Organo et Sérothérapie
Oscillococinum

Tout à commencé par une erreur : à la fin de la première guerre mondiale, après que les dernières offensives allemandes soient stoppées par la « grippe espagnole », le dr. Jean ROY, croit identifier sous son microscope l’agent épidémique : un diplocoque « oscillant’ … Il va l’isoler et le cultiver, puis l’utiliser dilué et dynamisé chez les patients dont il a… En savoir plus

La sangsue médicale
La sangsue médicale

L’usage thérapeutique de la sangsue médicinale connaît un regain d’intérêt La classe Hirudinea est celle des sangsues. Elle regroupe environ 650 espèces de 1 à 20 cm de longueur. Environ 300 de ces espèces sont des parasites temporaires d’animaux marins, terrestres ou d’eau douce. Hermaphrodites, elles respirent par la peau, possèdent deux cœurs, certaines sont pourvues d’une ventouse à chaque extrémité du corps. Largement utilisée… En savoir plus

Sérothérapie organique
Sérothérapie organique

La sérothérapie organique La sérothérapie organique consiste en l’utilisation de basses dilutions (4DH) de sérums équins déspécifiés, préalablement sensibilisés par des injections répétées de broyats de l’organe (porc) sur lequel on désire agir. Historiquement, c’est une méthode mise au point par Jean THOMAS* au laboratoire des Sérocytols (en Suisse depuis 50 ans). Disponibles sous formes d’ampoules isotoniques et de gouttes à prendre… En savoir plus

Sérothérapie alimentaire

Sérothérapie « alimentaire »   Devant les critiques opposées à la sérothérapie organique, malgré plus de 50 ans de résultats constants, des praticiens inventifs ont eu l’idée de transformer l’équation : . Organe du porc à injecté au cheval à sérum immun anti-organe (effet cytotrophique)  en ampoules, suppo et gouttes à prendre en perlingual 4CH (qualité pharmaceutique)   En : 1/ Organe du lapin à injecté à la poule à jaune d’œuf… En savoir plus

L’organothérapie
L’organothérapie

  L’organothérapie . Les sarcodes (de « Sarcx »= la chair), ou « organothérapiques » sont des produits (sécrétions) ouextraits tissulaires sains, d’origine animale.  De quoi s’agit-il me direz-vous ? Citons quelques exemple dans la matière médicale homéopathique : Lac caninum, Cholesterinum, Thyroidinum…. (le sarcode est un remède tiré d’une partie d’un animal et non de l’animal entier, ce qui exclut de la définition des remèdes comme : Apis mel., Asterias rubens, Coccus cacti, Homarus… qui… En savoir plus