Homosexualité

 L’homosexualité

L’homosexualité est une négation de la différence (image du père trop forte ou pas de place pour le père dans le couple parental ?). L’homosexuel croit que la différence des sexes ne vaut pas pour lui (il a les deux !), l’homosexualité est une voie d’esquive par rapport à cette réalité de la différence des sexes qui s’impose à tous. Les groupes homosexuels ont une identité collective, c’est une tentative pour échapper à une souffrance. 

Garçons =       

  • Argentum nitricum … Don Juanisme (n’a pas pu choisir son sexe!), multiplication des expériences amoureuses par peur de rater quelque chose (infidélité chronique ++)
  • Pulsatilla (si) …  « aimes-moi deux fois moi, puisque moi et l’autre c’est pareil …»
  • Platina   … problématique de séduction et de domination, NB. si travesti  (cf. les « drag queens ») : aspect hystérique surajouté.            

Filles =            

  • Lachesis (ge)  dominatrice et jalouseSepia (mg) … par difficulté à « rencontrer » l’altérité et à accepter sa féminité  Le « non-détachement paternel » = Amazone au « Sur-moi » très fort, qui ne vit que dans un auto-contrôle strict.
  • Natrum muriaticum … situation de deuil et mélancolie –> régression : sujet anxieux, agité, déteste qu’on la touche. Dysmorphophobie (cellulite ++), désir de « faire comme les autres filles« , mais ne peut pas se décider.            

Mais aussi (cités par Kent, 2ème  degré) : Calcarea phos., Phosphorus, Sulfur… 

En dehors d’un choix homosexuel affiché, il existe chez tout individu des tendances homosexuelles latentes (cf. travaux de Freud et Jung) : la conception de la bisexualité humaine oblige à considérer la relation amoureuse comme une union à quatre composantes :- lorsque la composante homosexuelle n’est pas assez « utilisée » dans le fonctionnement du couple, on observe un ménage conflictuel où les amitiés sont extérieures au couple et ou seule la composante érotique parait maintenir la cohésion (cf. les réconciliations sur l’oreiller ++),

– au contraire, beaucoup de couples légitimes « fonctionnent » sur leurs dispositions homosexuelles, s’exprimant à travers un attachement tendre et apparemment peu érotisé (relations quasi fraternelles).

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.