Caltha palustris

alt

CALTHA PALUSTRIS 

La famille des Renonculacées pourrait être considérée comme les « amphibiens » du règne végétal. C’est une des plus anciennes parmi les plantes à fleurs, riche de plus de 1750 espèces réparties en 58 genres. Elles sont très liées à l’élément eau, l’origine même du mot renoncule (rana = grenouille, ranunculus : petite grenouille) évoque ce milieu aquatique des premiers âges, très fluctuant, où rien n’est encore acquis définitivement. 

Cette famille se trouve dans les zones tempérées du globe, aux paysages clairs, humides et ouverts. Les Renonculacées fuient le climat tropical et surtout le dessèchement. Leurs habitats préférés sont des lieux à l’humidité abonde, en particulier au printemps lorsque les eaux provenant de la fonte des neiges ruissellent un peu partout. Quand la sécheresse estivale survient, presque toutes les Renonculacées ont achevé leur cycle de végétation. 

Ce sont des plantes herbacées : aucun arbre, sauf une tentative ligneuse, les Clématites (l’Herbe aux gueux), qui veulent grimper, mais n’ont pas la possibilité de se sustenter par elles-mêmes. Autre caractéristique de cette famille : les fruits sont des akènes plumeux de petite taille, aucune baie, sauf pour les Actées (Actea spicata, Actea racemosa) qui réussissent à produire des petites baies noires ovoïdes et luisantes, dans le clair-obscur des sous-bois.  

Dans le domaine floral, on constate l’absence de parfums, mais des fleurs à formes animales avec production de nectar abondant. Si ces fleurs sont parfois spectaculaires (Ancolie, Aconit …)elles donnent l’impression de quelque chose d’inachevé ou d’immature : les fonctions du calice et de la corolle sont souvent confondues. Les étamines (transformés en petits pétales sont disposées en spirale), les pétales, les nectaires, les sépales sont en nombre variable et peuvent se transformer l’un dans l’autre ! 

Tout se passe comme si ces plantes avaient voulu privilégier le mouvement (aucune rigidité), plutôt que l’obéissance à des règles de construction précises, que l’on trouvera par exemple chez les Rosacées. Elles sont « pressées » : ce sont les premières fleurs du printemps. 

NOM FRANÇAIS :  Populage, soucis d’eau (Ang.: Cowslip / Esp.: Calendula de agua) 

PRINCIPES ACTIFS : Cette fougue et ces possibilités créatives mal maîtrisées se retrouvent dans la grande variabilité des substances chimiques produites = saponines, flavones et un poison volatil : l’anémonine. 

INDICATIONS : vasculaire (hypolipémiante / hypotensive), infarctus récent, bourdonnements d’oreilles, troubles vasculaires des extrémités (micro-angiopathie du diabète), eczéma.  

HOMEOPATHIE diathésique : remède du groupe de l’Argent (cf. Voisin p. 263). Eruptions (pustuleuses ou bulleuses) de la face antérieure des jambes, des cuisses ou des bras.  

Caltha

PSYCHE (B.Vial) : « Cocu(e) accepté, mais en fait une leçon permanente au conjoint » ?

EFFET BIOLOGIQUE (BNS) :

  1. Baisse les paramètres : Albumines / Magnesia / Calcarea
  2. Augmente les paramètres : Germanium / Mercurius / Gamma précipitines

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.