Enzyme de conversion de l’angiotensine

Le dosage sérique de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (ECA)

Enzyme (protéine accélérant les réactions chimiques de l’organisme) fabriquée dans le foie (dipeptidylcarboxypeptidase) qui transforme, dans les poumons, l’angiotensine I en angiotensine II qui possède un pouvoir vasoconstricteur puissant (celui de fermer le calibre des vaisseaux). D’autre part, elle possède la capacité de rendre inactive la bradykinine qui est un vasodilatateur (ayant le pouvoir d’agrandir le calibre des vaisseaux).

Or, elle n’a pas d’indication dans le suivi d’une HTA. En revanche, elle peut être considérée comme un facteur prédictif des maladies cardiovasculaires.

L’élévation du taux sanguin de l’enzyme de conversion se rencontre dans 60% des sarcoïdoses. Il s’agit d’une maladie dont on ne connaît pas la cause, qui touche essentiellement l’adulte jeune et atteint de nombreux organes, mais plus spécifiquement l’appareil respiratoire (poumons).

L’élévation de l’enzyme de conversion de l’angiotensine n’est pas spécifique et peut s’observer lors d’affections granulomateuses ou non, à expression endothoracique ou extra-thoracique.

D’autre part, l’enzyme de conversion de l’angiotensine n’a aucune valeur pronostique, mais elle suit fidèlement l’évolution spontanée ou sous traitement de la maladie. Le dosage de l’enzyme de conversion de l’angiotensine est donc surtout utile dans l’ajustement du traitement.

NB. Il a été rapporté une élévation du taux sérique de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (ECA) au cours du diabète sucré, chez près de 25 p. 100 des patients (service de médecine interne – Nice), ce qui réduit encore sa spécificité.

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.