Le « drainage »

Question … Que pensez-vous du  » drainage  » ?

Réponse … Rappelons d’abord qu’au sein du corps, l’élimination des déchets se fait selon quatre voies préférentielles :

  1. Le REIN … pour tous les déchets solubles
  2. Le FOIE … pour les déchets gras (lipides insolubles)
  3. Le POUMON … pour les déchets gazeux
  4. Le COLON … pour les déchets fibreux

Attention de ne pas confondre le « drainage phytothérapique », sujet que nous développons ci-dessous, qui est la thérapeutique favorite des naturopathes, avec le « drainage lymphatique manuel » (DLM), thérapie utilisant une technique douce de massage, mise au point par le Dr Vodder, ayant pour but d’activer et régulariser la circulation de la lymphe.

Définition : La méthode du « drainage », chère au dr. L. VANNIER, dans les années 1930, visant à accélérer les processus d’élimination, consiste en la prescription d’une basse dilution végétale (plante qui nourrit la structure) pour relancer une fonction (d’épuration) défaillante !

Drainage

Cette pratique (voir schéma ci-dessus) s’appuie sur le fait que « Un redoublement du Yin se manifeste dans le Yang et réciproquement » (Su Wen chapitre 5), mais il est des cas où nous devons formellement la contre-indiquer…

  1. les structures (Yin) en excès, c’est à dire les obésités ! Nous avons tous dans notre clientèle des patient(e)s qui, ayant absorbé quelques gouttes par jour d’une petite plante (1 à 3D) paraissant bien indiquée, ont pris en quelques semaines une dizaine de kilogrammes bien difficiles à reperdre ! C’est ce que la MTC appelle un « syndrome froid = le Yin en excès (graisse, eau …) exclu le Yang » … il faut commencer par disperser le Yin en excès (c’est à dire proposer un régime hypocalorique normo-glucidique), et se rappeller que « dans la plénitude de Yin, il y a un refroidissement interne » (ex.: Calcarea carbonica).
  2. les hyperfonctions pathologiques, c’est à dire les syndromes allergiques ou inflammatoires ! C’est le cas de ce qui s’appelle en MTC un « syndrome chaleur = le Yang en excès exclu le Yin » … disperser le Yang en excès, et se rappeller que « dans la plénitude de Yang, il y a un échauffement externe » (ex.: Arsenicum album).

Réflexions sur ces deux importantes remarques :

1* « Une plénitude (vraie) est une surrabondance de Qi malfaisant » : commencez par éliminez l’énergie perturbée. Donc en cas de surpoids, commencez par un régime alimentaire adapté (voir sur ce site la section « régime personnalisé ») et évitez absolument toutes les « plantes drainantes » proposées par votre pharmacien qui auront exactement l’effet inverse !

2* la grande difficulté médicale réside dans le diagnostic exact des situations de « plénitude – insuffisance – vide », que celles-ci soient généralisées ou simplement localisées. Se rappeler sans cesse que :

  • « Le Yin (structure) est la base matérielle du Yang (fonction), le Yang mobilise, réchauffe et protège le Yin« .  
  • « La nature d’un trouble est à l’opposé de sa manifestation »
  • et que « La primauté du Yin fait la faiblesse du Yang et réciproquement, la primauté du Yang se traduit par un échauffement, celle du Yin par un refroidissement » (cf. Su Wen chapitre 5)

3* « Le malade présentant une plénitude de Yang est plus facile à guérir que celui qui présente une plénitude de Yin » (Ling Tchrou, chapitre 53).

4* Lorsque l’affection est grave, on peut observer une insuffisance vraie (de Yin + Yang) : une évolution grave est alors à craindre, car il y a un phénomène de stagnation (hypo-Yang) sur insuffisance de liquides organiques (hypo-Yin) —-> vers des pathologies inflammatoires destructrices (MTC = la « chaleur au sang » !)

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.