Coco nucifera

alt   Cocos nucifera 

Le Cocotier est un nom vernaculaire désignant en français certaines plantes de la famille des Arecaceae, la plus connue étant l’espèce Cocos nucifera. Botaniquement parlant, les cocotiers ne sont pas des arbres, mais des « herbes géantes » car ils ne possèdent pas de vrai bois au sens botanique. Ce sont, parmi les palmiers, ceux qui produisent les fruits appelés communément noix de coco (« coco-fesse » pour l’espèce seychelloise, qui ne flotte pas).

La floraison du cocotier produit une drupe, un fruit vert qui contient une noix et pousse en grappes de 5 ou 6, à l’aisselle des branches. La noix est entourée d’une épaisse enveloppe fibreuse de 5 à 15 cm appelée mésocarpe. Sous cette enveloppe, se trouve une mince coque brune très dure, qui renferme l’albumen – un liquide blanc laiteux qu’on appelle eau de coco et qui se transforme en chair au fur et à mesure de la maturation du fruit. C’est l’albumen séché de la noix proprement dite ou coprah.

Les noix de coco sont des « fruits navigateurs », car transportés par les flots et germées, elles se plantent peu profondément dans un sol riche additionné d’une bonne quantité de sable salé de préférence. Le cocotier ne nécessite pas d’arrosage, sauf si la saison sèche s’étend au-delà de 3 mois. Le cocotier produit ses premiers fruits entre sa sixième et huitième année, puis durant cinquante à soixante-dix ans en croissance normale, s’il ne subit pas de dégradations.

PRINCIPES ACTIFS : Le coprah sert à la fabrication d’huile (riche en acides gras saturés) utilisée d’une part dans l’alimentation humaine, pour la confection de margarine, et d’autre part dans la fabrication de savon et de cosmétiques, en particulier du monoï en association avec la fleur de tiaré (voir sur ce site, dans l’herbier, le chapitre « huiles végétales »). Il sert parfois à nourrir le bétail, mais ne doit pas dans ce cas dépasser 15% de l’alimentation.

INDICATIONS : Diurétique, vermifuge, normocoagulant (indication de médecine tibétaine)

NB. On confond souvent l’eau de coco – contenu dans la noix – avec le « lait de coco ». Cette eau est consommée comme une boisson rafraîchissante. L’eau de jeunes noix de coco fut utilisée, dans des conditions d’isolements ne permettant pas l’accès à des soins médicaux suffisants, comme solution sucrée de réhydratation en IV ! C’est un liquide stérile, proche du profil d’électrolytes (sodium, potassium, magnésium) du plasma sanguin.

ACTION BIOLOGIQUE (BNS) :

  • Baisse les tests : Gamma précipitines / Kalium 
  • Augmente les tests : Alpha 1 / Arsenicum
  •  
A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.