MTC Généralités : 1 – Médecine chinoise, acupuncture et énergétique

Introduction à la médecine chinoise

 

La médecine chinoise, ou médecine traditionnelle chinoise (MTC) a vu le jour en Chine il y a au moins 2’500 ans. Depuis lors, elle ne cesse de s’enrichir et d’évoluer. Mais qu’appelle-t-on médecine chinoise ?

La médecine chinoise s’attache à l’homme, ainsi qu’aux règles qui le régissent, tant en interne, que vis-à-vis de son monde extérieur. Ce système s’appuie sur une philosophie, une modélisation de l’univers plus globaux, qui ont également donné naissance à d’autres branches, telles le YiJing (l’art de la divination), le taoïsme,etc…

La médecine chinoise est donc un sous ensemble d’une philosophie et d’une vision globale de l’univers (Cf dessin ci-dessous)

Diapositive01

Elle propose ainsi à partir de tout cela un modèle, une anatomie et une physiologie de l’homme, une explication de ce qu’est une maladie, et de ce qui peut la déclencher. Elle propose également des méthodes d’examen du patient, et des méthodes de diagnostic.

De plus, elle offre un ensemble de méthodes thérapeutiques, et une palette d’outils de traitement permettant de soigner les patients (les patients et non pas les maladies).

L’acupuncture est un de ces outils de traitements. On peut citer également les plantes (phytothérapie), les ventouses, les moxas (bâtons de « cigare » d’armoise qui permettent de réchauffer des zones spécifiques), le massage (appelé tuina), la diététique, le qigong…

On parle aussi parfois de médecine énergétique : il est vrai qu’en médecine chinoise on rencontre régulièrement la notion de qi (气), traduit souvent par énergie. Et il est vrai également qu’on s’attache souvent par les différentes méthodes thérapeutiques à harmoniser ce qi. Mais on ne peut réduire la médecine chinoise à une médecine énergétique : le traitement des fractures effectué par certains hôpitaux chinois n’a rien d’un équilibre énergétique !

Vue d’ensemble de la médecine chinoise

La médecine chinoise est un ensemble philosophique et médical qui :

 

  • S’appuie sur un modèle théorique global
    • Théorie du yin yang
    • Théorie des cinq éléments
  • S’appuie sur des modèles théoriques médicaux
    • Structures et fonctions du corps humain
    • Cause des maladies
  • Propose des outils de différentiation des syndromes
    • Selon la théorie du yin yang
    • Selon la théorie des cinq éléments (wu xing)
    • Selon la théorie du qi, du sang
    • Selon la théorie des agents pathogènes
    • Selon la théorie des méridiens
    • Selon la théorie de maladies de la tiédeur (Wen Bing)
    • Selon la théorie des maladies du Froid (Shang Han Lun)
    • Selon la théorie des trois foyers
  • A développé différentes écoles proposant des méthodes thérapeutiques
    • Ecole de la restauration du yin
    • Ecole de la chaleur
    • Ecole du froid
    • Ecole du centre
    • ….
  • S’appuie sur de nombreux outils de traitements (aiguilles, moxibustion, plantes, massage, diététique, exercices…) qui ont été et sont toujours développés, non seulement en Chine mais également dans différents pays asiatiques (Japon, Corée), voire depuis quelques années en Europe et aux Etats-Unis.

 

Le dessin ci-dessous présente cette vue d’ensemble (vue non exhaustive..)

 

Diapositive02

 

Médecine Chinoise et structure des modules

La médecine chinoise est un ensemble philosophique et médical qui propose :

  • Une théorie qui décrit l’univers dans lequel vit l’homme et auquel l’homme appartient
    • Théorie du « yin – yang »
    • Théorie des cinq éléments
  • Un modèle d’anatomie et de physiologie propre (structures et fonctions)
    • Les « substances fondamentales » du corps humain : qi, sang et liquides organiques
    • Les organes et entrailles (zang-fu)
    • Les méridiens (jing-luo)
  • Une étude fonctionnelle
    • Cause des maladies (les agents pathogènes)
    • Formation des maladies
  • Des méthodes de traitement
    • Examen clinique
    • Syndromes
    • Maladies et pathologies
    • Principes de traitement
    • Outils de traitement (acupuncture, phytothérapie, moxa, ventouses, massage, qigong, diététique,…)

Elle propose ainsi un modèle global, composé par des sous-ensembles articulés. L’important est, pour chaque module, de comprendre où il se trouve, de le resituer, à quel sous-ensemble il appartient. Et ces sous-ensembles se rempliront petit à petit, par des formations et de l’expérience.

Nous décrivons ci-après sur le dessin la manière dont s’articulent ces différentes parties :

Diapositive05 Regardons comment interpréter ce dessin :

Dans la partie de gauche, nous avons une personne en « bonne santé » :

Toute personne peut être considérée comme ainsi:

  • C’est un être humain, avec une structure et un fonctionnement qui répondent à l’anatomie et à la physiologie humaine. Nous dirons qu’il est composé de structures qui ont chacune des fonctions :
    • Substances fondamentales (qi, sang, liquides organiques, jing, shen),
    • Organes et entrailles,
    • Méridiens
  • Cet être humain appartient à un ensemble, l’univers. Cet ensemble répond aux systèmes théoriques chinois, notamment :
    • La théorie du yin et du yang
    • La théorie des cinq éléments.

Ces théories s’appliquent à tout élément de l’univers; ses règles s’appliquent donc à toute personne, à toute structure de la personne, et à tout l’environnement de la personne.

Nous verrons les systèmes théoriques lors du premier séminaire, puis la description des structures humaines lors du second séminaire (substances fondamentales, organes et entrailles, et méridiens). Les séminaires suivants décriront avec plus de précision les structures et les fonctions des organes et des entrailles (zangfu) et des méridiens (jingluo).

A l’état « normal », ces structures et ces fonctions se comportent harmonieusement, selon les règles du yin yang, des cinq éléments, et selon leurs règles propres. Si il y a un déséquilibre notable dans cet ensemble, les maladies peuvent subvenir (partie de droite du dessin).

Le rôle du praticien sera, par un examen clinique structuré, de :

  • comprendre quel est ce déséquilibre
  • trouver comment y remédier

Dès le second séminaire de travaux dirigés, nous étudierons  la pathogénie, c’est à dire, la formation des maladies. Nous verrons quelles sont les causes des maladies, et quel est le principe de formation des maladies.

Aux séminaires suivants, nous présenterons les techniques d’examen : les 4 méthodes (interrogation, observation, palpation, auscultation) et étudierons comment utiliser les résultats de cet examen pour classer les informations récoltées pour établir des diagnostics. Les grands syndromes :

  • Stagnation
  • Chaleur
  • Feu

Nous verrons au cours de ces travaux dirigés également quels sont les outils thérapeutiques que nous avons à notre disposition pour proposer au patient un traitement.

  • Aiguilles
  • Moxas
  • Massages
  • Ventouses…

La seconde année reprendra toutes ces notions en détail, en les appliquant à des groupes de pathologies (du Qi, du sang, digestives, pulmonaires,…). Les tableaux pathologiques :

  • Qi
  • Sang
  • Vent
  • Les syndrômes bi

Il est donc très important de comprendre comment s’articule cet ensemble, d’en maîtriser le « squelette » et le remplissage se fera progressivement…

China

NB. Les week-ends de « Botanique et Phytothérapie », ainsi que de « Biologie fonctionnelle », qui ont lieu chaque année, font partie intégrante des 12 séminaires (sur deux ans) de l’enseignement de MTC.

Une formation complémentaire de Shiatsu (6 séminaires) vous est proposée la troisième année.

 

A propos de l'auteur
Jean-Laurent Barbier
Ingénieur de l'Ecole Nationale Supérieure de l’Aéronautique et de l’Espace (Toulouse, France). Acupuncteur de l'Institut Shao Yang à Lausanne (Suisse). Ostéopathe de l'Ecole de Lausanne-Belmont.