Engelures – syndrome de Raynaud

Le « syndrome de Raynaud »

.

Parfois aussi appelé « acrocyanose », c’est un trouble symétrique de la circulation sanguine au niveau des doigts et des orteils (et parfois aussi du nez et des oreilles), avec la persistance, inégale, d’un marbré rouge de la peau des doigts, les poignets et les chevilles, avec une transpiration abondante, déclenchée par le froid.

En effet, le froid produit une réduction anormale de la circulation sanguine, ce qui donne à la peau un aspect pâle, cireux ou bleuté que l’on observe facilement dans les doigts, delà le nom de « doigt mort » parfois donné à cette affection. 

Le froid est la principale cause de ce trouble hivernal, mais peut aussi être causé par :

  1. Des maladies immunes qui atteignent les vaisseaux sanguins, comme la Sclérodermie ou le Lupus
  2. L’utilisation d’outils ou des appareils vibrants (perforatrices pneumatiques …)
  3. Lié à une prise de médicaments (bêtabloquants)
  4. Associés à l’anxiété ou d’un désordre hormonal 

Il n’existe pas véritablement de traitements curatifs en allopathie. Par ailleurs, les personnes qui souffrent de cette maladie ont souvent la peau sèche.

  1. Se protéger les mains contre les températures extrêmes
  2. Une bonne hydratation grâce à une crème adaptée permet de diminuer la sensibilité au changement de température.
  3. Pour les fumeurs, une priorité : arrêter la cigarette et le Cannabis. Cela améliore considérablement les symptômes. 

Un européen sur 10 est concerné. Le syndrome débute généralement à l’adolescence et touche en particulier les femmes. La cause ? Dans 95 % des cas… on ne la connaît pas. Mais l’affection est en général bénigne. Elle peut durer toute une vie ou plusieurs années puis disparaître brutalement, par exemple à l’occasion d’une grossesse.

SepiaX

 

Cas clinique : Une jeune femme de 20 ans est vue pour un engourdissement de la langue. Cette patiente est connue pour un syndrome de Reynaud des extrémités, traité par prostacycline, IPP et prednisolone, car elle présente des anticorps antinucléaires et anti-nucléoprotéines (sclérodermie).

Sa langue a commencé à poser problème il y a deux ans, avec des épisodes intermittents d’engourdissement, accompagnés de dysarthrie. Manifestations qui régressent en 15 minutes environ. Ces phénomènes linguaux ne surviennent jamais au cours des consultations : la patiente a alors l’idée de photographier sa langue avec son téléphone portable à l’occasion d’une « crise » : la langue est blanche, ce qui signe le phénomène de Reynaud lingual !

 

Que propose la « médecine intégrée » ?

Extrémités froides : c’est toujours un problème d’insuffisance de sang et d’énergie (hypo Alpha 1 + 2, comme dans le cas du BNS ci-dessous – d’autant que « c’est l’énergie qui mobilise le sang« ). Exposition au froid (qui consomme le Yang) + vide de sang (Foie) => vaso-constriction => stagnation => chaleur => obstruction (Rate insuffisante, avec des manifestations de type « feu »).

Traitement sur-mesure en fonction du BNS de la patiente ou Complexe « Circulo-injeel » du lab. Heel (Argentum, Ars. alb., Baryta iod., Calcarea carb., Curare, Solanum nigrum, Tabacum, Secale cornutum).

NB. Si vous souhaitez réaliser un BNS12 ou 24, cliquez sur ce lien : www.mybiobox.com

Pensez aussi à une cryoglobulinémie, maladie auto-immune à dépôts d’IgM, dont les symptômes s’apparentent au syndrome de Raynaud. Remèdes homéopatiques : Secale cornutum (pb), Plumbum, Arnica (ecchymoses), Lachesis, Carbo vegetabilis (cyanose des extrémités), Gentiana lutea (k).

*****

La gelure est une brûlure par le froid. Comme pour une brûlure, la gelure peut être superficielle ou profonde. Elle peut parfois atteindre les muscles et les os. La gelure apparaît lors d’une exposition à certaines conditions météorologiques (température et vent). Elle apparaît lors de l’exposition durable du corps à une température de moins de 0 °centigrades. Elle peut être éventuellement associée à une hypothermie générale.

.

.

L’engelure est moins grave et provient d’une exposition durable à une température au dessous de 10 °C. La perte de sensibilité est moindre par rapport à la gelure qui, elle, anesthésie la zone atteinte.

Stade 1 :

  • Arnica montana … la fragilité capillaire, les ecchymoses de contact (micro-traumatique).
  • Pulsatilla + Clematis vitalba (si)
  • Calcarea fluorica ou Hamamelis (fe) … l’endolorissement des trajets veineux
  • Sulfuricum acidum … remède de l’ecchymose spontanée
  • Zincum … si prodrome = démangeaisons

Stade 2 :

  • Agaricus (pb), Secale cornutum … bleuâtre avec sphacèles.
  • Carbo animalis ++ ou Lachesis … la cyanose, sur problème d’hyperlipidémie ?
  • Mezereum (hg) … le nez
  • Nitricum acidum … saignantes, douloureuses.
  • Petroleum ++ … fissurées, prurit brûlant.
  • Les remèdes du spasme : Plumbum et Secale cornutum (pb) … cf. le rôle du shunt précapillaire

Engelures

Stade 3 :

  • Arsenicum album … l’état prégangréneux.
  • ou Phosphorus … l’état lésionnel, la douleur.
  • Carbo vegetabilis  … l’asphyxie tissulaire.
  • Calendula (hg) … la surinfection.

Localement : appliquer régulièrement … Pommade au Placenta (Soca) ou la « crème au Calendula » (lab. Weleda)

Prescrire de la Vitamine D ++ (par ex.: Stérogyl, 3 gouttes par jour, 10 jours par mois)

Sérothérapie : « Neurovasculaire » + « Sympathique total » 4CH sérum equi, 10 gouttes, à alterner chaque jour, en fonction du tableau clinique

Gangrène

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.