Hoquet

LE HOQUET ou « myoclonies phrénoglottiques »

 

Toujours examiner la gorge (ex. muguet ?) et tenir compte du contexte (ex.: patient vermineux ?)

 

Les remèdes les plus fréquemment indiqués sont :

 

  • China (as) … hoquet au cours d’une colique hépatique
  • Cuprum ou Cuprum aceticum … hoquet et crampes d’estomac, au début d’une crise d’asthme ou d’une convulsion,
  • Hyosciamus (ca) … hoquet post prandial (ex. : chez les enfants au sein), notions de crampes et secousses musculaires
  • Ignatia amara (na), Moschus (cu) ou Staphysagria (na) … après émotions (DNV)
  • Kalium bichromicum ou Phosphorus … après manger, dans les affections gastriques
  • Niccolum (fe) … dyspepsie avec hoquet violent qui ne cède pas, avec anémie ?
  • Pulsatilla (si) … hoquet la nuit, après avoir bu
  • Sulfuricum acidum … hoquet avec faiblesse (chez un ivrogne ?)
  • Veratum alb. (as) … hoquet avec vomissements, coliques et sueurs froides
  • Zincum et Zincum valeriana … excitabilité nerveuse sur fond d’atonie digestive.

Mais, le malade peut être aussi calmé par : Ambra gris. (na), Amygdala amara (ac), Caladium (am), Cajuputum (na), Cicuta virosa (cu), Ipeca (ph), Kalium bromatum, Magnesia phos., Natrum fluor., Ocimum basilicum (ca), Nux vomica (s), Strontium (ba), Taraxacum (ph), Teucrium marum (na) …

 

et les nosodes : Hydrophobinum (fausses routes alimentaires d’origine neurologique) ou Medorrhinum (hoquet violent, durant longtemps).

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.