Frigidité – anorgasmie

– – – – – La frigidité (ancienne) est surtout liée au trop grand rigorisme familial ou religieux, le plaisir sexuel étant inacceptable est supprimé (mécanisme inhibiteur). Elles qualifient d’un mot leurs relations conjugales : « la corvée » ! Parfois migraineuses (la migraine étant une sorte « d’orgasme décalé »!). Ce refoulement précoce est maintenu et renforcé par différentes rationalisations, dénégations et autres mécanismes de défense, comme le choix d’un partenaire ayant lui-même réprimé la pulsion en question. 

  • Silicea … La carence d’amour des familles dissociées (mère absente ou variée, père agressif ou absent). Phobique (rapport au corps dégradé) : la sexualité est vécue comme une « redoutable épreuve ».
  • Sepia  (mg) … « Les émotions, quel horreur ! » Lutte permanente contre ses pulsions (même de paresse !) : lassitude, désintérêt et agacement  –> dépression avec sensation de bearing-down.
  • Graphites (ch1)  … obèse, indolent, eczéma, constipation et migrainesGarçon = désir, mais érection faible, incomplète  /  fille = hypoménorrhéique et frigide.
  • Staphysagria (na)  … opérations chirurgicales des organes sexuels, mal vécues ou culpabilisées.  

NB. Ne pas se montrer trop insistant sur un point particulier au risque d’y fixer une tendance phobique.

– – – – – L’absence d’orgasme (problème récent ou périodique chez les filles) peut être une simple incapacité momentanée à « se laisser aller », liée à des griefs, pensées parasites ou des peurs diverses, qui troublent  la vie conjugale et ses activités sexuelles : instabilité de caractère de l’époux (impatience, irritabilité, incapacité ou refus de modifier ses habitudes, vagabondage professionnel, crédits imprudents…). Dans ces conditions, les « messages préparatoires » qui jusque là, avaient l’effet agréable de susciter le désir, prennent la signification d’une exigence du partenaire auquels elle peut s’opposer alors soit de manière active, d’autres fois de manière plus subtile et passive en ne ressentant ou en m’éprouvant plus rien. Un plaisir « vulgaire » et solitaire peut alors être accordé au partenaire-adversaire, à qui sera plus profondément déniée la capacité de susciter le désir et d’imposer sa loi. 

  • Calcarea carb. … peureuse, successivement inquiète, désolée, amère ou à la plainte excessive : jamais « bien »… elle vit sa sexualité comme une épreuve et utilise l’inertie qui est une forme passive d’autorité ! Peurs et asthénie = préfère la bouffe !
  • Nuphar luteum (mn)  … absence (plus ou moins complète) de libido, chute des poils pubiens.

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.