Bilan du diabète

 

LE GLUCOSE

C’est un « ose » = sucre. Parmi ceux-ci on distingue les pentose et les hexoses (carbones cycliques). Un pentose et hexose relié par une liaison oxygène = saccharose.

Le glucose, qui peut être d’origine exogène (alimentation) ou endogène (glycogène, graisses ou protéines = néoglycogénèse) est régulé durant la journée par le glucagon et l’insuline. Le glucagon est une hormone pancréatique hyperglycémiante et l’insuline hypoglycémiante.

Lorsque le glucose augmente dans le sang, c’est qu’il ne rentre pas dans les cellules. Normalement, il y a des sites récepteurs à l’insuline dans les parois des cellules, si ce système de régulation est déficient, il en manquera du glucose en intracellulaire (hypoglycémie tissulaire) alors qu’il y en aura trop en extracellulaire (hyperglycémie sanguine avec glycosurie à partir de plus de 10 mmol/l.).  

Le glucose sert à la formation de l’ATP (molécule de stockage de l’énergie) qui se fabrique dans toutes les mitochondries par activation du cycle de Krebs. Le glucose se transforme en acétyl-Coa, ensuite par diverses oxydations se transforme en ATP. Par jour en moyenne nous produisons et utilisons 5 kg d’ATP ! 

Le glucose peut être utilisé lorsqu’il n’y a plus d’oxygène, mais en contrepartie avec formation d’acide lactique (cf. les crampes musculaires après effort prolongé). 

Le stockage de glucose se fait sous forme de glycogène (molécule peu soluble). Si l’on  mange 100 gr. de sucre, on grossit de 400gr., car chaque molécule de glycogène s’entoure d’H2O. Le glycogène peut se transformer ultérieurement en acides gras, puis en cholestérol. Le 2/3 du cholestérol du corps est formé à partir des sucres. Le cholestérol servira par la suite à la biosynthèse des hormones sexuelles. 

          Glycémie normale = entre 3,4 et 6,7 mmol/l (0,8 à 1.1 gr./l)  

L’équilibre glycémique est un phénomène dynamique qui sera fonction :

                  des apports alimentaires (quantité et qualité),

                  des régulations hormonales (insuline, thyroïde, surrénales),

                  de l’exercice physique (combustion du sucre).

Le matin à jeun on a une glycémie basse, après le petit déjeuner celle-ci monte puis descend à 11h. Plus on mange sucré, plus elle redescendra vite.

 

Le diabétique a une amplitude de variation glycémique qui est beaucoup plus importante, la régulation sucrée sera moins stricte que la plupart des gens. Si les pics d’hyperglycémie dépassent de 10 mmol (ou 1,8 g/l) le patient augmente son taux d’hémoglobine glycosylée (ou glycée) qui est normalement de 6 gr/l. Si elle est augmentée, cela signifie que, durant les 3 mois précédents, le seuil a été dépassé. 

S’il y a des sensations de malaises avec fringales, pensez à une phase d’hypoglycémie. Celle-ci ne se soigne pas en mangeant des sucres, mais des protéines. Les protéines peuvent se transformer en sucres par la néoglucogenèse, la transformation se fait doucement, donc la glycémie remonte ne donne pas de pic hypoglycémiant : bonne méthode pour régulariser la glycémie (voir sur ce site le « Régime diabétique »). 

Il faut faire les dosages de glycémie plusieurs fois dans la journée, car ce taux varie parfois énormément. Normalement, on mesure à jeun, puis en post-prandial (2h après un repas).

Dosage personnel possible à domicile pour les diabétiques par de petits stylets analyseurs.

 

L’hyperglycémie provoquée (HGP) est un examen conçu dans le but de mettre en évidence cette dynamique : à jeun on avale une solution avec 60 gr. de glucose pur = l’évolution de la glycémie est celle d’une sinusoïde amortie. 

Chez le diabétique, le taux monte énormément et met beaucoup de temps à descendre ou à remonter (intolérance au glucose). On fait des prélèvements toutes les 30 minutes durant 3h 30.

Il y a 2 types de diabète :

      type 1 : ou diabète maigre (qui se traite par l’insuline et le régime), l’HGP monte vite très haut,

      type 2 : ou diabète gras, non-insulino-dépendant (qui se traite par le régime et les anti-diabétiques oraux = sulfamides et biguanides essentiellement), où l’HGP baisse très vite (hyper insulinisme). 

Les troubles du métabolisme du glucose ont des étiologies différentes :

      — héréditaires (familles de diabétiques : manque d’insuline ou AC anti-récepteur à l’insuline)

      — suite à d’autres dérèglements hormonaux qui perturbent la régulation glycémique, tels que les traitements corticoïdes au long cours, l’hyperthyroïdie,

      — la prise de certains médicaments, vaccins

      — les grossesses (diabète qui régresse après l’accouchement)

     —  la peur (l’excès d’adrénaline donne une hyperglycémie qui épuise le pancréas : cas de diabète aigu !) les infections, interventions chirurgicales …

Les risques :

      L’hyperglycémie peut entraîner un coma acido-cétosique.

   L’hypoglycémie peut aussi entraîner un coma rapide (avec sueurs profuses) et des dommages cérébraux.

Les « tests de résistance à l’insuline » :

HOMA

de notre point de vue, le rapport tour de taille sur tour de hanches (> à 1) est déjà très évocateur !

Lire aussi : resistance_insuline_HOMA_F

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.