Aristolochia

 

alt   ARISTOLOCHIA CLEMATITIS   

L’aristoloche commune (aristolochiacée – liane) est une plante vivace, dressée, de 50 à 80 cm, à petites fleurs jaunes d’or, groupées par deux à huit, d’abord dressées puis rétractées vers le bas après la floraison, à feuilles en forme de coeur, d’un vert jaunâtre. La plante croit dans les haies, les vignes, les champs de rocaille, les berges, les lisières des bois. Originaire de la région méditerranéenne, elle s’est répandue dans toute l’Europe. Il existe une aristoloche longue (Aristolochia longa) et une ronde (Aristolochia rotunda), vivant uniquement dans le Midi.  

La nature a réalisé avec ces fleurs un redoutable piège : l’insecte, à peine entré dans la corolle, glisse sur l’enduit cireux qui en garni l’intérieur et se trouve empèché de remonter par une barrière de poils. Plus tard, lorsque la fleur se fane, les poils se désèchent et les prisonniers, saupoudrés de pollen sont libérés et assurent la fécondation d’autres fleurs.

La plante a été employée depuis Dioscoride (1er siècle). Galien la recommandaient pour faciliter l’accouchement. Elle fut employée au Moyen-Age et par les médecins arabes, puis fut la base d’une fameuse poudre dite « du Prince de la Mirandole » qui calmait la goutte. Abandonnée au XIXe siècle, elle fut remise en lumière par H. Leclerc pour ses effets sur l’utérus (Aristo = excellent, et Lochia = accouchement) et sa valeur comme vulnéraire. Son emploi externe, dans les ulcères chroniques des jambes, a ensuite été reconnu par de nombreux auteurs.

Les parties utilisées sont la racine et les feuilles, considérées par les classiques comme diurétique, antigoutteuse, fébrifuge, emménagogue et vulnéraire. Elle est expérimentalement active dans la gangrène gazeuse. 

NOMS  FRANCAIS :  Aristoloche clématite, Sarrasine, Poison-de-terre, Ratelaire (Ang.: Birthwort / Esp.: Aristoloquia)

PRINCIPES ACTIFS : Les Aristoloches doivent leurs effets à un alcaloïde, l’aristolochine qui se trouve concentré à l’état frais dans les semences. L’acide aristolochique est un poison violent des micro-vaisseaux : il manifeste une toxicité digestive (avec gastro-entérite, diarrhée, vomissements, selles sanglantes), pelvienne (urétrorragie, avortement), nerveuse (névrite), hépatique (dégénérescence graisseuse du foie) et rénale (la « néphrite des Balkans » a été identifiée comme une intoxication alimentaire chronique de la farine par les graines d’Aristoloche). Ce qui a conduit à en interdire l’usage au dessous de la 12 CH.  

HOMEOPATHIE diathésique : remède du groupe du Sodium (Kollitsch p. 57) : douleurs piquantes du bassin et de l’anus. Pathogénésie complètée par J. Mezger :

Psyché : Humeurs extrêmes alternants : aspect maniaco-dépressif– hypersensible inconsolable, psychisme amélioré pendant les rêgles, aggravée avant et après (insomnie pré-menstruelle),– fatigable, patraque, besoin de manger malgré un état nauséeux, sensation de vertiges, de froid, non amélioré par la chaleur externe (sauf localement). 

Soma : Remède-clef de la suppression des rêgles : aménorrhée secondaire (Whitmont).

Remède des endométrioses (et plus généralement des congestions du petit bassin : on peut ainsi l’utiliser dans certaines prostatites), des hypoménorrhées ou dysménorrhées.

  • Cystite chronique, eczéma ou herpès vulvaire (Calendula)
  • Seins durs et tendus (syndrome pré et per-menstruel)
  • Congestion veineuse améliorée à l’air frais (Pulsatilla), mais elle a soif !
  • Faim insatiable, malgré colite ou diarrhée
  • Peau sèche, extrémités froides avec engelures.
  • Coryza aqueux ou muco-purulent, avec céphalée, amélioré au grand air. 

AristoEczéma

Proches :

ARISTOLOCHIA MILHOMENS (na) … Serpentaire rouge du Brésil

ARISTOLOCHIA ROTUNDA …Serpentaire ronde

ARISTOLOCHIA SERPENTARIA (na) … Serpentaire rouge de Virginie

Tonique, fébrifuge, autrefois « antidote » des venins de serpents.

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.