Diagnostic d’un ictère

L’ictère (ou jaunisse) est lié à une augmentation du taux sérique de la bilirubine qui se manifeste par une coloration plus ou moins jaune de la peau, des muqueuses et des sclérotiques du patient. Celle-ci peut être présente sous deux formes :

  1. non-conjuguée (ou « libre ») liée à un excès de production ou à un déficit enzymatique congénital
  2. conjugée, secondaire à une cholestase : décoloration des selles, urines sombres. 

alt   conjonctive jaune

.

A – La lithiase du cholédoque (même sur antécédent de cholécystectomie, car le calcul peut se former ailleurs que dans la vésicule)           

  • Femme en préménopause, antécédent de calcul biliaire (Sepia ?)           
  • Douleur brutale récente et à la palpation de l’épigastre           
  • Bilirubine totale et conjuguée, phosphatases alcalines élevées           
  • Traitement par sphinctérotomie endoscopique (90% de succès) ou laparoscopique           
  • Complications = angiocholite et pancréatite aiguë (50% des cas non opérés) 

Traitement homéopathique :« Lachesis et Ignatia sont des remèdes souverains dans les cas de dyskinésie biliaire, accompagnés de remèdes hépatiques, ils rééquilibrent rapidement les femmes qui en sont atteintes » (Dr Desjars).

  • La douleur est aggravée par le moindre mouvement : Berberis (al), Bryonia (ph)
  • La douleur irradie à l’omoplate droite : Chelidonium (ph)
  • Douleur avec vomissements et diarrhée : Podophyllum (s), Natrum sulfuricum
  • Alternance diarrhée et constipation : Carduus marianus (mg), Myrica cerifera (ph)
  • Constipation : Raphanus sativus niger (s)
  • Hypersensibilité aux odeurs : Ignatia amara (na), Colchicum (as), Sepia 

Complexes de Heel :

Chelidonium homaccord … Ictère de cholestase (Chelidonium D10, D30, D200, Belladonna D10, D30, D200, Fel tauri D10, D30, D200).  Avec Echinacea comp. si angiocholite.

Hepar compositum … La relance des fonctions hépato-vésiculaires (Hepar suis D8, Duodenum, Thymus, Colon, Vésicule, Pancréas D10, China D4, Chelidonium D4, Carduus marianus D3, Sulfur D13, Vit. B 12 D4, Taraxacum D4, Cynara D6 …) 

En MTC, ictère = stagnation, chaleur humidité, « la terre attaque le bois » : à traiter par Artemisia annua

.

B – Cancer du pancréas :

L’ictère s’est installé progressivement, précédé de prurit, sans douleur ni fièvre, on palpe une grosse vésicule tendue. Bilirubine totale et conjuguée, phosphatases alcalines élevées, ACE et CA 19-9 élevés. La tumeur est le plus souvent inextirpable (car extension vasculaire) : survie < à 10% à 5 ans

 

C – Hépatite alcoolique sur cirrhose (voir aussi le chapitre « Cirrhose » en « Immunologie »). Antécédent de consommation de plus de 50 gr. d’alcool par jour depuis plus de 20 ans. Bilirubine totale et conjuguée, GammaGT et Transaminases élevées, mais phosphatases alcalines normales.

Cas clinique : le BNS (exemple ci-dessous) est très perturbé : fibrose (hyper gamma) + acidose (hypoAlbumines / hyperAlpha 1) + stress oxydatif (Euglobulines élevées) + hyperlipémie (S, Mn, Pb, Ph …).        

alt

Si vous souhaitez réaliser un BNS12 ou 24, cliquez sur ce lien : www.mybiobox.com

L’échographie et la ponction confirme une cirrhose multinodulaire (TP < à 50%)           

Traitement logique par supplémentation en acide folique, vit. ACE + D, Magnésium, Silice et Zinc, avec la plante et les sels proposés par le BNS, par exemple : Carduus marianus, Chelidonium majus, Taraxacum dens leonis … 

Leptandra comp. … L’hypertension portale (Leptandra D2, Quassia amara D3, Podophyllum D3, Arsenicum album D4, Carbo veg. D10, Niccolum metal. D10, Phosphorus D6) 

HépatiteA

D – Hépatite virale … mais laquelle ? (A/B/C … autre).

L’ictère s’est installé progressivement, après un syndrome pseudo-grippal, les urines sont foncées. NB. aucun traitement allopathique ne permet de raccourcir la durée d’une hépatite aiguë, ni de prévenir l’évolution vers une cirrhose (VHB, VHC). Les traitements modernes des hépatites B (ADN) et C (ARN) chroniques (bithérapie) enregistrent à présent de bons taux de réussites. 

Homéopathie complexiste utilisable sur ces cas :

Hepeel … Lésions hépatiques (comprimés à sucer) + Galium heel … immunostimulant (Lycopodium D2, Chelidonium D4, China D3, Nux moschata D4, Carduus marianus D2, Phosphorus D6, Veratrum D6, Colocynthis D6) 

Ubichinon comp.  …  formule de protection tissulaire contre le stress oxydatif (Vit . B1, B5, B6, C D6, Myrtillus D4, Podophyllum D4, Gallium aparine D6, Ubichinon D10, ATP D10 …).

Bien sûr, un bilan BNS apportera un éclairage plus personnalisé et proposera des draineurs optimums.

A noter deux causes d’ictère d’origine génétique :

La maladie de Gilbert : Ictère discret récidivant, affection fréquente (2 à 4% de la population) liée à un déficit partiel de la glucuronoconjugaison de la bilirubine. 

La maladie de Crigger-Najjar (type 2) est plus rare. 

 

Il y a deux cent ans, Hahnemann et ses adeptes ne disposaient pas des méthodes requises pour distinguer les différentes causes des ictères. Dans son répertoire, Kent propose une liste de 113 médicaments pour l’ictère du visage (rubrique peau), avec au 3ème degré :   

  • Mercurius solubilisChelidonium (ph), Sepia (mg) …   
  • Yeux jaunes = Nitricum acid., Nux vomica (s), Spigelia (cu)     
  • Ictère avec prurit = Hepar sulfur
  • Ictère avec urines sombres = Carbolicum acid., Chionanthus virginica, Colchicum,
  • Lachesis, Mercurius corrosivusPhosphorus (correspond surtout aux hépatites toxiques), TerebinthinaVeratrum album …

 

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.