Cas clinique

Monsieur THOM… Pascal est un jeune homme de 34 ans, qui est adressé par un ami ostéopathe pour un tableau clinique particulier : les articulations des mains, des genoux et de la hanche droite gonflent périodiquement, et ce depuis un an. Quand on l’interroge à ce sujet, il précise une sensation de « sable dans les articulations ». Sa mère se plaint du même genre de manifestations (?!).

Son grand-pêre est diabétique, ce qui explique sans doute un léger surpoids (86 kg pour 1,80 m). Lui-même n’a que peu d’antécédents, si ce n’est un rhume des foins printanier et un nodule thyroïdien opéré en 1982 (ces deux symptômes sont à rattacher à une « plénitude du méridien du foie », cf. le trajet de sa branche profonde). Un PRS est pratiqué, ainsi qu’un dosage de l’acide urique (qui se révèlera d’ailleurs normal).

Le problème posé est celui du mécanisme de cette manifestation rhumatismale : le terme de « pathologie rhumatismale » regroupe (pour les classiques) des affections variées :

—> les ARTHRITES INFECTIEUSES, à éliminer dans ce cas par l’absence de toute fièvre,
—> les AFFECTIONS METABOLIQUES, mais le diagnostic de goutte semble écarté,
—> les RHUMATISMES ASSOCIES : post-traumatique, maladie de Lyme, maladie périodique … ne peuvent être envisagés, sans autre symptôme évocateur,
—> l’ARTHROSE DEGENERATIVE, qui peut être aussi éliminée, vu le jeune âge du sujet.
—> RHUMATISMES ABARTICULAIRES : tendinites, affections myo-aponévrotiques, mais il n’existe pas de dorso-lombalgies. En MTC, on différencie bien les affections touchant préférentiellement le système ostéo-articulaire (sous dépendance du pôle rein) et les troubles affectant le système tendino-musculaire (liés à une dysfonction du pôle foie).
—> les CONNECTIVITES : polyarthrite rhumatoïde, rhumatisme psoriasique, pelvi-spondylite ankylosante, collagénoses ..

Ce diagnostic semble en effet le plus probable, compte tenu de l’aspect du PRS : quantitativement hyper-floculant : inflammatoire (Alpha 2) et immun (Gamma précipitines et Euglobulines gamma), avec en tête le paramètre Ammonium (qui signe la sécheresse).

Le patient revient. Questionné, il m’apprend que deux ans avant, il s’est fait faire une vaccination contre la fièvre jaune à l’occasion d’un voyage à Ceylan ! La mémorisation d’un AG agressif (blocage du pôle « rate-pancréas ») a pu jouer un tel rôle déclenchant par épaississement du « réseau de JERNE ».

Il me dit aussi que cette sensation de sécheresse articulaire est particulièrement nette lorsqu’il y a du vent et au contraire relativement améliorée à l’humidité. Le groupe des Ammoniums comporte un remède : GUAIACUM dont les symptômes lui correspondent parfaitement bien. Etant donné la position hyperfloculante du paramètre Ammonium, il sera donné en haute dilution. 

 

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.