Carbo vegetalilis

 

Carbo vegetalis

 » L’asphyxié « 

Charbon de bois : poudre noire, inodore, insipide, résultat de la calcination incomplète de bois non résineux en vase clos, se laissant difficilement mouiller par l’eau, absorbant les gaz.

Key-note : « Carbo vegetabilis guérit le malade, quand celui-ci veut être éventé » (Kent) : c’est la « bouteille d’oxygène » de l’homéopathe.


Psyché : Indolent et obstiné

Etat mental et physique ralenti, à demi asphyxié : inaptitude à rassembler les impressions que les circonstances devraient faire naître, indifférence affective (Sepia). Crainte de l’obscurité, des fantômes, des revenants (Arsenicum).


Soma : L’hypoxie (encombrement par le CO2)

– Dyspepsie hypotonique : éructations, pyrosis, flatulence et constipation, aggravé par le moindre écart de régime … par les aliments riches (viandes, sauces, lait, épices …)

– Engorgement veineux, capillarite, hémorroïdes, acrocyanose, ulcère variqueux

– Etats cyanotiques : asthme à dyspnée continue, coeur pulmonaire chronique …


Modalités

  • aggravé par les températures extrêmes (chaleur et les refroidissements), le surmenage, les aliments riches, les maladies invalidantes
  • amélioré par l’air frais, les jambes surélevées, les éructations.


A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.