Gynécologie / Andrologie (Sémiologie Chap.6)

Le cycle féminin est complexe et fragile, nombreuses causes peuvent l’affecter. Hormis le motif de consultation, au travers de l’anamnèse, l’histoire de la personne nous éclairera sur ses antécédents familiaux et personnels, et sur la symptomatologie fonctionnelle de la patiente.

cyclefminin

 

Ce motif est souvent complexe, difficile à exprimer pour la personne, c’est alors que l’écoute, le tact, et la personnalité du praticien de santé prennent toute leur importance.

 

Les antécédents personnels
. Le milieu socioéconomique,
. L’âge et le contexte familial.
. Les antécédents vasculaires, métaboliques (ex: diabète), cancéreux (cancer du sein est le 1er chez la femme, suivie de près par le cancer de l’utérus et de l’ovaire),
. Les affections endocriniennes (ex: trouble de la thyroïde), les pathologies surrénales, pancréatiques,
. Les pathologies urinaires (une femme qui fait des lithiases à répétition à souvent des troubles hormonaux derrière)

Les antécédents gynécologiques
. Puberté : âge de survenue, troubles et traitements éventuels,
. Description des cycles : régularité, durée, abondance des règles, syndrome prémenstruel (tension nerveuse physique comme les seins…), signes d’accompagnement (douleurs abdominales, lombaires, céphalées, métrorragies ou ménorragies),
. Contraception : nature (pilule, stérilet, patch…), durée, tolérance,
. Pré-ménopause ou ménopause : date, modalité (bouffées de chaleur, dernières règles, retentissement physique et psychologique), traitements.

Les antécédents obstétricaux
. Nombre de grossesses, gestité, parité, dates des accouchements,
. IVG, FCS ou GEU,
. Pathologie des grossesses, des accouchements et des suites de couche.

Les antécédents médicaux
La recherche doit être guidée par le motif de la consultation. Noter la prise de médicaments, le pilule, traitement hormonal substitutif …, l’existence d’allergies…

Pilules
Les antécédents chirurgicaux
Plus particulièrement les antécédents de chirurgie gynécologique et digestive.

Les antécédents familiaux
. De maladies générales : diabète, HTA, hypercholestérolémie familiale, pathologie thromboembolique ou cardio-vasculaire,
. Pathologie tumorale : cancer du sein et cancer pelvien,
. Pathologies en rapport avec une maladie familiale génétique.

Le conjoint
Nombre de partenaires, changement de conjoint, pathologie du ou des conjoints.
Au terme de cet entretien, le gynécologue doit déjà savoir si la patiente appartient à un groupe à risque pour certaines pathologies ou si elle présente des contre-indications à certains traitements gynécologiques.

La symptomatologie fonctionnelle
Les motifs habituels de consultation en gynécologie sont les saignements anormaux :

. hypoménorrhée ou hyperménorrhée : règles < 3 jours ou > 6 jours,
. oligoménorrhée : règles insuffisantes,
. polyménorrhée : règles trop abondantes,
. hyperpolyménorrhée = ménorragies,
. pollakiménorrhée : cycle cours (règles rapprochées) (cycle à 20-22 jours)
. spanioménorrhée: cycle long, irrégulièrement espacé, supérieur à 35 jours,
. ménorragie: règles abondantes et prolongées (quantité et durée). Le risque, c’estla tendance anémique
. métrorragie : hémorragies utérines survenant en dehors des règles, pouvant mettre en jeu le pronostic vital par leur abondance. C’est une anormalité.

Chez la jeune fille, souvent une insuffisance de progestérone ou un trouble de l’hémostase (peut être la révélation d’une hémophilie, par ex.).
Chez la femme ayant un cycle normal: fausse couche ou menace d’accouchement (avortement précoce), grossesse extra-utérine (GEU), cause tumoral (cancer du col ou de l’utérus), endométriose, fibrome sous-muqueux (à la  ménopause).
En période post-ménopause: cancer, atrophie de l’endomètre ou un traitement hormonal substitutif qui n’est plus toléré
 
Les aménorrhées : disparition de plus de 3 mois de l’écoulement menstruel (en dehors de la grossesse et de la ménopause) :
. L’aménorrhée primaire : la patiente n’a jamais eu de règles depuis la puberté,
. L’aménorrhée secondaire : la patiente, après une période plus ou moins longue de règles normales, ne présente plus de cycle.
 
Les leucorrhées : pertes blanches: modérément abondante et relativement translucide (écoulement muqueux normal), peut devenir irritant et jaune purulent ou alors blanc comme du yaourt (mycose = champignon), ou jaune verdâtre (bactérie).

Dans les 2 derniers cas: désagréable, irritant et ça sent mauvais. Questions à se poser : contagieux, on soigne le partenaire?
Terrain: équilibre hormonal (chaleur, humidité, les antibiotiques)
 
Les algies = dysménorrhées: douleurs avant (plénitude) ou pendant les règles (insuffisance)

Fibromes

Avec l’âge, les organes génitaux s’indurent (devient dur)

Fibromes

— Fibrome du corps (musculeuse) généralement gros et multiples, qui grossissent en continue sans poser trop de problème. On essaie d’attendre la ménopause, car ils régressent.

— Fibrome sous muqueux, petit mais dans la muqueuse, à chaque règles il va saigner énormément, risque d’hémorragie grave. Traitement = curetage !
 

Exploration paraclinique du cycle et de la stérilité.
Dosage hormonaux : ça bouge tout le temps, donc problème. Et en plus, l’hormone n’agit qu’à travers un récepteur. Pour une valeur donnée, chez une femme à récepteurs hormonaux sensibles: elle présentera des symptômes «hyper», récepteurs normaux: réponse normale, récepteurs peu sensibles:symptômes « hypo ».
Par contre la courbe de température rectale avant de se lever, sur 3 cycles, est pas mal pour voir le cycle hormonal et l’ovulation (on voit l’imprégnation des tissus). En précisant bien les événements qui peuvent faire varier anormalement la température (ex: grippe)
 
La pathologie mammaire
. mastodynie: douleur mammaire gonflent physiologiquement pendant la 2ème partie du cycle et aussi pendant la grossesse, mais il peut y avoir un gonflement douloureux et même nodulaire pendant tout le cycle. Liée à un trouble du rapport oestrogène-progestérone.

. galactorrhée: écoulement de lait par le mamelon en dehors des périodes de lactation (les neuroleptiques, provoquent ça puisqu’ils agissent sur la cervelle, donc sur l’hypophyse aussi…). Le syndrôme aménnorrhée-galactorrhée: les règles s’arrêtent et sont remplacées par la poussée de lait: cause: tumeur de l’hypophyse appelée adénome à prolactine, C’est fréquent et ça régresse souvent tout seul. C’est une cause d’infertilité.

 
Les troubles de la vie sexuelle
. Dyspareunie: rapports douloureux. Peut être primaire ou secondaire (après un accouchement ou une épisiotomie). Causes locales et causes psychologiques.

. Vaginisme : spssme douloureux empêchant le rapport sexuel

 

 

mycoseLes consultations pour des problèmes masculin sont plus rares, cependant, les hommes peuvent aussi avoir des cancers du sein (statistique : 1/400 femmes).

L’observation se fera sur :

. la disposition pileuse (pubienne et axillaire),

. l’aspect de la verge, scrotum, les testicules (lisses, fermes, réguliers, sans nodule, de consistance élastique…). En cas de gros testicule, cela peut laisser suspecter une tumeur ou un kyste,…

. les glandes mammaires : la présence éventuelle d’une gynécomastie importante dans le cadre d’un traitement hormonal (cancer de la prostate en cas de prise d’hormones féminines, par ex.),

Gynécomastie   gynécomastie

. la répartition de la graisse et du muscle,

. la voix.

 

L’histoire nous apportera des informations sur les antécédents personnels :

– testicule féminisant (trouble hormonal enzymatique),

– super-homme XYY (super femme aussi XXX) : trisomie des chromosomes sexuels,

– L’absence de testicule dans le scrotum (le testicule n’est pas descendu : l’intervention chirurgicale a lieu tôt, le risque est la stérilité),

– la torsion du testicule qui peut s’auto-étrangler, ça entraîne une ischémie, donc nécrose de testicule: douleur. L’ hospitalisation est nécessaire,

– l’éclatement du testicule (coup de pied, chute…),

– les infections (MST).

 

Adénome prostatique affection bénigne mais qui peut se cancériser (2/3 des hommes sont concernés !) l’adénome va provoquer des envies d’uriner, car la vessie ne peut pas se vider correctement = 1er symptôme : nycturie (se lève au moins 3 x dans la nuit pour uriner).

Puis risque de blocage de la voie urétrale = vessie va gonfler (globe vésical) avec spasmes (un peu comme une colique néphrétique bilatérale)

 

Exploration paraclinique de la stérilité.

Le spermogramme est l’analyse du volume de sperme (entre 2 et 5 cm3), de la concentration (environ 100millions/cm3), et de la mobilité (70% et normalement moins de 20% de forme anormale).

Les anomalies:

  • oligospermie: moins de 20 millions,
  • azoospermie: moins de 10 millions,
  • asthénospermie: moins de 60% de forme mobile,
  • tératospermie: plus de 35% de forme anormale.
A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.