Importance du développement

 

Les stades du développement de la personne

 

Au sein de notre histoire, une période a été particulièrement cruciale pour fixer une certaine manière de signifier (donner sens : « interpréter ») les évènements du monde, les évènements relationnels : c’est la période 0 à 6 ans. Non pas que l’intégralité de notre vie psychique soit déterminée par les significations infantiles qui nous habitent, mais c’est de ce côté là que, lorsqu’il y a des problèmes, ceux ci se trouvent. Quand ça fait problème, au niveau de notre vie émotionnelle, affective et relationnelle, c’est ce qui, de l’infantile, reste actif en nous.

 

Nous avons interprété les événements de notre enfance avec notre appareil psychique d’enfant, c’est à dire avec nos théories d’enfant, nos questions, nos enjeux d’enfant. Donc, avec notre développement cognitif et affectif de l’époque : et c’est l’événement ainsi signifié que nous avons conservé en mémoire qui va continuer à nous habiter toute notre vie (continuité ++).

Il faut que le souvenir, la manière dont nous avons signifié à l’époque ces événements là, continue de rester actif à l’intérieur de nous-mêmes, ou que cela soit réactivé (comme cela peut se passer à l’adolescence, ou à l’âge de la retraite au moment de la grande réorganisation psychique et corporelle). ça veut dire qu’il y a des pans de notre histoire passée, oubliés qui continuent à être actifs en nous et qui continuent de colorer nos éprouvés affectifs, nos angoisses, nos goûts, nos choix, comme si c’était toujours actuel.

alt  

Comme si, ce qui s’était passé et que ce que nous avons éprouvé à cette époque là, continuait d’exister maintenant, sous une autre forme la plupart du temps, mais parfois aussi sous la forme initiale. Notre vie émotionnelle, relationnelle, sexuelle, porte de très nombreuses traces de cette vie restée active à l’intérieur de nous.

 

En résumé :

1 – L’inconscient, c’est l’infantile, un infantile actif

2 – Nous l’avons remanié, réinterprété après-coup. On se souvient « autrement » de notre histoire infantile.

3 – Je grandis, je re-symbolise, je re-signifie, je donne un autre sens en fonction de données nouvelles à ce qui s’est passé antérieurement.

4 – Mais il arrive qu’il y ait quelque chose qui s’arrête en route. C’est ce qu’on appelle un point de fixation ; ça s’arrête, ça se fixe par refoulement … Il y a quelque chose qui s’arrête dans la psyché. Et c’est cela même qui explique nos « caractères », notre comportement… on dit d’un(e)tel(le) : « il est comme ci, elle est comme ça »… mais en fait c’est de ce « point de fixation » que l’on parle et qui s’exprime.

 

A propos de l'auteur
Françoise HENRY
Auteur de remarquables pages d'homéopathie et de psychologie, alors qu'elle avait commencé sa carrière par le droit, elle nous a quitté en 2013, suite à la complication d'une greffe rénale. Nous lui devons tous beaucoup pour sa lucidité et ses efforts dans le domaine des médecines douces.