Apis mellifica

Apis mellifica

Remède du groupe du Mercure

«  L’eau, le feu et le venin « 


alt  


L’abeille : hyménoptère (remède proche = Apium vivus : la partie postérieure de l’insecte)


Causalité : Suite de frayeur ou d’un choc psychique profond


Problématique : « Apis est à l’eau ce qu’Arnica est au sang » (D. Martinez)

Noyé dans ses problèmes, il n’a plus de discernement.


Psyché : Désespoir irraisonné, pleure constamment sans raison

Comme la plupart des poisons et venins, le malade peut présenter des phases d’irritation, d’excitation et d’incoordination, puis de la dépression paralytique.


* Phase sthénique : soupçonneux et irritable, jalousie avec rage (Hyosciamus). Crainte d’une mort imminente et particulièrement d’un ictus (Aurum), crainte d’être empoisonné (Arsenicum album). La nuit, le malade roule la tête d’un côté à l’autre et s’enfonce dans l’oreiller, puis gémit et crie ce qui ne le réveillent pas (oedème cérébral ?).


* Phase asthénique : indifférent pour tout ce qui pourrait le rendre heureux. Difficultés de penser (trouble de la coordination des idées) et des mouvements (maladresse des mains, laisse tomber les objets, fait des faux pas) àdélire marmonnant alternant avec stupeur (Opium).


Soma : Apis (feng) –> vide de « feu » –> stagnation –> « chaleur »


Les douleurs brûlantes et piquantes sans inflammation aigue, avec oedème inflammatoire localisé d’aspect rosé brillant, d’apparition rapide, hypersensible au toucher (intolérance au contact).

* Les  » léchages méningés  » (céphalées avec battements) avec température élevée (sueurs de la tête) et raideur de la nuque avec vomissements et diarrhée (Veratrum album).

* Les épanchements : pleural ou péricardique, péritonéal, le RAA (pensez aussi à Gelsemium et Bryonia : autres remèdes d’oedèmes localisés).

* Toutes les infections muqueuses : oculaires avec oedème des paupières, amygdalite avec oedème de la luette et absence de soif (différent de Bryonia).

* Y songer dans les oliguries, les aménorrhées par frayeur, les dysménorrhées de l’ovaire droit, l’enflure du prépuce et du scrotum, les urticaires géants.


Modalités :

— Aggravé par = la chaleur en général (Opium), le contact (même des cheveux), la pression, après le sommeil

— Amélioré par = le froid en général : il cherche à se découvrir , le mouvement

 

Latéralité droite qui évolue vers la gauche

 


 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.