Epistaxis de l’enfant

   L’enfant qui saigne facilement du nez

Les épistaxis sont des saignements des fosses nasales qui proviennent la plupart du temps de la tache vasculaire du septum. Il faut laisser l’enfant assis (inutile qu’il s’allonge) et pratiquer une compression bidigitale (entre pouce et index) prolongée (au moins 3 minutes), en parlant à l’enfant pour détourner son attention, si cette attente semble longue.

Si la compression s’avère insuffisante, il est légitime de mettre dans la narine qui saigne un peu de Coalgan® (ou à défaut du coton hydrophile) du côté qui saigne. Il faut retirer cette mèche quelques heures après. En cas d’échec, une consultation en urgence est indispensable pour pratiquer un tamponnement antérieur.

Les trois remèdes clefs de ce symptôme sont : Arnica, Phosphorus, China  

(NB. ces trois remèdes forment le complexe CHU : « China comp. » 30K)

Si les épistaxis sont fréquentes (plusieurs fois par mois), on prescrira de la pommade HEC qui a une action tannante de la muqueuse des fosses nasales. Elle doit être appliquée quotidiennement avec un porte-coton au niveau de la tache vasculaire pendant au moins 15 jours, le soir au coucher, en décubitus latéral (la pommade va s’étaler sur la cloison nasale). On peut aussi prescrire de la Dicynone®, qui augmente l’adhésivité plaquettaire et la résistance vasculaire. 

Un bilan BNS est souhaitable, afin d’évaluer les facteurs inflammatoires et hépatiques qui sous-tiennent ce syndrome, en dehors d’étiologies plus complexes (hémopathie ?).

Sérothérapie : « Foie » (gouttes buvables ou suppositoires)

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry

Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur.
Auteur d’une dizaine d’ouvrages, il coordonne l’enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l’aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.