déclinent plus rapidement, mais restent protecteurs durant plusieurs décennies. Les auteurs en concluent – comme nous-mêmes – que les rappels pourraient ne pas être nécessaires aussi souvent que le suggèrent les recommandations actuelles …

.

4/ La Tribune (18-02-2008) indique dans sa page « bien-être » que « l’année 2007 aura été un bon cru pour l’innovation thérapeutique ». Elle aborde en outre les « progrès en matière de vaccins, qui devraient continuer à grande vitesse puisque 245 vaccins sont actuellement en essais cliniques » !

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.