Complexes Reckeweg : détoxication et peau

Les émonctoires …

Rappelons d’abord qu’au sein du corps, l’élimination des déchets se fait selon quatre voies préférentielles :

  • Le REIN … pour tous les déchets solubles
  • Le FOIE … pour les déchets gras (lipides insolubles)
  • Le POUMON … pour les déchets gazeux
  • Le COLON … pour les déchets fibreux
  • La PEAU … constituant un « émonctoire accessoire » qui ne se manifeste normalement qu’en situation pathologique.

Définition : La méthode du « drainage », vulgarisée par le dr. L. VANNIER, dans les années 1930, vise à accélérer les processus d’élimination des toxines par la prescription d’une basse dilution végétale (plante qui nourrit la structure) pour relancer une fonction (d’épuration) défaillante !

Drainage

Cette pratique s’appuie sur le fait que « Un redoublement du Yin se manifeste dans le Yang et réciproquement » (Su Wen chapitre 5), mais il est des cas où nous devons formellement la contre-indiquer…

  • Quand les structures (Yin) sont en excès, c’est à dire les obésités ! Nous avons tous dans notre clientèle des patient(e)s qui, ayant absorbé quelques gouttes par jour d’une petite plante (1 à 3D) paraissant bien indiquée, ont pris en quelques semaines une demi-douzaine de kilogrammes bien difficiles à reperdre ! C’est ce que la MTC appelle un « syndrome froid = le Yin en excès (graisse, eau …) exclu le Yang » … il faut commencer par disperser le Yin en excès (c’est à dire proposer un régime hypocalorique normo-glucidique), et se rappeller que « dans la plénitude de Yin, il y a un refroidissement interne » (ex.: les symptômes de Calcarea carbonica).
  • En situation d’hyperfonction pathologique, c’est à dire dans les syndromes allergiques ou inflammatoires ! C’est le cas de ce qui s’appelle en MTC un « syndrome chaleur = le Yang en excès exclu le Yin » … il faut commencer par « disperser le Yang en excès », et se rappeler que « dans la plénitude de Yang, il y a un échauffement externe » (ex.: les symptômes d’Arsenicum album).

 

Réflexions sur ces deux situations particulières :

1* « Une plénitude est une surrabondance de Qi malfaisant » : commencez par éliminez l’énergie perturbée ! Donc en cas de surpoids, proposez un régime alimentaire adapté et évitez absolument toutes les « plantes drainantes » proposées par votre pharmacien qui auront exactement l’effet inverse !

2* La grande difficulté médicale réside dans le diagnostic exact des situations de « plénitude – insuffisance – vide ». Se rappeler sans cesse que : « La nature d’un trouble est à l’opposé de sa manifestation »

3* « Le malade présentant une plénitude de Yang est plus facile à guérir que celui qui présente une plénitude de Yin » (Ling Tchrou, chapitre 53).

 

Le programme « détox », proposé par le laboratoire Reckeweg, vise à favoriser l’élimination des toxines accumulées (vider le verre). L’intérêt de ces remèdes bas dilués est qu’ils évitent de faire grossir (augmenter le YIN) mais relance nettement les fonction (YANG) =

  • Phase 1 = drainage du Foie … R7 HEPAGALEN
  • Phase 2 = drainage des intestins … R37 COLINTESTON (ballonnements, constipation)
  • Phase 3 = drainage cutané/sang … R60 PURHAEMIN
  • Phase 4 = drainage des reins … R18 CYSTOPHILIN (antécédents de cystites ?)

Posologie : 45 gouttes à diluer dans un litre d’eau à boire chaque jour

 

Ce programme mérite – à notre avis – d’être personnalisé :

1. s’assurer que nous ne sommes pas en face d’une des deux contre-indications vues plus haut : YIN = revoir l’équilibre alimentaire (excès de sucres, de sels, de mauvaises graisses ?) et proposer d’arrêter les dentifrices au fluor (le fluor, halogène comme l’iode, prend sa place dans la thyroïde) ou YANG = les pathologies en cours :

—> inflammatoires, pour lesquelles on peut utiliser :

Dr. Reckeweg® R 1 … ANGINACID : modulateur de l’inflammation : Apis mel. D4 + Baryta mur. D6 + Belladonna D4 + Calcarea iod. D4 + Hepar sulf. D12 + Kalium bichrom. D4 + Lachesis D12 + Teucrium marum D6 + Mercurius sol. D5 + Phytolacca D4

—> allergiques, avec une recherche des intolérances alimentaires (+ de 10% de la population actuellement !) et éviction éventuelle.

Dr. Reckeweg® R 37 … COLINTESTON : cas de ballonnements, constipation : Alumina D12 + Bryonia D4 + Colocynthis D4 + Lachesis D30 + Lycopodium D4 + Mercurius corr. D8 + Nux vomica D6 + Plumbum aceticum D12 + Sulfur D12

—> dégénératives, déficience organique qui risque de s’aggraver sous stimulation (ex. insuffisance rénale évoluée !)

Dr. Reckeweg® R 18 … CYSTOPHILIN : si antécédents de cystite ou lithiase : Berberis D4 + Cantharis D4 + Dulcamara D4 + Equisetum hiemale D6 + Eupatorium purpur. D3

 

2. Aider à restaurer l’équilibre de votre corps, en commençant par le sang :

Dr. Reckeweg® R 7 … HEPAGALEN : le foie épure 2400 litres de sang en 24h ! Carduus marianus D2 + Chelidonium D2 + China D3 + Cholesterinum D6 + Colocynthis D6 + Lycopodium D4 + Nux vomica D4

Dr. Reckeweg® R 60 … PURHAEMIN : drainage sang donc cutané : Aranea diadema D12 + Conium D30 + Fumaria D6 + Hepar sulfur D12 + Juglans D6 + Myosotis arv. D6 + Sarsaparilla D6 + Scrofularia D6

 

3. relancer les régulations endocrines, surtout en situation de fatigue physique ou nerveuse :

Dr. Reckeweg® R 19 EUGLANDIN M … équilibre hormonal masculin : Thymus D12 + Thyroïdea D12 + Hypophysis D12 + Pancreas D12 + Surrenale D12 + Testis D12

Dr. Reckeweg® R 20 EUGLANDIN F … équilibre hormonal féminin : Thymus D12 + Thyroïdea D12 + Hypophysis D12 + Pancreas D12 + Surrenale D12 + Ovarium D12

 

4. Dans le cas d’une maladie dégénérative (défaut de réaction ou exacerbation de certains symptômes sous traitement), il conviendra de soutenir les fonctions du patient par un complexe stimulant l’organisme affaiblit :

Dr. Reckeweg® R 26  REMISIN

(Nitricum acidum D12 + Phosphoricum acidum D12 + Calcarea iodata D12 + Ferrum iodatum D12 + Sulfur iodatum D12)

Dr. Reckeweg® R 59  VESICULIN : en cas de surpoids (Fucus vesiculosus D2 1 ml, Graphites D12 1 ml)

 

A4 – Affiches_Conferences 09.02.2017 dermato

Quelques dermatoses fréquemment rencontrées :

L’acné

Affection banale, mais toujours difficile à traiter, car point de rencontre d’une maladie de « chaleur » (aggravée avant les règles, car stagnation) –> expression à la peau, en haut : dos et face (car la chaleur monte !) et d’un « vide d’eau », car trouble hormonal associé.

Si localisée au front = Vésicule biliaire / aux pommettes = Gros intestin / au collier de barbe = Estomac

Les allopathes ne disposent que de trois types de médicaments anti-acnéïques :

  1. Les kératolytiques (vit. A acide ou le lactate d’ammonium), qui appliqués localement peuvent agir sur l’acné microkystique,
  2. Les antiséborrhéiques (Roaccutane et Diane 35), qui sont utilisés dans les cas d’acné macro-kystique (bilan hépatique obligatoire ++), à éviter si possible car effets à long terme
  3. Les anti-inflammatoires (cyclines et peroxyde de benzoyle), qui sont réservés aux acnés étendues.

 

Le traitement de terrain devra comprendre :

— Une correction de la dysfonction hormonale (augmentation de la DHEA surrénalienne – cas des compléments alimentaires des salles de fitness ! ou problème 
lié à l’hypersensibilité des récepteurs ?) =

Dr. Reckeweg® R19 … EUGLANDIN M … équilibre hormonal masculin : Thymus D12 + Thyroïdea D12 + Hypophysis D12 + Pancreas D12 + Surrenale D12 + Testis D12

Dr. Reckeweg® R 20 … EUGLANDIN F … équilibre hormonal féminin (acné juvénile ou ménopause) : Thymus D12 + Thyroïdea D12 + Hypophysis D12 + Pancreas D12 + Surrenale D12 + Ovarium D12

 

— Une correction de la dysfonction digestive =

Dr. Reckeweg® R 37 … COLINTESTON. Antispasmodique et déconstipant (Alumina D12, Bryonia D4, Colocynthis D4, Lachesis D30, Lycopodium D4, Mercurius D8, Nux vom. D6, Plumbum D12, Sulfur D12)

 

— Une correction de l’immunité au stade suppuratif. Deux aspects très différents s’observent en clinique et sur le protidogramme (bilans BNS) :

 

1/ la stagnation prédomine : comédons et microkystes (séborrhée et hyperkératinisation). BNS en hyper Albumines. Les remèdes principaux sont :

  • Natrum muriaticum : éruption acnéique symétrique à « têtes blanches », sujets à peau « mixte »
  • Sulfur iodatum : rougeurs importantes (acné polymorphe juvénile).

2/ la sécheresse et l’inflammation sont au premier plan : acné nodulo-kystique : lésions tubéreuses violacées sur séborrhée intense, le grattage peut générer des ulcères ! 
BNS en hyper Gamma. Les remèdes principaux sont :

  • Kalium bromatum : acné pustuleuse, du dos ++ (chaleur sur trajet du méridien IG, car vide de sang du Foie), adolescent anxieux, agité, « mal dans sa peau », somnambule
  • Thuya occ. : aggravé après une vaccination 
(glaires)
  • Silicea (inflammation froide) ou Pulsatilla (si), durant les phases suppuratives.

Nosode : Tuberculinum

Dr. Reckeweg® R 53 … COMEDONIN : Ammonium bromatum D12 + Bromum D12 + Hepar sulfur D30 + Juglans regia D30 + Kalium bromatum D12 + Ledum palustre D30 + Natrum bromatum D12 + Natrum muriaticum D200 + Placenta D12 + Viola tricolor D12

Conseil : il est important de n’utiliser que des substances non agressives sur la peau et d’éviter de percer les boutons !

L’eczéma

Epidermo-dermite vésiculeuse (= bulle d’eau), faite d’une série de lésions (petites vésicules) qui coexistent et/ou se succèdent : elles éclatent, suintent et se recouvrent de croûtes provoquant de fortes démangeaisons. Progressivement la peau s’épaissie et se dessèche à l’endroit des lésions, elle finit par se craqueler, se fissurer et devenir douloureuse.

Pour la MTC, il s’agit d’une « mauvaise répartition de l’humidité ». Si les aspects sont très différents, le mécanisme physiopathologique peut se résumer à un problème d’élimination toxinique par le Rein (cause), avec expression de bulles d’eau sur la peau (manifestation locale du pôle Poumon) :

  • sur une « insuffisance » du pôle poumon (ex.: Arsenicum album …)
  • ou un poumon « qui ne peut se vider » (ex.: Antimonium crud. ou Graphites …)
  • avec « insuffisance de feu du Cœur » (triangle de l’eau), ex.: Natrum mur. ou Medorrhinum

Le traitement de l’eczéma n’est pas évident. Celui-ci devrait de façon optimale comprendre un polycrest en dilution haute et son draineur cutané en basse dilution (ex.: Lycopodium et Mahonia, Sepia et Viola tricolor …). Chez l’adulte, les IgE et IgA sont augmentés. Sur les BNS le protidogramme est souvent de type « tuberculinique » : hypo Bêta + Gamma précipitines, avec un test Zinc hyper floculant (quand les lésions sont suintantes).

Dr. Reckeweg® R23 … NOSODERM … Eczéma, dartres, éruptions

(Arsenicum album D30 + Apis mellifica D30 + Rhus tox. D30 + Sulfur D30)

En cas d’échec, il faudra faire rechercher au laboratoire une intolérance alimentaire ou une dysbiose intestinale.

Les plantes les plus efficaces sont : Juniperus communis (ch1) enfant et Caltha palustris (ag) adulte

 

Le psoriasis

Dermatose squameuse chronique, qui touche environ 3 % de la population en Europe. On y observe une suractivité les lymphocytes T dans la peau, avec libération de cytokines qui déclenchent l’inflammation et une prolifération anormale des kératocytes. Les formes sont variées et le traitement reste délicat, car reflet de troubles multiples :

— Immunitaires familiaux : un tiers des cas commence dès l’enfance (on peut voir un psoriasis des couches !), parfois déclenché par un vaccin (variole, BCG …).

— La dermatose est réactivé par les conflits affectifs (Staphysagria en est un grand remède) sur tempérament nerveux-bilieux (Sepia le plus souvent = insuffisance hépatique).

— Se compliquant dans 10% des cas d’un rhumatisme inflammatoire !

 

Une étude américaine (« Arch. Dermatol. » Vol. 145, juin 2009) le confirme : Le psoriasis n’est pas qu’une maladie de peau, car l’inflammation n’est pas que locale, elle majore le risque : de diabète de type 2, de goutte et de dyslipidémie, d’HTA, d’infarctus du myocarde (pour les formes sévères), d’artériopathie périphérique et d’accident vasculaire cérébral ! Cependant, traiter de façon « agressive » le psoriasis n’améliore pas notablement le risque de survenue des complications vasculaires.

Le traitement allopathique est « local et prolongé » : les corticoïdes locaux et la vitamine D (Daivonex – de structure spatiale voisine de la cortisone !), la puvathérapie (car les UV sont immuno-supresseurs), le Néotigason (Soriatane) qui a des effets dévastateurs au niveau du foie et des cheveux, la Ciclosporine ou le Méthotrexate, les anti TNF-alpha et les AC-anti Lymphocytes ont été essayés dans les formes graves de « psoriasis en plaques » : 30% des patients voient ainsi leur dermatose se réduire de 75%.

Pour la MTC, la « maladie de la squame argentée » a pour cause un « vide de sang du foie » qui va entrainer une « stagnation chaleur » qui s’exprimera à la peau, et en particulier sur les méridiens Tsi-Pie (coudes et genoux).

Dr. Reckeweg® R 65 … PSORIASIN

(Arsenicum album D12, Berberis aquifolium TM, Calcarea carbonica D30, Centella asiatica D2)

 

Varicelle / Zona :

Névrite infectieuse à « herpès virus » (VZV, agent de la Varicelle) avec manifestations cutanées (vésicules flasques et louches) comparables à l’herpès, mais localisées le long d’un trajet nerveux, unilatéralement, accompagnée d’adénopathies et de troubles sensitifs névralgiques laissant fréquemment des séquelles douloureuses.

Le virus quiescent peut être réactivé par une maladie systémique, une vaccination ou un traitement immuno-suppresseur. Il existe maintenant un vaccin dont nous n’avons pas l’expérience ! Le malade peut se présenter à des stades différents de la maladie :

 

APPARITION DES SYMPTOMES SENSITIFS (prurit, vésicules et troubles vasomoteurs) : la douleur s’installe sur le trajet nerveux.

  • Mezereum (hg) … brûlures, vésicules à liquide louche, vite recouvertes d’une croute
  • Rhus radicans (hg), Rhus vernix ou Rhus toxicodendron … besoin constant de changer de place, vésicules pruriantes à liquide clair, remède à choisir selon la grosseur des vésicules.

D’autres remèdes peuvent s’imposer selon les symptômes :

  • Croton tiglium (s) … zona inguinal, brûlures intenses.
  • Ranunculus bulbosus (s) … zona intercostal ou temporo-orbitaire, vésicules confluentes, douleurs brûlantes aggravées par le froid et l’humidité.

 

Dr. Reckeweg® R 6 … GRIPFEKTANen phase aiguë : Aconitum D4 + Bryonia D4 + Camphora D4 + Causticum D6 + Baptisia D4 + Eupatorium perf. D3 + Ferrum phos. D8 + Gelsemium D6 + Eucalyptus D6 + Sabadilla D6

Dr. Reckeweg® R 68 … HERPESZOSTIN … Herpès, varicelle, zona : Croton tiglium D6 + Mezereum D3 + Natrum muriaticum D6 + Rhus toxicodendron D4

FORMES COMPLIQUEES :

  • Arsenicum album … brûlures hyperalgiques entre 1 et 3 h du matin, surinfection.
  • Crotalus (ge) … vésicules hématiques et nécrotiques.
  • Graphites (ch1) … éruption vésiculeuse avec pus gluant

ZONA RECIDIVANT :

Les complications neurologiques sont les plus fréquentes : il s’agit principalement d’une névralgie post-herpétique, d’une paralysie des nerfs crâniens ou périphérique dans le territoire du nerf atteint (1-6 %).

Hypericum perforatum (30 CH minimum) … douleurs en éclairs, avec engourdissement, aggravées par les secousses (zona des membres) et par les mouvements.

 

Une forme clinique fréquente (10 à 15% de tous les cas de zona) est l’atteinte oculaire, qualifiée de « zona ophtalmique ». Celui-ci traduit l’atteinte du ganglion de Gasser (territoire ophtalmique du Trijumeau), il débute par des douleurs frontales ou orbitaires associées à une anesthésie cornéenne avec œdème palpébral. On a décrit des complications oculaires (conjonctivite, kératite), en particulier si l’éruption cutanée siège au niveau de la pointe du nez. Le bilan ophtalmologique doit être précoce, avec étude de la sensibilité cornéenne.

Euphrasia (s) … photophobie, larmoiement

 

Le zona est contagieux et peut provoquer une varicelle chez quelqu’un qui ne l’a jamais eue. Il est souhaitable qu’un sujet atteint de zona soit relativement isolé et n’entre pas en contact avec des sujets ayant un déficit immunitaire ou une femme enceinte (conséquences graves en fin de grossesse).

Dr. Reckeweg® R 88 INFLUENZINUM COMP. si récidivant : Caryophyllus D3 + Coxackie D30 + Diphterinum D30 + EBV D30 + Euphrasia D5 + Herpès D30 + VZV D30 + Influenzinum D30 + MNI D30 + Morbillinum D30 + Polio D30

 

Bibliographie :

  • « Spécialités homéopathiques » Lab. Dr. Reckeweg (http://www.reckeweg.de)
  • « Matière médicale thérapeutique »   Paul Kollitsch (1955, réedition Hélios 1989)
A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.