Urée, Créatinine, Acide urique

On utilise trois marqueurs de l’épuration rénale : l’urée, la créatinine et l’acide urique

.
L’UREE

C’est le résultat du catabolisme des protéines (1,2 gr./ kg de poids corporel). L’urée s’élimine par les urines et aussi par les selles. L’urée sanguine = 10 – 40 mg/dl = 2 -7 mmol/litre (système International).
Comme l’urée est excrétée par le glomérule et réabsorbée en partie dans le tubule, c’est un mauvais marqueur du fonctionnement rénal et pour cela on lui préfère le dosage de la Créatinine.

Il y a augmentation de l’urée sanguine lors de l’insuffisance rénale et de l’insuffisance hépatique (réduction du catabolisme protéique). L’urée augmente rapidement, le patient aura mal à la tête, mal à réfléchir et cela peut se terminer par un coma urémique.

 

La CREATININE

La Créatinine est un produit du catabolisme musculaire, d’élimination urinaire exclusive. Son taux normal varie donc avec le poids = 50 à 120 micromol/l. Si celle-ci est augmentée (cas des insuffisances rénales), on calcule la « clearance de la créatinine » meilleur marqueur de la filtration rénale. Celle-ci se mesure à partir des urines de 24h.et du poids du patient :

CC = 70 à 120 ml/minute

  • Si la CC est < à 30 ml/mn, un régime strict limité en protéines est à mettre en place. Des crises de goutte peuvent apparaitre.
  • Si la CC est < à 15 ml/mn, la dialyse devient impérative.

Clairance de la créatinine selon la formule approchée de Cockroft et Gault :

  • Chez l’homme = 1.25 x Poids (kg) x (140-âge) / créatinine (µmol/l)
  • Chez la femme = 1.04 x Poids (kg) x (140-âge) / créatinine (µmol/l)

 

Qu’est-ce que le rapport urée / créatinine ?
Parfois, votre médecin veut connaître le rapport entre urée et créatinine sanguine pour l’aider à déterminer l’origine de concentrations supérieures à la normale. Le rapport urée sur créatinine est normalement compris entre 10 :1 et 20 :1.

— L’augmentation du rapport peut être due à une diminution du flux sanguin rénal comme lors d’une pathologie cardiaque ou d’une déshydratation. Il peut aussi être observé lors de l’augmentation de protéines, en cas de saignements gastro-intestinaux ou lors d’une alimentation riche en protéine.

— Ce rapport peut être diminué lors de pathologies hépatiques (par diminution de la formation d’urée) ou en cas de malnutrition.

Dialyse2

Les deux types de dialyse rénale

 

L’ACIDE URIQUE

C’est le métabolite terminal du catabolisme des purines (constituants de l’ADN). Sa synthèse se fait essentiellement dans le foie par des enzymes (Xanthine oxydase). L’élimination est essentiellement urinaire (un peu digestive également).

L’uricémie est en moyenne de 150 – 420 micromol/litres.

Ce taux va monter dans un certain nombre de maladies (affections rénales et syndrome métabolique) pour aboutir à la goutte qui se manifeste par 3 manières :

  1. crise de goutte : mono arthrite inflammatoire aiguë
  2. destruction progressive des reins par lithiase
  3. des tophi goutteux (déformations articulaires).

Il existe des personnes ayant une fragilité héréditaires vis-à-vis de l’acide urique. Ceux-ci doivent éviter les aliments riches en purines : poissons, crustacés, viandes blanches et abats : « maladie des chasseurs et des pècheurs ! »

NB. Lors des chimiothérapies avec destructions cellullaires, il peut y avoir des crises de goutte (par un mécanisme d’acidocétose et d’hyper uricémie).

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.