Epistaxis

Le saignement de nez est une affection bénigne dans la majorité des cas.

L’épistaxis antérieure ordinaire est le plus courant, causé par la fragilité du plexus vasculaire de Kiesselbach. Le contrôle de l’hémorragie passe par un méchage nasal, plus rarement une cautérisation endoscopique.


alt     Epistaxis

 

C’est l’occasion d’explorer les fonctions vasculaire (ex.: HTA) et de coagulation (ex.: prise d’aspirine), si le saignement n’a pas de cause traumatique ou infectieuse évidente. Dans de nombreux cas, aucune étiologie n’est retrouvée … si elle se répète, il faudra mettre en œuvre des investigations para-cliniques.

Deux remèdes-clefs = China (as) … sang noir et Phosphorus … sang rouge

Après un choc sur le nez = Arnica montana (hg)

Avec céphalée pulsative =

  • Aconit (s) agitation + anxiété (sans sueurs) 
  • ou Belladonna (ca) fièvre + sueurs
  • ou Helianthus (fe) … fièvre du paludisme (grosse rate)

Au cours d’une poussée hypertensive =

  • Cactus (zn) … avec troubles du rythme cardiaque,
  • Sulfur … avec bourdonnements d’oreilles

Avec obstruction des fosses nasales = Ipeca (ph) … avec nausées, mais langue propre

Epistaxis à la place des règles =

  • Lachesis ou Melilotus (s) … troubles veineux de la ménopause,
  • Senecio aureus (fe) … sur aménorrhée

    Sang foncé peu coagulable =

  • Hamamelis (fe) … avec tête lourde,
  • Crotalus (ge) … sur insuffisance hépatique
  • Vipera (ge) … sur antécédent de phlébite

Saignement récidivant sans cause identifiable = Ferrum phos., Millefolium (hg), Sanguinaria (ph) …

NB. ne jamais donner de Nosode durant l’hémorragie !


A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.