Hypericum perforatum

alt   HYPERICUM PERFORATUM 

Hypericacée européenne (Clusiacées – famille proche de la Cola), aux belles fleurs jaunes, qui développent après macération une belle teinture rouge. 

Hypericum vient du grec hyperekion : perforations. Le limbe des feuilles est parsemé de petites glandes à essence, translucides, qui, regardées en transparence, apparaissent comme mille petits trous, d’où le nom de millepertuis.

Très commune dans les endroits incultes et sur le bord des chemins de l’Europe et de l’Amérique du nord, c’est une herbe vivace à tige dressée de 25 à 60 cm, rameuse, ronde, qui présente deux lignes longitudinales bien nettes comme si on avait essayé d’écraser cette tige sur toute sa longueur. Ses feuilles sont petites, opposées, sessiles, ovales-oblongues. Le limbe, vert foncé, est parsemé de ponctuations transparentes (poches sécrétrices schizogènes) bordé de petits points glanduleux noirs (amas cellulaires envahis par des pigments).

Ses fleurs sont groupées en panicules, à sépales aigus, avec 5 pétales jaune d’or légèrement asymétriques bordés de poils glanduleux noirs, des étamines nombreuses et ramifiées groupées en faisceaux autour du pistil à 3 carpelles. Ses fruits sont des capsules ovoïdes s’ouvrant par 3 valves. Elle dégage une odeur balsamique, sa saveur est aromatique, amère et astringente.

Hypericum

NOM FRANÇAIS : Milleperthuis (Ang.: St John’s wort / Esp.: Hiperico / All.: Hartheu), herbe aux mille trous, herbe de Saint Jean, herbe percée, herbe aux piqûres, herbe aux brûlures, chasse-diable (de son ancien nom Fuga demonium) !

L’identification du millepertuis n’est pas évidente. Il existe en effet de très nombreux types morphologiques intermédiaires entre H. perforatum et les espèces suivantes : (barbatum, macu- latum, tetrapterum, hirsutum, montanum)

PRINCIPES ACTIFS : On utilise la sommité fleurie séchée. 1 à 3% d’HE (cinéol), flavonoïdes, tanins, pigments rouges (hypericine), saponine, choline 

INDICATIONS en phytothérapie : antidépresseur sédatif, astringent (pommade des ulcères de jambe) et anti-inflammatoire digestif. Autrefois utilisé comme anthelminthique.  

En usage externe, sous forme de pommade ou d’huile, elle est utilisée comme adoucissant, anti-inflammatoire (coups de soleil, brûlures superficielles et peu étendues, ulcérations (brûlures par le ciment) et comme réparateur (crevasses, gerçures, piqûres d’insectes…).

Hypericum3

Attention celle peut être photosensibilisante à haute doses et on a relevé des interactions possibles avec de nombreux médicaments : ciclosporine, antiprotéases, anticonvulsivants, digitaline, contraceptifs oraux, antidépresseurs sérotoninergiques, triptans, antivitamines K … 

NB. Depuis quelques années il connaît un regain d’intérêt, mais les conflits entre certains laboratoires et les autorités sanitaires se sont traduits par des décisions accompagnées de retraits et de réintroductions successifs sur le marché. Il faut dire que le millepertuis est l’antidépresseur le plus vendu en Allemagne, et où il a détrôné un autre antidépresseur, chimique celui-là, tout aussi connu : le prozac. Du coup, on fait de timides et pâles éloges du millepertuis afin de minimiser le grand intérêt thérapeutique de cette « petite plante ».

Hypericum4

HOMEOPATHIE diathésique : remède du groupe du Mercure (Kollitsch p. 190). C’est « l’Arnica du nerf » … Douleurs aigues intolérables par traumatisme des nerfs, névrite, coccygodynie. 

Hypericum

EFFET BIOLOGIQUE (BNS) :

  1. Baisse les paramètres : Albumines / Alpha 2 précipitines / Alumina
  2. Augmente les paramètres : Bêta précipitines / Germanium / Magnesia

 

alt  

HYPERICUM PERFORATUM essence spagyrique : Amène de la lumière aux cellules, communication d’âme à âme avec des mots d’amour. Purifie le vocabulaire, les pensées négatives, les transforme en positives. Développe l’intuition, rafraîchit le mental. Plante de l’humeur, apporte le soleil dans le cœur, peur du noir, « broyer du noir », dépression. Restructuration générale de l’être « redresser la tête pour regarder le ciel ». Favorise la capacité à avoir du plaisir. Manque d’amour masculin (père, mari).

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.