Cas cliniques expliqués

Cas cliniques : 

1/ Mr. RAM… souffre d’un urticaire géant récurant, aggravé de poussées d’œdème de Quincke, depuis une infection par le virus des oreillons (il y a 8 ans). Il a été testé positif aux graminées, les antihistaminiques et les corticoïdes ne l’améliorent pas …

Le bilan biologique standard est normal. Le BNS est au contraire assez perturbé :

  1. Le test au Mg-Phosphore s’élève nettement (c’est un marqueur des dysfonctions neuro-sympathiques, il signe les sensations brûlantes ressenties), ainsi que tous les paramètres verts (régulations hépatiques)
  2. Le protidogramme est dissocié (inflammation chronique sur sécheresse tissulaire),
  3. Les Euglobulines sont toutes trois augmentées (existence d’un stress oxydatif).

alt

La plante choisie par le programme, ERODIUM (géraniacée), fait céder le tableau clinique en quelques jours !

 

2/ le Dr. NGU… est un médecin retraité, soigné pour une HTA (il a déjà fait 2 infarctus), une hypercholestérolémie familiale et une goutte … mais son poids est normal (ce n’est pas un syndrome métabolique). Il est sous bêtabloquants, anticalcique, zyloric et statine. Il est confiant, car les examens biologiques et le test d’effort sont rassurants. En fait, il consulte pour une insomnie rebelle !

alt

Le BNS est préoccupant, car hyperfloculant lipidique (Barre de floculation = 1,37 – normalement compris entre -0,5 et +0,5, Coefficient d’homéostasie = 51,72% – normalement supérieur à 75%) et les régulations du pôle rein (en bleu) dissociées (ce qui peut expliquer l’insomnie, car plus les tissus sont secs avec l’âge, moins les gens dorment longtemps). A noter que le paramètre Manganèse (test qui flocule le plus de cholestérol) est un des seuls à être normal.

 

3/ Mme Annick J… est une femme de 40 ans qui a présenté des épisodes de cécité temporaire et de vertiges vrais. L’IRM objective 8 taches sous-corticales … Le diagnostic de Sclérose en plaques (SEP) ne fait pas de doute.

alt

L’aspect du BNS est hypofloculant, comme dans la plupart des affections neurologiques dégénératives. Le réactif « Plomb » est celui qui apparaît relativement le plus élevé, or l’intoxication au plomb possède un tableau clinique de paralysies qui ressemble à la SEP. Le traitement naturel institué sous contrôle d’un BNS annuel a stabilisé l’affection, car la patiente n’a pas rechuté depuis les cinq ans que nous la suivons.

 

4. Un « cas clinique double », présenté par le dr. Yves C.

Un couple d’une cinquantaine d’années vient consulter pour des symptômes mineurs :

  • Monsieur a des crampes depuis dix ans et des diarrhées émotionnelles,
  • Madame se plaint de coliques hépatiques et de bouffées de chaleur (elle est en ménopause récente).

Curieusement, les deux BNS effectués sont extrêmement proches : tous les paramètres sont curieusement hypofloculants, sauf le paramètre Bêta (pour monsieur) et le test Magnesia (pour madame).

Coefficient d’homéostasie = 79 %

  • Lymphoïde = 29 %
  • Acide = 8 %
  • Vasculaire = 19 %

En les revoyant, ils m’apprennent qu’ils vivent dans un pavillon situé sur un socle granitique, et que la concentration en Radon (gaz lourd radioactif), mesurée par les services compétents y est forte (de l’ordre de 13 000 Becquerels par m3). On leur a d’ailleurs conseillé d’étancher le sous-sol et de faire creuser un puisard dans le jardin, pour évacuer le Radon émergeant !

Ces deux BNS globalement bas évoquent l’aspect biologique observé après une radiothérapie : les cellules souches (de renouvellement rapide) étant massivement lésées, on observe un ralentissement métabolique et immunitaire objectivé par l’hypofloculation massive de tous les tests du bilan BNS. Ce qui est grave, c’est qu’un tel aspect met souvent des années avant de récupérer un équilibre à peu près normal et que bien sur, cet état biologique d’immunodépression chronique laisse la porte ouverte au développement tumoral, ce qui a fait parler à certains de « maisons à cancer » !

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.