Gynécologie médicale

Gynécologie médicale

.

La notion de régulation neuro-hormonale est assez récente. Toute agression physique ou psychique, déclenche des stimuli qui peuvent aboutir à des dysfonctionnements imprévus n’impliquant pas une organicité du trouble glandulaire.

Belle

1 – L’hypothalamus est un centre neurovégétatif très dépendant de la vie affective. Il sert de médiateur dans l’expression des émotions (via les « Releasing factors »), ce qui explique le retentissement endocrinien que peuvent avoir les traumatismes affectifs.

.

2 – L’antéhypophyse est la glande sous-jacente qui régule les gonades. Dans la première partie du cycle elle sécrète la FSH, puis la LH à la fin de cette première phase. L’ovulation survient alors, avec participation de la sécrétion thyroïdienne.

.

3 – l’ovaire sécrète la folliculine et dans la seconde partie du cycle, le corps jaune sécrète la progestérone sous l’influence d’une troisième hormone hypophysaire, la LT. S’il n’y a pas eu fécondation, le corps jaune régresse. La chute brutale du taux des hormones ovariennes déclenche la menstruation (à condition qu’il n’y ait pas insuffisance de sang ou d’énergie) et fait reprendre la sécrétion antéhypophysaire de FSH. La fonction ovarienne est d’une grande complexité, faisant intervenir tous les étages hormonaux de façon rythmée. L’ovaire sécrète deux hormones : la Folliculine et la Progestérone.

.

4 – Les récepteurs génitaux (utérus et vagin) sont sous leur dépendance étroite. Les seins et les poils (organes récepteurs – caractères sexuels secondaires) sont aussi dépendants de l’imprégnation hormonale.

On pourrait croire qu’avec les dosages hormonaux, l’échographie et les différents tests immunologiques, la gynécologie en général et la « procréation assistée » en particulier, n’auraient plus de secret pour le monde médical … Or, il n’en est rien ! Un important facteur reste inconnu : l’état fonctionnel des récepteurs tissulaires. En effet, celui-ci varie avec chaque femme et pour chacune d’elle dans le temps. Ainsi :

  1. Durant la grossesse un taux d’hormones bas signalera une fausse couche chez l’une, alors que chez l’autre tout se passera bien.
  2. Après la ménopause, un traitement hormonal substitutif sera bien toléré une dizaine d’années, puis soudain plus du tout, obligeant celle-ci à l’arrêter.

C’est un des intérêts des bilans biologiques BNS/HTS qui met (par jeu de miroir) en évidence le niveau fonctionnel de ceux-ci. On comprendra mieux alors les effets merveilleux parfois observés avec des micro-doses de remèdes homéopathiques (ex. Baryta carbonica, Graphites, Pulsatilla …), qui ne vont pas changer fondamentalement les taux d’hormones circulantes, mais transformer l’effet de celles-ci au niveau tissulaire !

La plupart des troubles rencontrés en clinique sont causés par une rupture d’équilibre dans l’un des systèmes en cause, d’autant que le Foie (qui gère le sang) et la Vésicule biliaire (qui régule le cholestérol, base des hormones stéroïdiennes) tiennent une place importante dans le métabolisme des œstrogènes.

D’autres dysfonctions hormonales peuvent survenir conjointement, ainsi l’insuffisance thyroïdienne, pancréatique et l’hypercorticisme … Car pour le système endocrinien, les glandes endocrines ne sont pas isolées, tant ses constituants sont influencés par les autres systèmes de régulation. Qu’il s’agisse d’insuffisance ou d’hyperfonction, il est capital de se demander à quel étage se situe le point de départ de la dysrégulation.

.

 Système reproducteur féminin

1. Trompes de Fallope                              9. Colon sigmoïde

2. Vessie                                                  10. Utérus

3. Symphyse pubienne (Os pubien)        11. Cul-de-sac vaginal

4. Point « G »                                               12. Col de l’utérus  

5. Clitoris                                                  13. Rectum

6. Méat urétral                                           14. Anus

7. Vagin

8. Ovaire

 

MTC : pour la physiologie de la menstruation, « il faut que le sang soit abondant et qu’il circule librement ». Les méridiens essentiels de contrôle de ces fonctions sont :

  1. FOIE (dans son aspect Sang et Qi)  … Actea racemosa (s), Sepia (mg) …
  2. CHRONG MO « vaisseau pénétrant » … Thuya occidentalis (na)…
  3. REN MAI (JM) « vaisseau directeur » … Magnesia phos., Folliculinum

NB. Contraception et pathologie métabolique : les oestro-progestatifs majorent le risque cardio-vasculaire. Les accidents vasculaires cérébraux et les infarctus voient leur fréquence multipliée par 4, les accidents veineux sont 6 à 9 fois plus fréquents (thrombose). Le cholestérol et surtout les triglycérides augmentent sous oestro-progestatifs qui se révèlent diabètogènes chez les sujets prédisposés.

Ces dernières années, la donne médicale s’est modifiée, par l’apparition successive :

—> D’une contraception via des pilules à micro dose continue, supprimant les règles !

—> De stérilets (100 millions de femmes dans le monde) et surtout à libération de progestérone, modifiant aussi les symptômes du cycle menstruel, jusqu’à faire disparaitre les règles !

—> Les premiers rapports alarmants concernant les effets à long terme des traitements hormonaux substitutifs (THS) prolongés (cf. le slogan US « feminine forever ») et la médiatisation rapide des « solutions nutritionnelles » : phythormones de plantes alimentaires (surtout Yam et Soja, mais aussi : lin, lentilles, pois chiches …) ou de plantes médicinales (Alchemille, Armoise, Humulus lupulus, Sauge …), a fait que le THS a été massivement remplacé, mais que ces plantes aussi ne sont pas exemptes d’effets secondaires, d’autant que les teneurs en isoflavones sont variables d’une préparation à l’autre).

—> Dans la même rubrique, on peut poser la question de l’intérêt de la DHEA, en tant que traitement anti-âge. Cette hormone (androgène faible) est au centre du métabolisme de transformation des stéroïdes, et pondéralement, c’est la plus importante. Elle semble avoir un effet reminéralisant et dynamisant net chez les femmes après 70 ans (50 mg/j.), mais se révèle moins nettement active dans les autres cas. Elle est en vente libre depuis des années aux USA et reste très surveillée dans la plupart des pays d’Europe !

—> Si la chirurgie des seins s’est démocratisée (attention au risque de maladie auto-immune ou de cancer sous la prothèse !), la chirurgie plastique vulvaire commence à se développer : elle permet de rectifier une grande lèvre hypertrophiée, de réparer une cloison recto-vaginale, d’enlever une varice encombrante. Attention aussi à ce niveau à pondérer des demandes trop souvent abusives, pour ne pas dire pathologiques ?!

palpation    auto-palpation des seins

Les principales plantes à effet hormonal (régulatrices) :

Oestrogène-like =

  • Actaea racemosa (s) … sur Sepia (tendance anémique)  
  • Agnus castus (s) … désintérêt sexuel, sur Nux vomica    
  • Angelica archangelica (na) … mastose (gel Weleda)   
  • Salvia officinalis (si) … sur Silicea 

Anti oestrogènes = Alfalfa (k), Lithospermum off.

Progesterone-like =

  • Agrimonia eupat. (mg) … mastose   
  • Alchemilla vulgaris (mg) … hyperplasie de la muqueuse utérine / kyste ovaire
  • Dioscorea (mg) … le Yam
  • Lamium album (mg)… sur Sepia ou Kalium bichromicum     

Anti-prolactine = Oenothera biennis (ac)

Autres effets :                    

    • Aristolochia clemat. (na)  …  aménorrhée / endométriose
    • Artemisia vulgaris (cu)  … en 3D car HE toxique !
    • Erigeron canadense (fe) … méno-métrorragie      
    • Melilotus (s) … bouffées de chaleur
    • Senecio (fe) … « spotting » (petites pertes sanglantes au long du cycle)                            
    • Solidago virga aurea (s) … diurétique (syndrome pré-menstruel)
    • Valeriana off. (na) …   sur  Ignatia et Thuya occ.

 

Bibliographie :

  1. De MATTOS Léa « Homéopathie et gynécologie » Editions Similia 1987
  2. HOLTZSCHERER Aimé et LEGROS Maria-Soledad « Pratique homéopathique en gynécologie » Editions Boiron 1994
A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.