La chirurgie esthétique

Les problèmes posés par la chirurgie esthétique

En 1994, aux USA, plus de 390 000 opérations de chirurgie esthétique ont été réalisées. Parmi les plus courantes :

  1. la liposuccion (enlèvement de la graisse sur diverses régions du corps),
  2. les rhinoplastie et plasties mammaires
  3. les liftings avec (ou sans) injections de collagène.

Ces interventions sont des actes chirurgicaux aux conséquences physiologiques, mais aussi psychologiques pas toujours maitrisées.

JungPsycho

Il a été proposé l’hypothèse d’une relation entre « mauvaise image corporelle » et chirurgie esthétique. D’un côté, nous avons la réalité de l’apparence physique, de l’autre la perception de l’image de soi, qui va dépendre des expériences vécues dans l’enfance et l’adolescence, l’influence des normes et des attentes sociales, enfin l’estime de soi. La demande de chirurgie esthétique est maximale lorsque l’image corporelle est insatisfaisante.

Il y a donc présence de conflits intra-psychiques et « déplacement » sur le corps, sous la forme d’une recherche de perfection physique insatiable (ex.: Platina en homéopathie). On observe d’ailleurs un haut niveau de psychopathologie :

En préopératoire …

  • 70% de troubles de l’image corporelle
  • 35% de désordres de la personnalité (névrose obsessionnelles ou border-lines)
  • 15% de psychotiques

D’ailleurs parmi ces patients, les résultats sont rarement bien évalués, car le niveau d’insatisfaction est constant. Ce qui explique qu’en aucun cas, le chirurgien ne doit « donner corps à la psychose » : cas des transsexuels !

Résultats postopératoires …

  • 55 % de perturbations émotionnelles accrues
  • 15% de dépression !
 
A propos de l'auteur
Françoise HENRY
Auteur de remarquables pages d'homéopathie et de psychologie, alors qu'elle avait commencé sa carrière par le droit, elle nous a quitté en 2013, suite à la complication d'une greffe rénale. Nous lui devons tous beaucoup pour sa lucidité et ses efforts dans le domaine des médecines douces.