Arum

   ARUM MACULATUM

Aroïdées, monocotylédones archaïques, plante vivace à tubercule. Le nom de cet Arum fait allusion aux taches violacées portés fréquemment par les feuilles et par l’inflorescence. L’organe reproducteur particulièrement volumineux n’est en effet pas une fleur, mais une inflorescence qui porte des fleurs rudimentaires mâles et femelles en spirales étagées sur un axe en forme de massue : le spadice, au fond d’une urne se prolongeant en vaste cornet : la spathe.

Les insectes pollinisateurs piégés au fond de l’urne ne peuvent en ressortir qu’une fois la fécondation réalisée. Floraison: Avril-Mai. Baies d’un rouge vif à maturité. Habitat: Haies, bois… Commune en Europe.  

NOM FRANÇAIS : l’Arum tacheté (Ang.: Cuckoo pint / Esp.: Yaro manchado / All.: Aronstat)  

PRINCIPES ACTIFS (rhizome sec) : HE (toxique), acides oxalique et cyanhydrique. 

INDICATIONS traditionnelles : polype du nez, asthme, rhinite, stomatite et laryngite.   

HOMEOPATHIE diathésique : remède du groupe de la Silice (Kollitsch p. 357). Répertoire de Kent = 31 symptômes, dont 9 de langue : rhinite avec fausses membranes dans le nez, brûlures de la bouche et des lèvres, prolapsus anal. 

PSYCHE (selon B. Vial) : « Passe son temps à piéger les gens ?« 

EFFET BIOLOGIQUE (BNS) :

  • Baisse les Albumines
  • Remonte les Gamma et le test Cadmium (Germanium)

Plante toxique : l’ingestion des baies provoque irritations, brûlures et inflammation de la bouche, ainsi qu’une extinction de voix. Dans les cas graves, on peut observer un coma.

 

 

Proche :  ARUM TRIPHYLLUM ou Arisaema triphyllum … L’Arum à trois feuilles

HOMEOPATHIE diathésique : remède du groupe de la Silice (Kollitsch p. 357) : « La voix changeante » 

Key-note : Avant de tousser, porte sa main à la gorge (¹ Allium cepa qui le fait en toussant !). 

Psyché : Le malade enfonce la tête dans l’oreiller, avec stupeur puis tendance au délire. Prostration avec agitation intermittente : physique (courbatures) et mentale (congestion). 

Soma :    L’état aigu ORL (de l’enfant surtout)

Les muqueuses du  nez et de la bouche sont excoriées (langue framboisée, dysphagie) jusqu’au saignement, le larynx brûle, la « poitrine » aussi (toux spasmodique ++) et la voix est bitonale : tout est à vif (ex.: scarlatine grave). 

Comment le différencier de tant d’autres, aux mêmes modalités ? : aucun remède n’a une tendance aussi nette à se gratter et à s’écorcher le bord des narines et les lèvres, jusqu’à saigner. 

Aggravé par :           –   le traumatisme vocal    (trop chanté ou parlé)                                    

                                 –   la chaleur, mais aussi le vent froid et humide

 

La matière médicale homéopathique comporte quatre autres Arum …

  1. Arum dracontium  …   remède des gens qui ont toujours un chat dans la gorge
  2. Arum dracunculus …  remède des démangeaisons folles dans les doigts, comme par des orties
  3. Arum italicum  …        rougeurs des doigts, transpiration nocturne et somnolence matinale
  4. Arum foliatum  …        transpiration froide des extrémités.
A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.