Exhibitionnisme – perversion

L’exhibitionnisme

  1. (Kent 3ème degré) : Hyosciamus (déprimé surexcitable), Phosphorus, Secale cornut. (pb) …
  2. (Kent 2ème degré) : Stramonium (ca), Tarentula (ge), Veratrum alb. (as)…

  3.  

    Le jeu secret du voyeurisme et de l’exhibitionnisme sous leurs formes les plus variées, est utilisé comme ingrédient permettant le réveil d’un appétit libidinal disparu, ou étouffé par diverses inhibitions névrotiques. 

    Phosphorus  … la limitation de la relation permet le maintien de l’idéalisation dont ils ne peuvent se passer, façon de nier tous les aspects insatisfaisants de l’autre grâce à un déni de caractère presque magique : éviter le choc du réel ! 

    Veratrum album (as)  … « la fabulation » : ne parle que des défauts des autres et les leur reproche. Anxieux, il s’agite, devient furieux, hurle, veut mordre et tout déchirer –> frénésie avec paroles impudiques ou obscènes jusqu’à frapper l’entourage…

    alt  

    Les dessous de la perversion ou « le côté obscur de la fesse « … ?

    Fétichisme, exhibitionnisme, sadomasochisme ….. autant de termes qui peuvent provoquer en nous un mélange de curiosité et de répulsion. Mais la perversion ne se résume pas à une pratique sexuelle, elle correspond à une structure psychologique spécifique. La morale chrétienne réagissait contre les « pratiques sodomites » par le bûcher ! La médecine publiait en 1765 « L’onanisme, dissertation sur les maladies produites par la masturbation » et citait : l’épilepsie, la mélancolie et la vieillesse prématurée ! En 1886, R. Von Kraff-Ebing, professeur de psychiatrie, en retient deux groupes principaux :

    –          Les anomalies selon le but (ce qui va permettre l’accomplissement de la pratique) : sadisme et masochisme (la souffrance), fétichisme et travestisme, exhibitionnisme et voyeurisme (le regard),

    –          Les anomalies selon l’objet (la nature même du partenaire) : homosexualité, pédophilie, inceste, viol, zoophilie, gérontophilie, handicapés ou nécrophilie.On distingue aussi si la participation de l’autre est volontaire ou non, si l’objet est humain (inceste, pédophilie ..) ou non humain (fétichisme et zoophilie). Le pervers, est un sujet encombré d’une charge de haine d’origine archaïque, profondément inconsciente. Il a un besoin absolu de son couple pour y décharger cette haine, quitte à la compenser par un grand dévouement ou d’autres processus de réparation (Dr. Jekkil et Mr. Hide !). Il veut faire de l’autre un objet (partiel) de jouissance.

    • Aurum (au) … fantasme de toute puissance …

    • Fluoricum acidum (ac) … rapidement las du partenaire actuel …

    • Mercurius (hg) … agressif et instable …

    Nosode :          Luesinum … manipulateur sec, de l’irritabilité phobique aux réactions agressives.
A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.