Conjonctivites

    Les conjonctivites  

Les conjonctivites bactériennes sont communes chez les enfants. Les yeux sont rouges, les paupières enflées avec éventuellement des décharges de pus. Elles sont contagieuses par contact direct. Une culture peut être faite pour déterminer la bactérie en cause.

.

La conjonctivite virale, commune chez l’adulte, est extrêmement contagieuse (même par contact indirect). Les yeux deviennent injectés et démangent. On constate souvent un larmoiement et des dépôts de mucus, ainsi que des paupières gonflées. Les deux yeux sont affectés. Le traitement classique consiste à réduire les symptômes, puisque qu’il n’y a pas de remède contre ces virus. Le traitement dure généralement 2 semaines. Il faut se laver les mains après avoir touché les yeux.

1/ Catarrhales aiguës : réponse conjonctivale à l’inflammation

DEBUT :

  • Aconit … d’installation brutale, exposition au froid sec, conjonctive rouge, douleur brûlante.
  • Apis mel. (hg) … œdème des paupières, chémosis.

ApisMel

  • Belladonna (ca) … hyperhémie conjonctivale, avec sensation de sécheresse.
  • Ipeca (ph) … larmoiement, aggravé par le mouvement des yeux, nausées avec langue propre.

ETAT :

  • Euphrasia (s) … hyperhémie, larmoiement irritant, sécrétion collante, amélioré par la chaleur. Peut s’accompagner d’un écoulement nasal non irritant, avec :
    • une photophobie marquée
    • une sensation de cuisson, de brûlure, de démangeaisons des yeux
  • Kalium iodatum …  le larmoiement est intense, œdème de la conjonctive et de la paupière, associé ou non à un écoulement nasal aqueux et irritant. cause allergique ++, aggravé à la chaleur et la nuit.
  • Mercurius solubilis … blépharite et kératite (Platina, Pulsatilla), si écoulement = Euphrasia, mais aggravé par la chaleur et la nuit.

Allergique :

  • Euphrasia (plus l’œil), Allium cepa (plus d’écoulement nasal, avec éternuements),
  • Avec éventuellement : Apis mel. ou Kalium iodatum … si amélioré par le froid
  • Arsenicum album ou Urtica urens … si aggravé par le froid
  • Psorinum ou/et T.K. … si chronicité

Catarrhales subaiguës (ex. : conjonctivite angulaire, à diplocoque de Morat) :

  • Graphites (ch) … sécrétions gluantes de l’angle externe.
  • Kalium muriaticum … sécrétions blanchâtres, collantes, rhinorrhée postérieure.
  • Petroleum … fissures de l’angle des paupières, aggravée par le froid.
  • Zincum metallicum … irritation de l’angle interne, prurit et hyperhémie.

Purulentes

Les bactéries sont reconnues à l’examen bactériologique fait sur le prélèvement.

  • Argentum nitricum … spécifique de la gonococcie et du trachome (une dose 200K), sécrétions peu irritantes, mais photophobie importante, aggravé par la chaleur
  • Hepar sulfur (ca) … sécrétions épaisses, abondantes, aggravée par le froid et au toucher.
  • Pulsatilla (si) … écoulement jaune, non irritant, aggravé par la chaleur.
  • Medorrhinum … si chronicité

A fausses membranes :

  • Kalium bichromicum … écoulement muqueux, sur fond d’ulcération, amélioré par la chaleur. Ni photophobie, ni purulence, ni congestion forte (différent d’Argentum nitricum)
  • Mercurius cyanatus … membrane blanc-grisâtre, à tendance extensive.

Conjonctivite proliférative : cas ci-dessus (giganto papillome récidivant – qui nécessite une intervention toutes les 3 semaines !), apparu trois semaines après le vaccin ROR !

Le BNS effectué a un aspect assez banal pour l’âge (hyper Albumines + tests hypo), mais montre un pôle cutanéo-muqueux en situation inflammatoire (hyper Alpha2) et les tests de ce pôle dissociés ( en gris, dont Arsenicum élevé).

Si vous souhaitez réaliser un BNS12 ou 24, cliquez sur ce lien : www.mybiobox.com

.

Conjonctivites folliculaires : larmoiement + douleurs + photophobie

Conjonctivite virale à adénovirus le plus souvent, deux types principaux =

  • type 3: d’évolution favorable sans séquelles en 15 jours,
  • type 8: épidermique et unilatérale : séquelles cornéennes.

Aconit (s), Belladonna, Apis mel. (hg), Ferrum phosphoricum, Pulsatilla (si) … selon signes et modalités. Morbillinum … conjonctivites qui ne guérissent pas, surtout si notion d’exanthème.

   HERPES CORNEEN

Vaccinotoxinum … herpès cornéen et kératite méta-herpétique.

voir aussi chapitre « Herpès » du service des « maladies infectieuses »

Kératite ulcéreuse de la cornée : China (as), Mercurius, Natrum mur., Pulsatilla, Thuya occ

Albugo (voile opaque sur la cornée) : China (as), Mercurius, Opium (ba), Pulsatilla

Il faut aussi prendre en compte le contexte général. Ainsi, les pathologies rhumatologiques peuvent s’associer à des troubles ophtalmologiques variés (kératites, ulcères cornéens, sclérites, uvéites, vascularites rétiniennes, neuropathies optiques ou atteinte inflammatoire des glandes lacrymales).

  1. – PR = syndrome sec de Gougerot-Sjögren, kératites, sclérites et vascularites
  2. – SPA 25% d’atteintes ophtalmologiques = iritis bilatéral de Bechterew
  3. – Syndrome de FLR = conjonctivite, kératite, uvéite …

De plus, certaines thérapeutiques utilisées en rhumatologie (sels d’Or, antipaludéens, corticoïdes …) peuvent entrainer des complications iatrogènes ophtalmologiques.

Collyres homéopathiques :

  • Stade catarrhal : Calendula + Euphrasia 6DH aa sérum iso-larmes QSP.
  • Stade purulent : Euphrasia + Nitrate d’argent 6DH aa sérum iso-larmes QSP.
  • « Oculoheel » (lab. Heel) avec : Euphrasia, Echinacea, Jaborandi

Organothérapie / Sérothérapie :

  • « Oeil » toujours, 3 suppositoires par semaine
  • « Poumon-histamine » 9 CH … si terrain allergique
  • « SRE » … blépharo-conjonctivite récidivante.

Dans tous les cas, tisane (Species ophtalmicae Weleda) avec : Erythraea centauria + Euphrasia + Fenouil + Plantago folium

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.