Homéopathie = placebo ?

Question : l’homéopathie, n’est-elle pas une médecine du passé, face à la médecine moderne, une réminiscence folklorique du 19 ème siècle, une forme ultime de placebo ?  

Réponse : Il y a cent ans, la physique newtonienne était remise en question par les découvertes des paradoxes de l’infiniment grand (la théorie de la relativité) et de l’infiniment petit (la physique quantique).

La médecine, en ce début de 21 ème siècle, est un peu dans la même situation : d’un côté, la psychosomatique donne un autre sens aux symptômes, de l’autre, la protéomique est en train de modifier notre appréciation de la dynamique des phénomènes biologiques et du rôle réel des médicaments. Pour certains, dont nous sommes, l’homéopathie et les disciplines associées doivent, elles aussi, « faire leur révolution » …

noir   « matière noire » et « énergie noire » ?

Que dire de la critique qui lui est la plus couramment faite de la « trop petite dose », quand on réalise que :

  1. L’astronomie ne sait encore pas de quoi est constitué la « matière noire » et « l’énergie noire », qui représente plus de 85% de la masse de l’univers,
  2. La physique quantique nous apprend que chaque particule qui nous compose ne peut être définie que par sa « probabilité d’existence » !
  3. Les nanotechnologies découvrent qu’à petite échelle, ce sont les caractères de surface qui priment (les interactions sont augmentés à l’échelle moléculaire) et donc les propriétés des substances utilisées changent !
     

S’appuyant sur la clinique, la biologie sérique, la psychologie, les concepts de la MTC et de l’homotoxicologie, l’homéopathie diathésique permet une nouvelle lecture de la matière médicale et une compréhension des pathologies qui réalise le « bon en avant » que beaucoup de praticiens et patients attendaient. En fait, il n’y a pas antinomie, mais complémentarité :

  • * Les médecines « douces », bien utilisées, sont souveraines pour tous les troubles fonctionnels chroniques et les dérèglements de terrain (sécheresse, acidité, engorgement lymphoïde …).
  • * La médecine universitaire, « allopathique », est très utile dans toutes les situations où les régulations sont dépassées (urgences et affections organiques évolués …). 

C’est parfois une erreur de vouloir utiliser l’une à la place de l’autre, car elles s’épaulent parfaitement dans le concept de la « médecine intégrée ».

.

«  L’homéopathie… guérit un plus grand nombre de cas que toute autre méthode de traitement, et elle est sans aucun doute plus sûre et plus économique, et la science médicale la plus complète.  » Mahatma Gandhi.

« Il est plus facile de désintégrer un atome qu’un préjugé  » A. Einstein  

Ci joint différentes vidéos qui – à notre avis – permettent de comprendre l’homéopathie au travers de l’énergie des particules plus que par leur présence dans un composé :

http://www.youtube.com/watch?v=YtdE662eY_M

http://www.youtube.com/watch?v=jI50HN0Kshg

http://www.youtube.com/watch?v=aSz5BjExs9o

Vous pouvez également consulter un petit panel d’études qui montrent l’efficacité biologique des dynamisations homéopathiques : http://planete-homeo.org/school/forum/etudes-cliniques-recherches-scientifiques-f42.html

Liste des universités avec un cursus homéopathique dans le monde : http://www.boiron.com/fr/htm/03_homeo_medecine/popup_univ.htm

Référence aussi : « L’homéopathie face au placebo » Dr. Geneviève Ziegel. (Editions des entretiens internationaux de Monaco. Décembre 2006).

Placebos  Ceux-là ont l’air mieux !

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.