La consultation homéopathique

La consultation homéopathique

« Presque toutes les soi-disant maladies de l’esprit et de l’âme ne sont originairement autre chose que des maladies du corps, où le symptôme de l’aliénation de l’esprit et de l’humeur a augmenté d’une manière prépondérante, tandis que les symptômes physiques ont diminué, de façon qu’il en résulte enfin une partie marquante, approchant de celle qui se montre dans les maux locaux » S. Hahnemann, l’Organon, paragraphe 234.

L’homéopathie souffre de la charge affective (conflits et espoirs) accumulée au cours des deux derniers siècles. Nous pourrions parler à présent d’immunologie tissulaire, car la méthode étudie des symptômes organiques et corrige leurs régulations. Par ce biais, l’homéopathie a souvent un effet remarquable sur le mental et mérite d’être utilisée parallèlement à une psychothérapie. L’homme est en permanence à l’écoute, de façon inconsciente, des processus mémoire de son propre corps : quand nous parlons, nous réagissons, une partie de notre discours est empreinte de nos expériences antérieures, mais nous y mêlons ce que nous lisons en nous-mêmes, et nous l’exprimons aussi dans les processus internes de nos organes.

 

Consulthoméo1

 

Un état de conscience nécessite d’être rapporté à une expérience du « soi » dans le temps, donc à un processus mémoire, car la conscience est d’abord celle de la pérennité des schémas corporels dans le temps. Le concept d’organisation holographique du corps justifie ces notions et limite donc le rôle du SNC à un réseau câblé organisant des réponses mémorisées. La thymie, la volonté, l’affectif, l’instinct de conservation… sont gérés au niveau organique le plus élémentaire, et donc susceptibles de s’exprimer organiquement, comme d’être profondément modifiés par un traitement physiologique simple.

 

Tout l’art de la consultation consiste pour le thérapeute :

1 – au choix des symptômes (physiques / mentaux, objectifs / subjectifs) qui vont conduire au diagnostic de maladie et de remède : un symptôme traduit la modification d’un comportement. Il est révélateur d’une souffrance (lésion primaire, psychologique ou somatique) ou d’une adaptation nécessaire (hyperfonction compensatrice => lésion secondaire). Mais plus encore, il est à replacer dans le cadre de « l’aventure humaine » de votre patient.

2 – à négocier avec le patient les changements (prise de conscience pas forcément souhaitée) nécessaires à l’amélioration durable du cas. L’homéopathie est par essence une méthode d’approche psychosomatique du patient, au travers de la matière médicale. C’est à la fois sa richesse et ses limites. Pour aller plus loin dans la compréhension des choses, il ne faut pas hésiter à éclairer la matière médicale de l’abord physiopathologique de la MTC, comme à valoriser les symptômes mentaux et la relation au thérapeute par une approche psychologique humaniste.

 

Les praticiens les plus doués peuvent espérer aboutir idéalement au « remède unique » qui va couvrir l’essentiel des symptômes de l’infortuné patient. Notre approche réalise une synthèse logique entre les autres formes de pratique, organisées autour d’un concept diathésique performant. Chaque praticien doit en effet se poser la question de ce qui se cache derrière (causes et mécanismes) les symptômes et du pourquoi de tels ou tels remèdes (types et hiérarchisation) …

 

Consulthoméo2

 

L’expérience démontre que les clientèles des praticiens homéopathes sont différentes :

—> dans une grande ville, celle-ci sera riche de patients dystoniques, de femmes aux troubles hormonaux variés, de rhino-pharyngites enfantines récidivantes,

—> à la campagne, c’est une autre affaire : il faudra trouver une solution immédiate devant un ictus, une septicémie, une gastro-entérite, d’où l’intérêt des CHU (complexes homéopathiques d’urgence – voir chapitre correspondant sur ce site),

—> un spécialiste comme un pédiatre (dont le pain quotidien est fait de manifestations aiguës) n’aura forcément pas la même vision d’un remède qu’un gériatre (qui se débattra avec des pathologies dégénératives multiples), c’est-à-dire qu’ils ne valoriseront pas les mêmes symptômes d’une pathogénésie pourtant unique.

 

La première consultation : « comment ? »

« Nous avons un autre principe d’erreur, les maladies. Elles nous gâtent le jugement et les sens. Si les grandes l’altèrent sensiblement, je ne doute point que les petites n’y fassent impression à leur proportion » B. Pascal (Pensées, tome 2).

But : partir des symptômes objectifs (ou subjectifs) locaux (expression périphérique) pour remonter aux causalités et problématiques du patient … puis vérifier la validité du dysfonctionnement ainsi mis en évidence sur leurs modalités. Il faut étudier de façon approfondie le patient aux prises avec ses problèmes, connaître de façon aussi complète que possible les circonstances de sa vie, de façon à pouvoir interpréter chaque fait à la lumière de tous les autres, le tout constituant un ensemble dynamique que l’on ne peut simplifier sans le mutiler.

L’interrogatoire :

Premier temps : mettre le malade en confiance en explorant ses modes de fonctionnement habituels : connaître son niveau d’études, son environnement socioprofessionnel, familial, parler de ses hobby, de l’origine du nom de famille (son origine ethnique parfois), tout ceci sur un mode amical, c’est à dire que l’on essaie de se trouver des points communs (Kipling fait « apprendre à Mowgli les maître-mots de tous les peuples de la jungle« ). Il s’agit de l’étudier, de le charmer en lui parlant dans la langue de ses préjugés (le « get in tune with » d’Erickson) afin de comprendre comment et sur quels critères il se gère réellement.

NB.      1 – si le patient est amené par le conjoint ou un membre de la famille, il s’agit souvent de personnes infantilisées. Le thérapeute doit alors d’emblée chercher à apparaître comme l’allié possible du patient.

2 – avoir de la compassion, mais se méfier de l’apitoiement, qui est un aveu d’impuissance.

 

Second temps : la « pêche aux symptômes » = question 1 … »Vous venez me voir pourquoi ? »…

Faire le tour des problèmes, en détruisant systématiquement les « étiquettes médicales » proposées par le patient « pour vous aider »: « allergie, colite, stress, migraine, rhumatisme… ». Faire préciser chaque symptôme tel qu’il est perçu, avec ses modalités. Le noter de la façon (parfois baroque) dont le malade l’énonce (cf. S. Hahnemann, l’Organon).

La recherche de la similitude, c’est en général assez difficile ! Un signe inattendu, paradoxal surgissant pour tout éclairer ? Key-note salvateur d’une prescription optimale : n’y comptons pas trop ! Il convient bien sûr de travailler les modalités d’apparition des symptômes :

  • Quoi ?, c’est le diagnostic : bien différencier les troubles sensoriels, des troubles fonctionnels et lésionnels
  • où, quand, comment ?, ce sont les modalités (formes cliniques), phénomènes saisonniers, climatiques, horaires …
  • par quoi ?, à la suite de … accident, deuil, déception …
  • avec quoi ? signes concomitants, ce qui aggrave et améliore
  • sur qui ? qui est ce malade ? un intellectuel, un nigaud, un gentil, un coléreux ?

 

HorairesS   horaires d’aggravation des principaux remèdes

 

Vient alors la tâche classique d’établir un diagnostic de maladie … Mais alors que l’allopathe négligera volontairement les symptômes ne rentrant pas dans le « cadre classique » (le « beau cas »), ceux-ci feront les choux gras du médecin homéopathe qui s’en servira pour établir un diagnostic de remède, capable de corriger les dérèglements biologiques et psychologiques du patient, aussi bien dans le cadre de la maladie en cours que dans son évolution personnelle :

— un symptôme a d’autant moins de valeur pour l’homéopathe qu’il est normal dans l’affection en cours, c’est à dire explicable, vague, imprécis, suggéré …

— un symptôme anormal (curieux, contradictoire ou inexpliqué) aura une valeur particulière et sera souligné, si :

– il est net, intense, habituel, persistant, en augmentation ou en réapparition,

affecté d’une modalité précise ou ne survenant que dans des circonstances déterminées (périodicités et métastases).

Mais :

– parfois l’anomalie peut résider dans l’absence (ex.: l’absence de soif dans la fièvre, l’absence de douleur …),

– bien différencier l’expérience réelle, des « rêves » (voyages de l’imaginaire).

– évitez à ce moment là de penser à un remède particulier, surtout guidé par la morpho-psychologie (le « type-sensible » de certains homéopathes), car si le médecin a la nécessité de trouver quelques repères objectifs, il doit rester neutre, c’est à dire se libérer de son scénario à lui, le fameux « pruritus curentur » (démangeaison de guérir) de notre maître Schmidt.

 

Ne pas être trop dirigiste dans cet interrogatoire : se laisser guider par le malade qui vous conduira insensiblement vers ce qui l’inquiète le plus. Parfois même… le pousser aux extrêmes en le faisant rire (façon de relativiser une situation pénible et de déjouer ses résistances), trop loquace, le ramener à son sujet, trop de doléances : lui demander de commencer par ce qu’il juge le plus important, muet et intimidé : le mettre en confiance (une première consultation peut ne servir qu’à « faire connaissance »), trop joyeux ou désinvolte : attention, peut cacher une dépression masquée (le « rire du pendu »?!).

Il est délicat de ne pas influencer le patient par des questions directes (réponses en oui – non) qui risquent de le suggestionner. D’un autre côté, ne pas trop le laisser divaguer non plus : restez sur des symptômes précis et « faites le tour du cas » (cf. notre fiche clinique d’auto-évaluation avec 60 cases à cocher).

1 – valorisez le symptôme local et général qui est le motif de la consultation pour le patient, en le replaçant dans une logique de régulation des grands secteurs du corps,

2 – évaluer les symptômes mentaux, les recadrer en sachant qu’ils ne sont la plupart du temps que l’aboutissement d’un échec du scénario (Gui : « fantôme »en chinois = idée fixe ressassée).

3 – ne pas hésiter, si nécessaire, à aborder l’épineuse question de la sexualité, en différenciant bien : la libido = désir (géré par le foie, lié à l’imaginaire), du coït = sa réalisation (géré par le rein, dont dépend la volonté).

4 – essayer de trouver une logique qui rassemble les symptômes (objectifs et subjectifs) énoncés :

— chronologique ou/et de causalité (le « depuis que … »),

  • exemple 1 : colite puis colibacillose urinaire … suite de traitement hormonal,
  • exemple 2 : toux et poussée rhumatismale … suite de vaccination, etc …

— anatomique            exemple : sinusite et/puis métrite

Le dr A. Rouy insiste sur les relations somatotopiques en rappelant la loi de symétrie corporelle (loi de Folz-Peladan = intérêt des relations privilégiées entre vertèbres homologues et organes dans leur symétrie bipolaire, car à partir d’une ligne virtuelle qui joint l’ombilic au disque vertébral D8-D9, on peut diviser le corps en deux tronçons symétriques)

En clinique, la relation de polarité est évidente dans les troubles fonctionnels comme dans les lésions tissulaires. La matière médicale est d’ailleurs riche de ces affinités homologues (ex.: les fissures anales et buccales de Nitricum acid.), ce qui permet d’écrire : « Tout médicament agit d’une façon analogue sur les organes homologues des deux pôles de l’organisme« .

— physiopathologie classique

exemple 1 : HTA et ostéoporose post-ménauposique = déplacement de la masse calcique de l’os vers l’endartère des vaisseaux

exemple 2 : asthme et eczéma alternant sur antécédents atopiques familiaux… (cas d’Antimonium crud. et Antimonium tartaricum).

— MTC qui explique les riches modalités de notre belle doctrine hahnemanienne :

Saveurs :     désir d’une saveur = pas d’énergie perturbée au pôle correspondant

  1. exemple : un patient avec « Foie en vide » va rechercher le salé et ne supportera plus l’acide,
  2. exemple : un patient avec un « Foie en plénitude » va rechercher le sucré, afin de protéger sa Rate-pancréas.

NB. : la saveur tonifie l’organe, l’odeur tonifie le viscère.

Horaires = cycle circadien, surtout pour les insuffisances d’organes (exemple : hypoglycémie de 11 h = problème de rate-pancréas)

Saisonnières = qui est l’empereur de la saison ? exemple : dermatose type chaleur, aggravée en été (le feu fond le métal).

Pressions, massages, positions = vide de Qi et Yang à l’interne

Ecoulements =   si améliorés : plénitude ou dispersion d’une énergie perturbée,

si aggravés : insuffisance de liquide organique (sang, eau et sels minéraux).

Désirs = adaptations comportementales de nécessité pour suppléer une insuffisance,

Aversions = signent la présence d’une énergie perturbée (comportement de lutte contre une plénitude).

Améliorations et aggravations : symptômes généraux qui signent une adaptation de nécessité :

« Je sais que ça me fait mal, mais je ne peux pas m’en empêcher ! »

Par exemple Argentum nitricum qui met 4 sucres dans son café, même si cela lui donne des brûlures d’estomac !

 

Homéopathe

 

Expliquer éventuellement les relations ainsi mises en évidence au patient, ce qui aura pour effet de lui faire comprendre la logique existant derrière tous ces symptômes vécus comme inquiétants (rassure et permettra d’éviter les erreurs interprétatives ou thérapeutiques susceptibles d’aggraver le cas) et lui faire découvrir que vous êtes non seulement plus sympathique, mais aussi infiniment plus malin que les confrères consultés précédemment.

 

Les difficultés rencontrées :

1 – les « maladies défectives » : peu de symptômes précis … faire évoquer au malade son enfance ou/et comparer les problèmes soulevés avec les données biologiques des HTS (cf. « Biologie fonctionnelle »). Prenez en considération ce que le malade ressent, plus que l’aspect objectif des choses,

2 – les « cas brouillés » : le malade est confus, logorrhéique, se noie dans les détails, a des symptômes changeants, a reçu et prend encore beaucoup de remèdes (hypolipémiants, tranquillisants, corticoïdes…),

3 – les maladies épidémiques, ex. : la grippe (à caractère différent chaque année) ou les oreillons, la rougeole, rubéole… utilisez le remède homéopathique à l’affection (signes caractéristiques communs). Si le malade présente des symptômes différents au génie épidémique, préférez alors le remède qui lui est semblable, mais toujours en évaluant le niveau (gravité) de l’atteinte organique.

 

L’examen clinique :

Il ne diffère pas de l’examen traditionnel (taille, poids, TA, auscultation, TR, TV…), mais précisera certains points :

— la manière dont il (elle) se déshabille : lenteur ou précipitation (gêne articulaire ?), pudeur ou absence de gêne, vêtements déposés en ordre (ou désordre ?)…

— debout : maigreur ou embonpoint plus ou moins localisé (le corps s’enrobe pour se protéger ?), attitude : jambe courte, scoliose, lordose, pieds plats ou creux, varus ou valgus (un podoscope est utile), varices …

— assis ou allongé :

a – la peau (chaleur ou froideur objective, sèche ou grasse, oedèmaciée ou indurée), taches rubis, verrues, cors, fissures (talons, bouche, paupières), cicatrices ++ (souffrance mémorisée), éruptions …

b – les muqueuses (œil et bouche), les dents (caries, bimétallisme, occlusion…), et la langue (couleur, enduit… cf. MTC),

c – les phanères (onychophagie, alopécie… )

d – l’appareil ostéo-articulaire ++ : raideurs, contractures et limitations de mouvement épreuves de pression et de mobilisation (une visite chez un confrère ostéopathe peut être conseillée en cas de doute).

Une attention particulière sera portée sur les lésions locales qui absorbent l’énergie du patient dans un effort d’adaptation trop important. Nous vous conseillons pour ce faire une formation de base de Neuralthérapie et d’Ostéopathie (voir chapitres correspondants).

Ayez souvent le « bon réflexe » : prise de sang (BNS 24, avec parfois autre examen plus spécialisé), car le sang vous permettra d’évaluer objectivement le rôle relatif des différents niveaux fonctionnels dans la genèse des lésions organiques.

 

La stratégie thérapeutique :

Une prescription pluraliste se justifie, si elle constitue une suite logique et synergique de remèdes destinés à corriger les différents désordres observés, expressions pathologiques focales d’une (ou de plusieurs) déformation(s) du vécu du malade.

La répertorisation (développée dans un autre dossier) se fera sur la base du « trépied de Hering« : c’est à dire d’au moins trois symptômes personnalisés : « Un minimum de symptômes de valeur maximum » disait Kent.

Réperto

Trois erreurs sont à éviter :

— croire que de nombreux symptômes banaux vont vous conduire au bon remède par recoupement,

— se baser exagérément sur une modalité rare, anormale : pseudo « key-note » qui ne se vérifie pas sur l’ensemble des symptômes du cas,

— un ensemble de symptômes curieux peut être l’expression d’un comportement adaptatif émotionnel (disproportionné ou dérangeant) dont le patient a pourtant un besoin vital dans un environnement donné : non directement pathologique, donc à respecter dans un premier temps.

 

En homéopathie diathésique, la prescription optimale consistera en l’association d’un remède en haute dilution (toxique) et d’un remède en basse dilution (atoxique) …car la suppression d’un « Yang apparent » (haute dilution) doit toujours être compensée par un remède qui « nourrit le Yin » (draineur végétal de ce groupe de remèdes).

Le remède en haute dilution (si les émonctoires sont fonctionnels seulement) gommera le « scénario de vie » pathologique : le malade « sans les lunettes de ses préjugés » voit soudain le monde tel qu’il est (choc du réel => risque d’aggravation thérapeutique), il faudra différencier :

Le remède personnel du patient, problématique individuelle, liée la plupart du temps à un vécu ancien (de type anima/animus … Poumon->Foie : axe des programmations familiales),

Le remède d’adaptation (persona … Rein-Coeur : axe des solutions sociales), seulement si l’environnement professionnel et familial est favorable (attention aux passages à l’acte !). Exemples : Arsenicum alb. sur Lycopodium, Lachesis sur Calcarea carb., Platina sur Pulsatilla …

D’abord, bien définir quel est le (ou les) pôle(s) organique(s) en cause. Attention, la plupart des maladies chroniques concernent des dysfonctions de 2 ou 3 pôles organiques, exemple : dysfonction Rate + Rein = manifestation sur le tendinomusculaire du Foie !

Ensuite, dans ce pôle, quel est le niveau de dysfonctionnement : Yin-Yang / Sang ou Energie ?

Car, en même temps que vous allez chercher le remède similimum, il vous faut penser à trouver la plante qui va nourrir la structure souffrante en protégeant le patient de l’aggravation thérapeutique de la haute dilution. De deux choses l’une :

A – vous avez profité de cette consultation pour faire un BNS-homéo : la plante de « drainage » vous est proposée par le logiciel, en même temps qu’est dévoilé le mécanisme et le niveau des dysfonctions.

B – vous n’avez pas de BNS à disposition : vous choisirez alors (en basses dilutions) des plantes à polarités d’organe connues (et les plus facilement disponibles). Par exemple :

  • FOIE = Choléodoron (mélange Curcuma + Chelidonium), Taraxacum ou Carduus marianus anémie), Aesculus ou Aloe (hémorroïdes)
  • CŒUR = Arctium lappa ou Crataegus, Hamamelis (veines)
  • RATE-PANCREAS = Ceanothus ou Syzygium (diabète)
  • POUMON = China (fatigue), Senega (toux)
  • REIN = Solidago ou Berberis (lithiase) …
  • L’appareil génital féminin = Viburnum (dysmenorrhée), Thlaspi bursa pastoris (hémorragie)
  • L’appareil génital masculin =Clematis erecta, Sabal serulata (prostate)

C – vous pouvez aussi utiliser les mélanges tous préparés des laboratoires.

D – Vous pouvez vous guider par la rubrique « hôpital » du site, par exemple :

  • Silicea … inflammation de l’angle externe de l’œil
  • Kalium bichromicum … inflammation de l’angle interne de l’œil
  • Kalium carbonicum … gonflement de l’angle interne de la paupière supérieure

 

Un nosode de diathèse sera indiqué en première intention dans la situation de vide de l’élément diathésique correspondant. C’est à dire pour débarrasser un élément « en vide » des symptômes des pôles organiques qui l’ont envahi (souvant celui qui le nourrit et celui qui le contrôle). Exemple : Psorinum (frileux) a beaucoup de symptômes de peau (Poumon) et dépression (Rein).

 

Un stock-nosode (biothérapie) peut être utile dans une maladie chronique, sur la notion d’étio-pathogénie, exemples :

  • cystite chronique = Colibacillinum (ou germe en cause)
  • furonculose =  Staphylococcinum
  • suite d’angine = Streptococcinum …etc.

 

Difficultés pour le praticien à faire la synthèse du cas :

— mélanger les symptômes (et les remèdes) d’une maladie intercurrente (aiguë) et d’une maladie chronique,

— donner trop de remèdes : soit pour en changer (adjonctions symptomatiques qui déforment le cadre naturel), soit pour répéter le premier dont l’effet se fait attendre (risque d’effet pathogénésique).

— évaluer la gravité de l’atteinte : si la maladie est grave (la structure est atteinte = phases 4/5 ou 6 de Reckweg), il ne faut pas toucher à un organe en insuffisance grave ou lésé. Dans ce cas, il est préférable de commencer par un traitement bas dilué, surtout dans les pathologies en « ite » (feu : appeler les pompiers, avant de s’occuper du style de la maison qui est en train de brûler !), choisi en fonction de la confrontation entre les symptômes cliniques et les symptômes biologiques (HTS en particulier, car le sang est le véhicule de la relation entre le corps, l’âme et l’esprit).

 

 

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.