Coca

alt   COCA (ERYTHROXYLON COCA) 

Érythroxylacées d’Amérique du sud. Elle joue un rôle important dans la culture andine, à travers ses utilisations rituelles ou médicinales. Au Pérou et en Colombie, la culture est autorisée dans le cadre d’un usage traditionnel.

C’est un arbuste mesurant de 1,5 à 4 mètres de haut. Les feuilles mesurent de 2,5 à 7,5 cm et sont vert-clair. La cocaïne est extraite de ses feuilles.

NOM FRANÇAIS : Coca, Plante divine des Incas 

PRINCIPES ACTIFS : Enzymes (papaïne), polysaccharides (inuline) et alcaloïdes (anesthésiques, cardiotoniques et hypotenseurs) représentent de 0,2 à 1,3 % de la composition de la feuille de coca.

alt   

HOMÉOPATHIE Diathésique : Remède du groupe du Baryum (Kollitsch p. 238) :

  1. Vertiges et céphalées avec bruit de tintement dans les oreilles, aggravés par l’altitude : c’est le remède du « mal des montagnes ».
  2. Asthme aggravé par la conversation, avec enrouement, aphonie, dyspnée
  3. Règles survenant à flot la nuit, réveillant la femme et s’accompagnant de nymphomanie. 

Pathogénésie de son alcaloïde stupéfiant : COCAÏNUM (Kollitsch p. 238) :

  • Paralysies locales avec déficience mentale, surtout chez les diabétiques
  • Hébétude, jalousie, obscurcissement du sens moral
  • Désir de faire des prouesses physiques
  • Anorexie avec désir de sucreries
  • Sensation de « corps étranger » ou de « vers » sous la peau

 

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.