Immunologie
MAI non spécifiques d’organes
MAI non spécifiques d’organes

Maladies auto-immunes non spécifiques d’organes Le lupus érythémateux disséminé  (LED) Maladie auto-immune du collagène (HLA DR2/3), extrêmement polymorphe, déroutante dans ses manifestations. Intéresse surtout les femmes avec un début de 20 à 40 ans (80% des cas), parfois familiale, il peut être déclanché après une vaccination, une sérothérapie, une exposition solaire (!) et certains médicaments (exemples: bêtabloquants, Rimifon, certains anti-épileptiques…)… En savoir plus

Le syndrome de Sharp
Le syndrome de Sharp

  Le syndrome de Sharp ou connectivite mixte est l’association chez un patient des signes d’au moins deux connectivites (maladies systémiques, maladie auto-immune). Elle a été décrite pour la première fois en 1972 par Gordon Sharp, associant des manifestations appartenant à la fois au lupus érythémateux disséminé, à la sclérodermie systémique, à la poly myosite, et à la polyarthrite rhumatoïde. Dans cette description princeps,… En savoir plus

La Sclérodermie
La Sclérodermie

La Sclérodermie  La sclérodermie systémique touche en France 10 000 patients environ. Il s’agit d’une maladie fibrosante, handicapante et qui peut être défigurante. Elle commence par un syndrome de Raynaud (jusqu’aux ulcères digitaux ischémiques) et comporte toujours un épaississement de la peau. La progression est très hétérogène : sclérodermie localisée et limitée à la peau (forme la plus fréquente) ou morphée, ex.: sclérodermie… En savoir plus

MAI de la peau et des muqueuses

Maladies auto-immunes de la peau et des muqueuses   Des mécanismes immuns ont été mis en évidence dans de nombreuses dermatoses, soit qu’il s’agisse de maladies frappant essentiellement le derme, soit que les signes cutanés s’intègrent dans une maladie de système.          Le Vitiligo … Cette affection peu fréquente, mais très disgracieuse par la généralisation des « taches achromiques », est liée à la… En savoir plus

MAI des glandes endocrines

Maladies auto-immunes des glandes endocrines . La thyroïdite de Hashimoto : hypothyroïdie de mécanisme autoimmun (MAI) Maladie féminine (5 femmes pour 1 homme, avec un maximum entre 30 et 50 ans), bouffées hyperthyroïdiennes évoluant vers le myœdème par fibrose et atrophie glandulaire (mais des formes nodulaires s’observent), d’association significative avec la maladie de Biermer (50 fois plus fréquente), toutes deux… En savoir plus

MAI du Coeur

Maladies auto-immunes du cœur Le rhumatisme articulaire aigu  (RAA)   Polyarthrite aiguë (HLA B 35, DR1), post-streptococcique (groupe A), caractérisée par une atteinte successive et fugace des grosses articulations + apparition éventuelle d’une cardite avec troubles du rythme (nécessitant l’hospitalisation). La maladie évolue favorablement en quelques semaines, mais les rechutes sont possibles, ainsi qu’une redoutable métastase morbide : la Glomérulonéphrite aiguë…. En savoir plus

Les vascularites
Les vascularites

Les VASCULARITES ou « maladies à complexes immuns«  Groupe d’affections graves et évolutives, caractérisés par la présence d’AC anti-cellules endothéliales (ANCA). Des vascularites sans ANCA se rencontrent dans le cadre des maladies auto-immunes systémiques (ex.: LED). On peut distinguer : . 1/ Les vascularites à prédominance artérielle : La maladie de Horton (décrite en 1932), artérite temporale giganto-cellulaire des sujets âgés (DR4 ou DR7): céphalées… En savoir plus

MAI du rein
MAI du rein

Les maladies auto-immunes du rein Les glomérulonéphrites (GN) peuvent être regroupées en 2 catégories principales : les GN par AC anti-membrane basale glomérulaire  (= IgG + C3), ex.: post-streptococcique, syndrome de Goodpasture … les GN par complexes immuns  (pb. d’hypersensibilité retardée), ex.: maladie de Berger, maladie sérique aiguë, néphrite suite de vaccination, d’intoxication médicamenteuse, etc … NB. On observe aussi… En savoir plus

MAI du Poumon
MAI du Poumon

Les maladies auto-immunes du poumon . 1 – Les alvéolites allergiques extrinsèques (exemple type de relation allergie/auto-immunité) :  Le « Poumon de fermier« , maladie connue depuis longtemps, n’a été élucidée qu’avec les études de PEPYS (1962). Sa forme chronique évolue de façon insidieuse vers l’insuffisance respiratoire. La présence d’IgG (AC anti-actinomycètes) confirme le mécanisme d’allergie semi-retardée de type 3 (classification de Gell… En savoir plus

Cirrhoses
Cirrhoses

Les cirrhoses hépatiques   La cirrhose (hépatite chronique auto-immune) est un processus intéressant l’ensemble du foie, caractérisé par de la fibrose et des nodules de régénération (plus ou moins gros). Les romains avaient remarqué que le foie des oies pouvait augmenter considérablement de volume : ils se mirent à gaver celles-ci de figues séchées, d’où l’origine du mot foie :… En savoir plus

Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin
Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin

Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI)  L’incidence des MICI est sous-estimée : elle concerne 4/100 000 habitants pour la RCH et 5/100 000 pour la maladie de Crohn. L’hypothèse d’un facteur infectieux favorisant a été soulevée : myco-bactéries ou para-myxovirus ?. Certaines études modernes ont retrouvé le virus du vaccin de la rougeole – souche identique – dans les tissus… En savoir plus

Maladie de Crohn

La maladie de Crohn (MC), également appelée iléite ou colite ulcéreuse   C’est une maladie inflammatoire chronique (auto-immune) de l’intestin (voir chapitre « MICI ») pouvant atteindre tous les segments du tube digestif (de la bouche à l’anus), avec une nette prédilection pour l’iléon terminal. La maladie se déclare préférentiellement entre 20 et 40 ans, elle évolue par poussées entrecoupées de rémissions…. En savoir plus

Recto-colite ulcéro-hémorragique

La recto-colite ulcéro-hémorragique  (RCH) Maladie inflammatoire de la muqueuse rectale et du sigmoïde, puis du colon en entier, elle est plus aiguë (poussées et phases de rémission asymptomatiques), hémorragique et superficielle. Voir aussi le chapitre « MICI » En MTC, la RCH = une « chaleur au sang » qui entraine un saignement dans le territoire de Gros Intestin + Vessie (méridien de l’anus)… En savoir plus

Myasthénie – Narcolepsie

La myasthénie (ou maladie de Erb-Goldflam) Affection neuro-musculaire se manifestant par une fatigabilité anormale, due à un AC dirigé contre le récepteur de l’acéthyl-choline, il gène la contraction des fibres musculaires. Il s’ensuit une faiblesse et une fatigabilité musculaire rapide et anormale à l’effort. De prédominance féminine, d’atteinte précoce : HLA A1/B8 + DR3, HLA masculin, d’atteinte plus tardive : A3/B7 et… En savoir plus

Le syndrome de Guillain-Barré
Le syndrome de Guillain-Barré

Le syndrome de Guillain-Barré Polyradiculonévrite inflammatoire, avec paralysie progressive et disparition des réflexes, induit par une virose (CMV, EBV, Oreillons, grippe, etc …), une vaccination ou une désensibilisation allergique …, d’évolution totalement réversible en 3 à 8 semaines. Traitement de phase aiguë à choisir selon le « remède de fond » du patient : Platina (au)            —> Ledum palustre (al) Silicea                    —> Hypericum… En savoir plus

Abcès de fixation

Les « abcès de fixation » Un abcès est une accumulation locale de pus après nécrose dans une cavité néoformée. Cet abcès superficiel peut présenter des symptômes comme rougeur, douleur et chaleur (composantes de l’inflammation). Un abcès de dérivation ou « de fixation », c’est un abcès provoqué, dans un but thérapeutique, par l’injection hypodermique d’essence de Térébenthine, ou de bacilles acido-alcoolo-résistants, dans… En savoir plus

Sclérose en plaques
Sclérose en plaques

La Sclérose en plaques (SEP) La SEP est une affection démyélinisante du système nerveux central. Fréquente (0,8% de la population en Europe), elle débute entre 20 et 40 ans, plus souvent chez la femme (HLA A3, B7 et DR 2/15) , parfois dans les suites d’une infection intercurrente banale :  » Le staphylocoque peut provoquer des poussées de sclérose en… En savoir plus

la SLA ou « maladie de Charcot »
la SLA ou « maladie de Charcot »

La sclérose latérale amyotrophique (SLA)  La Sclérose latérale amyotrophique (SLA ou « maladie de Charcot » en France, de « Lou Gehrig » aux USA) est une affection du système moteur, d’origine inconnue. L’atteinte primitive parétique et spastique est généralement distale, puis progresse vers les muscles respiratoires, sans que les fonctions intellectuelles soient affectées.  Certains cas sont héréditaires, d’autres ont été observés secondairement à… En savoir plus

Polyarthrite rhumatoïde
Polyarthrite rhumatoïde

   La polyarthrite rhumatoïde La Polyarthrite rhumatoïde, anciennement « Polyarthrite chronique évolutive » – est le plus fréquent des rhumatismes inflammatoires chroniques (= 1% de la population en Europe !). Le facteur rhumatoïde est une immunoglobuline M dirigée contre la région Fc des IgG. Les complexes immuns de type IgM-IgG activent le Complément, ce qui déclenche l’inflammation, la synovite chronique et peut se compliquer… En savoir plus

Spondylarthrite ankylosante
Spondylarthrite ankylosante

   La spondylarthrite ankylosante La spondylarthrite ankylosante (SPA ou pelvispondylite rhumatismale) est un rhumatisme inflammatoire chronique (sans facteur rhumatoïde) frappant plus particulièrement le pelvis (les articulations sacro-iliaques) et le rachis (dorso-lombalgies et/ou douleur fessière). Elle touche 1,5 millions de personne en Europe, plus particulièrement des hommes jeunes. La maladie évolue vers l’ankylose rachidienne (30% de formes invalidentes). 90% des SPA… En savoir plus

Autres mal. rhumatismales

Le syndrome de Fiessinger-Leroy-Reiter (FLR) Il ressemble à la SPA mais s’accompagne d’une irritation chronique des muqueuses de l’œil, de l’urètre et du rectum. Son déclenchement est induit par des bactéries comme : Chlamydiae , Shigelles, Salmonelles, Yersinia, Gonocoques, Klebsiella… donc : Medorrhinum ++   Le rhumatisme psoriasique Plus rare que la P.R., mais d’aspect biologique proche (HLA B3, B17,… En savoir plus

Syndrome sec de Gougerot-Sjögren
Syndrome sec de Gougerot-Sjögren

Le syndrome sec de Gougerot-Sjögren   Affection isolée une fois sur deux, elle réunit (HLA B8, B 51, DR-4) : Une Kérato-conjonctivite sèche (bon effet du Gellarmes++), Une Xérostomie (sécheresse le la bouche, avec atrophie des papilles linguales, puis plus tardivement une langue lisse et lobulée, traitée classiquement par le Sulfarlem 25) Souvent avec parotido-mégalie bilatérale Sécheresse des voies aériennes supérieures et de… En savoir plus

Maladies auto-immunes du sang

Maladies auto-immunes des cellules du sang Anémie de Biermer (ancienne « anémie pernicieuse ») Anémie mégaloblastique due à la diminution de l’absorption de la vitamine B12 par le duodénum, secondaire à l’atrophie de la muqueuse gastrique avec achlorhydrie. Diagnostic = AC anti-estomac + anti-facteur intrinsèque (70% des cas). NB. elle est assez souvent associée à une thyroïdite de Hashimoto.   Anémie hémolytique… En savoir plus

Les MAI de l’oeil
Les MAI de l’oeil

Les uvéites granulomateuses (iris + corps cilliaires + choroïde) :   1 –  primitives = maladie de Behçet (HLA B5/51, DR2), syndrome grave que regroupe : * des ulcérations traînantes des muqueuses buccales et génitales : sorte d’aphtose bipolaire (bouche et scrotum), * une uvéite bilatérale (le plus souvent ou iritis) avec risque d’hypopion et cécité, * avec d’autres types de lésions cutanées et viscérales : erythème… En savoir plus

Les maladies auto-immunes
Les maladies auto-immunes

Les maladies auto-immunes L’immunologie progresse, tant sur le plan théorique (expliquant la pathogénie de nombreuses maladies, comme les thyroïdites, le diabète insulino-dépendant ou la myasthénie) que thérapeutique (avec l’apparition des AC monoclonaux), prenant une part croissante en médecine : elles touchent à présent 7 % des européens. Leur fréquence, leur chronicité, la gravité des lésions qu’elles entraînent, leur résistance fréquente… En savoir plus