Anémie et parasitoses

ANÉMIE ET PARASITES

Les principaux parasites causant la perte de sang chez l’homme et menant à l’anémie par carence en fer directe sont les infections de vers communs. Il s’agit notamment de :

  • l’ankylostome (Necator americanus et Ancylostoma duodenale),
  • trichures (Trichuris trichiura)
  • et la schistosomiase (Schistosoma mansoni, S. haematobium et S. japonicum).

Des études sur les globules rouges marqués par le chrome 51 (radio-isotope) ont montré que les patients atteints d’une infection à l’ankylostome peut perdre jusqu’à 250 ml (un quart de litre de sang !), tous les jours et jusqu’à 29 mg de fer dans le tractus gastro-intestinal, entraînant ainsi une anémie ferriprive.

Ankylostome  Ankylostome

 

En Amérique du Sud et en Afrique de l’Est, on a pu montrer que chaque ver (Necator americanus) peut entraîner une perte de sang tous les jours de 0.03 ml, ce qui signifie que les patients infectés par environ 1000 vers peuvent perdre jusqu’à 30 ml de sang quotidiennes. Des travaux plus récents de Londres et d’Egypte ont montré que l’ankylostome du vieux Monde, Ancylostoma duodenale, peut provoquer une perte quotidienne de sang de 0,2 ml, environ 10 fois plus que l’ankylostome américain, Necator americanus.

En utilisant des globules rouges marqués au Chrome 51, on a mesuré la perte de sang provoquée par Trichuris trichiura chez les enfants infectés et montré que la perte de sang quotidienne peut atteindre jusqu’à 8,6 ml. Ces chercheurs ont conclu que l’infection de plus de 800 parasites peut conduire à l’anémie.

En utilisant encore les globules rouges marqués au Cr-51, on a mesuré la perte de sang chez les patients atteints chroniquement de Schistosoma mansoni (jusqu’à la formation de polypes du côlon) et montré que ces patients peuvent perdre jusqu’à 12,5 ml de sang par jour. En utilisant le Fer 59 (isotope), on a également mesuré la perte de sang dans l’urine chez ces patients infectés et démontré qu’ils peuvent perdre jusqu’à 120 ml de sang quotidiennement. La perte de sang dans la schistosomiase, cependant, est intermittente et que si elle peut être grave en aiguë, il cesse généralement pendant des périodes prolongées.

Il a été démontré par les études au Chrome 51 et le comptage de la surface du corps de la radioactivité, que la splénomégalie dans la schistosomiase chronique, la leishmaniose et le paludisme, peut également détruire les globules rouges et conduire à une anémie secondaire à l’hypersplénisme.

Des travaux récents ont également montré que le syndrome de malabsorption conduisant à une mauvaise intégration des nutriments essentiels peut survenir chez les patients fortement infectés par les ankylostomes, stecoralis Strongyloides et Giardia lamblia.

La destruction des globules rouges du sang conduisant à une anémie hémolytique a été aussi observée dans le paludisme

L’anémie mégaloblastique a été démontrée chez des patients infectés par le ver du poisson intestinal, Diphyllobothrium latum.

Le traitement de ces infestations passe par le déparasitage et le traitement de l’anémie (voir chapitres correspondants).

Source = http://ajcn.nutrition.org/content/22/4/498.abstract

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.