BNS24 et vaccins

L’effet des vaccinations objectivé par le BNS24

Vous connaissez notre position responsable vis à vis des vaccinations : pas contre, mais … pas trop tôt (pas avant l’âge de six mois, le système immunitaire n’étant pas encore mature) et pas tout à la fois (d’autant que de nombreux vaccins sont inutiles, voir dangereux, ex. : gardasil, grippe, hépatite B …). Point de vue que nous développons sur ce site : http://www.medecine-integree.com/category/campus/naturopathie-1ere-annee/pharmacopee/homeopathie/

J’ai eu la chance (?) d’observer ces dernier mois, au sein de ma clientèle, deux cas de BNS post vaccinaux tout à fait évocateurs du traumatisme immunitaire induit par les vaccins :

 

Cas n°1 … Il s’agit de Léo C…, petit garçon de 18 mois que son pédiatre vient de vacciner avec le Prevenar 13. Cet enfant présente, dans les heures qui suivent un fébricule (complication classique = 5% des cas), une boule douloureuse dans la zone d’injection et une nette chute du tonus musculaire durant plusieurs heures, ce qui inquiète extrêmement ses parents.

Il s’agit du nouveau vaccin anti pneumococcique, dérivé du Prévenar 7. En effet, le bénéfice du Prévenar 7 (baisse d’environ 45% des infections invasives à pneumocoques) a été progressivement atténué par le phénomène de remplacement (augmentation d’environ 70% des infections invasives à pneumocoques à sérotypes non vaccinaux). Il a donc fallu ajouter d’autres souches !

Il est classiquement proposé aux personnes splénectomisées ou atteintes de cardiopathies, de bronchite chronique et de diabète évolué. L’effet protecteur du vaccin est estimé à 80%, un rappel tous les cinq ans est conseillé. Notons qu’en janvier 2011, ce vaccin a été placé sur la liste des 77 « médicaments sous surveillance » par l’Agence du médicament en France !

Afin de mieux comprendre ce qui se passe et de mettre un place un traitement optimal, un BNS est proposé, réalisé une quinzaine de jours après la vaccination :

Celui-ci est extraordinairement perturbé pour un enfant de cet âge. On peut parler « d’orage immunitaire » : effondrement des Bêta précipitines (foie) et Alpha 1 (sang du foie), augmentation de tous les tests lipidiques (Mn, S, Ph, Si, Na, Ca … le foie est le filtre des graisses du sang), stress oxydatif important (coiffe des Euglobulines, surtout EuGamma = les autoAnticorps) et un paramètre Mercurius élevé (classique marqueur de la réaction lymphoïde). Tout ceci explique d’ailleurs la chute du tonus musculaire, car le foie gère le tendino-musculaire !

Je choisis sur la grille des plantes : CHINA RUBRA (as), classique remède des fièvres (paludisme), des anémies et de leurs manifestations tendino-musculaires (cf. MM).

 

Cas n°2 … Mlle Valentine G. … est une charmante jeune femme de 20 ans, atopique (eczéma bébé, puis asthme, migraine vers l’âge de 15 ans et actuellement rhume des foins, actif durant les mois d’avril et mai) qui se plaint d’une fatigue persistante.

On apprend qu’après son bac, elle a souhaité prendre une année sabbatique avant son entrée en fac. Durant cette année, elle a passé un mois en Afrique de l’est, au Kenya, parmi une tribu Massaï. En prévision de ce séjour, son médecin lui a donc fait les vaccins suivants : Twinrisk (hépatites A et B) + Fièvre jaune. En outre, durant son séjour et les semaines qui ont suivies, elle a pris de la Malarone (association de deux antipaludéens).

Un BNS est proposé, réalisé environ six mois après ces trois vaccins hépatotropes. Curieusement, on retrouve presque le même aspect « d’orage immunitaire » que dans le cas précédent : effondrement des Alpha 1 (sang du foie), augmentation de tous les tests lipidiques (Mn, S, Ph, Si, Na, Ca …) et Mercurius élevé, stress oxydatif important (coiffe des Euglobulines, surtout EuGamma = humidité qui dilue les toxines). Ce bilan ayant été réalisé plus tardivement par rapport aux vaccins, on remarque aussi la hyalinose débutante (hyper Bêta + Gamma … signant le phénomène de cicatrisation / fibrose ?).

Ce qui rapproche ces deux histoires, ce sont les substances adjuvantes de l’immunité contenues dans les vaccins (Mercurothiolate, sels d’Aluminium, Squalène …). Je choisis sur la grille des plantes : GLECHOMA HEDERACEA (mg), labiée immuno-modulante, riche en silice, classique remède des viroses chroniques et des cirrhoses hépatiques …

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry

Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur.
Auteur d’une dizaine d’ouvrages, il coordonne l’enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l’aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.