La Bio-résonance ?

Question : un praticien m’a proposé un traitement en « bio-résonance », de quoi s’agit-il ? 

Il existe, sur le marché des « médecines douces », divers appareils d’évaluation physiologique et de traitement en « bio-résonance » (MORA, BICOM …). Il s’agit, par différentes mesures électrostatiques (variation de la résistivité essentiellement) d’apprécier la « sensibilité » du patient à divers allergènes et remèdes homéopathiques et leur correction éventuelle.

Appuyés par quelques publications théoriques :

« Tous les mécanismes moléculaires et organiques qui construisent les tissus sont sous-tendus par des champs électromagnétiques de très faible intensité ». (G. Lakhosky 1929) 

  1. G. LAKHOVSKY (influence des radiofréquences sur le vivant)
  2. R VOLL (mesure des points d’acupuncture)
  3. R. RIFE (influence des fréquences électromagnétiques sur le champ biologique humain)
  4. F. MORELL et E. RASCHE (appareil MORA), cf. livre « La MORA thérapie ou le rationnel en médecine énergétique« 

et l’utilisation abusive d’une terminologie « quantique », ces machines nous laissent perplexes, car elles sont (très) chères, de maniement fastidieux et variable selon les appareils, d’autant qu’aucune étude sérieuse n’est malheureusement parue à leur sujet. 

Plus récemment sont apparus des appareils de « deuxième génération », comme le « GlobalDiagnostics », matériel allemand utilisant des spectres de fréquences hautes, par des électrodes posées sous les malléoles internes (méridien du rein en MTC) et une informatique puissante. Celui-ci propose en quelques minutes des diagnostics organiques multiples et leurs corrections spécifiques automatisées, ce qui défit l’entendement.

 

La tentation des métathérapies “presse-bouton” de la bio-résonance est grande pour les praticiens débutants et/ou anxieux. Ce serait tellement simple … trop simple d’ailleurs. La machine ne fait pas de synthèse du cas (et de son histoire) … et puis, faire des réinformations d’organes les unes au bout des autres, sans logique particulière, ce n’est pas très satisfaisant (pour le praticien) … en admettant que cela fasse du bien au patient sur le long terme, ce dont nous ne sommes pas certain ?! 

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.