Fibromyalgie

La Fibromyalgie

La fibromyalgie est un syndrome musculo-squelettique douloureux. Elle est généralement chronique et caractérisée par des douleurs musculaires diffuses accompagnées de troubles du sommeil et de fatigue dont l’impact sur l’activité professionnelle et même sur les gestes de la vie quotidienne n’est pas négligeable. 

Les personnes atteintes de la fibromyalgie ne présentent pas toutes les mêmes symptômes, ni le même degré d’intensité. La plupart des fibromyalgiques éprouvent des variations à la fois journalières et saisonnières de leurs symptômes. Ceux-ci sont généralement aggravés pendant les périodes de temps humide et froid, au début et à la fin de la journée, durant les périodes de stress, etc.

La fibromyalgie touche 3 à 5 % de la population et 85% sont des femmes. Elle peut se développer à la suite d’un stress physique (ex.: accident, surmenage, maladie, etc.) ou psychologique ( ex.: deuil, divorce, etc.). Elle peut aussi s’installer graduellement sur plusieurs années parfois même depuis l’enfance.Critères de diagnostic médical (l’American College of Rheumatology de 1990)

  1. Histoire de douleurs diffuses : douleur du côté droit et du côté gauche du corps, en dessous et au-dessus de la taille et douleur du squelette axial (rachis, paroi thoracique antérieure)
  2. Douleurs chroniques évoluant depuis plus de 3 mois
  3. Douleur à la palpation digitale de 11 des 18 « points de Yunus » suivants :
  • sous occipitaux
  • rachis cervical inférieur (espaces intertransversaires C5 – C7)
  • bord supérieur du trapèze
  • jonction chondrocostale des deuxièmes côtes
  • insertion du sus-épineux au niveau du bord interne de l’épine de l’omoplate
  • épicondyle
  • grand trochanter
  • quadrant supéro-externe de la fesse
  • en-dessous de l’interligne interne du genou (patte d’oie)

On considère actuellement que les points peuvent varier d’un jour à l’autre et d’un sujet à l’autre, notamment selon le degré d’anxiété ou de fatigue : il convient mieux de parler de « zones ». 

On peut utiliser l’auto-questionnaire FIRST (Fibromyalgia Rapid Screening Tool) qui a une spécificité de 90% chez les patients souffrants de douleurs diffuses depuis plus de trois mois. NB. La fibromyalgie a de nombreux diagnostics différentiels, comme par exemple la spondylarthrite !

Tableau fonctionnel algique (contractures d’effort), asthénique et dépressif : la « névrose hystérique » s’exprime à travers le corps, puis devient rapidement chronique et invalidant (parfois associé à un syndrome sec de Gougerot-Sjoren), qui touche préférentiellement les femmes, parfois lors d’une hystérectomie ou après la ménopause : vide de yin ou d’eau du Rein –> insuffisance de Yin du Foie –> Yang tendino-musculaire (TM).

Fibromyalgie

 

A cette fragilité intrisèque s’ajoute le plus souvent une épine irritative dentaire ou/et temporo-mandibulaire (foyer apical, trouble de l’occulsion …) qu’il conviendra de rechercher et de corriger avec soin.

Les classiques parlent d’un trouble de la gestion de la douleur, devant l’absence de signes radiologiques, biologiques ou génétiques. Ils se contentent de proposer des antalgiques avant l’effort, des antidépresseurs et de la balnéothérapie chaude. Une prise en charge psychologique est indispensable.Traitement homéopathique :

  • Syndrome Tendino-Musculaire sur « vide de sang » (tendance anémique) = Actea racemosa (s), Ferrum phos., Sepia (mg)
  • Syndrome Tendino-Musculaire sur « vide d’eau » (le patient a soif) = Causticum ou Ammonium mur.

La SPIRULINE en relançant le pôle Rein va apporter de l’eau au Foie et contrôler le yang du foie

Complexes homéopathiques (lab. Heel) : « Spascupreel » aura un bon effet symptomatique, on peut aussi utiliser selon le cas : « Aletris-Heel », « Coenzyme comp. », « Ignatia-homaccord », « Neuro-injeel », « Ovarium comp. » « Procainum comp. »…

Phytothérapie : Brassica napus oleifera 1 D (le colza, crucifère riche en AGPI Oméga 3), dont la pathogénésie récente est tout à fait évocatrice.

Colza    le Colza (riche en AGPI)

La Sérothérapie : « Diencéphale » et « Neuro-vasculaire » (étude sur 8 semaines, 60 patients : 80% d’amélioration / 35% placebo)

Bibliographie :

Ecole suisse d’ostéopathie, mémoire de fin d’études de Sébastien GUARRASI : « Effets ressentis après une technique de Jones, dite de détente des muscles masticateurs, chez des sujets atteints de fibromyalgie », juin 2008.

« Prisonnier de la Fibromyalgie ou maladie de la fatigue chronique, l’espoir retrouvé ! » MERGUI André (ed. Diagnostic et traitement, décembre 2001).

q10fibromyalgie

FibroHyperbare

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.