Cervicalgies

    Les cervicalgies

Elles comprennent les douleurs limitées au segment cervical et les douleurs irradiées, à point de départ cervical :

Articulation temporo-maxillaire : Rhus tox. (hg), Verbascum (am), Niccolum (fe) … mais seulement après un ajustement mandibulaire correct par un dentiste averti (gouttière inférieure nocturne ?).

Cervicalgies aiguës = Torticolis banal : contracture musculaire avec attitude antalgique marquée. Parfois secondaire à un traumatisme du rachis (fracture, tassement, subluxation …). La « méthode de Jones » (décharge du moto-neurone par détente en position antalgique) et alors recommandée : méthode enseignée dans notre « Cyber-campus » (Neuralthérapie et réflexologies).

Cervicalgies subaiguës =

  • Arthrosiques (fréquentes à partir d’un certain âge, parfois avec céphalées et sensations vertigineuses)
  • Arthritiques : Polyarthrite ou Spondylarthrite ankylosante (localisation tardive)
  • Métastase cancéreuse (ex.: cancer prostate ou du sein)
  • Psychiatriques : céphalée antérieure en casque, avec dépression (ex.: Barré-Liéou)

C 0 – C 1 – C 2 …

  1. Caesium (k) … atlas, avec céphalée bitemporale et dépression
  2. Nicollum (fe) … axis
  3. Maux de tête occipitaux : Mezereum (hg), Silicea, Petroleum, Lobelia cardinalis (am), Juglans regia (s)…

De C 2 à C 7  …

  • Aurum … arthrose cervicale en général (souvent réveil douloureux d’un traumatisme cervical ancien – accident de ski, de voiture …)
  • Natrum carbonicum … raideur du cou avec craquement quand on tourne la tête
  • Theridion (na) … céphalées d’arthrose cervicale sur hypersensibilité au bruit et aux mouvements de descente
  • Gnaphallium (s) … avec engourdissements, du maxillaire supérieur aux mains

Cervicales

Névralgies cervico-brachiales : Conflit disco-radiculaire souvent hyperalgique, du sujet jeune, parfois post traumatique. Si l’évolution est paralysante, il faudra penser à un canal osseux étroit.

  • Actea racemosa (s) 30 ch … contracture des para-vertébraux, douleurs vertébrales latentes de C5 – D6. « VENT par vide de SANG », donc aggravée par aux règles, par le courant d’air ou choc psychologique (tétanie).
  • Bryonia alba (ph) 30 ch … SEC, contracture aggravée par le moindre mouvement (cf. complexe CHU « Actea comp. »)
  • Lachnantes (hg) … raideur du cou irradiant en « chape » (bonne synergie avec Actea racemosa)
  • Kalmia latifolia (al) … VENT, contractures douloureuses, névrite.
  • Sanguinaria (ph) … FEU, inflammation intra-articulaire, base du cou + douleur musculaire
  • et Phosphorus … chez le vieillard instable.

Les remèdes qui ne supportent pas la douleur : Magnesia phosphorica (contenu dans le complexe antalgique CHU « Magnesia comp. »), Chamomilla 30 ch, Nux vomica 30 ch ou 200K

Autres remèdes utiles en fonction du tableau symptomatique :

  • Natrum sulfuricum … aggravé par l’HUMIDITE
  • Natrum carbonicum … STAGNATION suite de coup de chaleur
  • Iodum … raideur du cou entraînant une douleur irradiant sur les épaules
  • Aerodaphne … douleur sourde de l’occiput jusqu’aux omoplates
  • Trifolium pratense (hg) … cou raide, crampes du muscle sterno-cléido-mastoïdien
  • Viola odorata 7 ch … rhumatismes des parties supérieures du corps.

Pensez aussi à : Nepenthes (ag), Indium metallicum (fe), Manganum muriaricum, Guaïacum (am)…

Les formules complexes du lab. Heel : « Cimicifuga homaccord » = la névralgie cervico-brachiale (contient = Actea racem./Strontium carb.)

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.