La Gemmothérapie

alt      La Gemmothérapie

C’est en 1974 que je rencontrais Pol HENRY, lors d’un séminaire d’homéopathie à Montrichard (pays de Loire). Il nous a initiés à la gemmothérapie et aux intéressants « tests de floculation » qui lui permettait de choisir, pour chaque cas, le plus adapté de ses 50 premiers bourgeons.

Pour lui, comme pour J.C. LEUNIS (son biologiste et ami), il y avait une analogie évidente entre les différents écosystèmes de la forêt et les phases d’inflammation-sclérose observées au niveau humoral : « La biologie expérimentale permet une étude précise de l’action des arbres et des plantes sur les équilibres des protéines du sérum des mammifères. L’évolution de la forêt, comme celle des groupements herbacés non forestiers, permet d’associer un terrain caractéristique végétal à un syndrome biologique animal et humain et de conduire ainsi à une thérapeutique adéquate douce et profonde. Si trois grands types d’arbres caractérisent la forêt : l’aulnaie, la chênaie et la hêtraie, trois grands types de globulines caractérisent le mammifère. La pathologie tissulaire se retrouve dans l’évolution de ces trois globulines dont l’évolution de la forêt est le reflet précis « .

C’était un postulat intéressant (J. C. Leunis en a d’ailleurs tiré un volumineux et complexe ouvrage, quelques années après), mais qui s’est révélé tout à fait faux dans la pratique (étudié à la lumière de l’extension de nos grilles de tests et de remèdes) !

Les bourgeons (en macéras glycérinés) étaient en outre d’une action biologique peu différente de celui de la plante entière en TM … Déception ! Que reste-t-il de ces travaux direz-vous ?

1/ Une étude synthétique de la dynamique du « cycle forestier », selon le pH du sol et le rapport Calcium/Silice : 

  • Carex, Arenaria rubra … (plantes hydrophytes)
  • Alnus glutinosa, Populus nigra (drainage : forêt pionnière)
  • Fraxinus excelsior, Quercus ped., Carpinus betulus

—> Betula (les bouleaux – polarité Foie) … couvrent ces trois premiers stades humides, avec Fagus sylvatica (le plus efficace pour augmenter les Gamma glob.), Sorbus domestica, Ulmus camp., Castanea vesca (et les plantes nitrophiles). Landes : épineux et bruyères (dessèchement progressif)

—> Pinus (et les conifères – polarité Rein) … couvrent ces derniers stades plus secs.

2/ Des propositions d’associations thérapeutiques utilisant les différentes strates de la forêt en synergie :

  1. Strate arborescente, ex.: Alnus glutinosa, Betula pubescens …
  2. Strate arburstive, ex.: Ribes nigrum, Viburnum opulus …
  3. Strate herbacée, ex.: Mentha aquatica, Menyanthes trifoliata …
  4. Strates muscinée (mousses) et humifère (racines et champignons) …

3/ Une intéressante étude de l’effet net de certains de ces bourgeons sur les lignées sanguines … en effet, nous avons tellement l’habitude de raisonner vis-à-vis des équilibres sériques, que nous en arrivons presque à oublier que ces plantes ont aussi des effets remarquables sur les lignées cellulaires du sang et les tissus du SRE. Voici quelques effets notables que nous pouvons utiliser à l’occasion :

LIGNEE ROUGE 

  • Abies pectinata … augmente les GR (comme la plupart des conifères)
  • Corylus avellana … augmente les GR (anémie hypochrome et/ou microcytaire)
  • Tamaris gallica … augmente les GR et les plaquettes

 

LIGNEE BLANCHE

1/ Polynucléaires et éosinophiles (1ère barrière de défense)

  • Alnus glutinosa … polarité ORL et suppurative Ficus carica … stimule PN et GR
  • Rosmarinus … polarité digestive
  • Viburnum lantana … polarité cutanéo-muqueuse et génitale

2/ Cellules macrocytaires fixes (2ème barrière de défense)

  • Betula pubescens … cellules de Kuppfer du foie
  • Betula verrucosa … action sur les ostéoblastes (os) et le tissu splénique (rate)
  • Fagus sylvatica … immunostimulant (hypogamma)
  • Ulmus campestris … les surcharges : goutte, urée et cholestérol

3/ Lymphocytes (fabrication des anticorps spécifiques)

  • Juglans regia … augmentation des plasmocytes et macrophages
  • Rosa canina … inflammations localisées récidivantes
  • Ribes nigrum … phase inflammatoire des allergies (asthme, urticaire …)

 

PLAQUETTES et coagulation (Thrombo-élastogramme) 

  • Carpinus betulus … augmente les plaquettes, raccourcit le temps de saignement
  • Cercis siliquastrum … anti thrombotique
  • Cornus sanguinea … diminue les plaquettes … effet anti thrombotique
  • Populus nigra … idem
  • Sorbus domestica … corrige la viscosité sanguine et l’hypocoagulation

Plus tard, dans diverses publications concernant les labiées, Pol HENRY note que celles-ci ont une action globale sur le myélogramme : elles stimulent l’érythropoïèse (GR) et la leucopoïèse (GB) et rééquilibrent les plaquettes !

 

GEMMOChart

 

La nouvelle publication de notre ami Franck LEDOUX éclaire le sujet sous un nouvel angle qui mérite que nous nous y intéressions.

En botanique, le bourgeon est une excroissance végétale peu différenciée (cf. cellules souches animales) qui donnera naissance aux branches, feuilles, fleurs et fruits : c’est une sorte de totum de la plante en devenir qui y a concentré ses forces. Elle est protégée du gel par des écailles. Les bourgeons sont riches en acides nucléiques, en minéraux, oligoéléments, vitamines, enzymes et phythormones (facteurs de croissance). Certaines de ces plantes ont par ailleurs bénéficié d’une pathogénésie homéopathique.

En occident, la culture celtique a tiré ses enseignements des êtres essentiels des arbres, puis, c’est Sainte Hildegarde, au 12 ème siècle, qui dans « Le livre des subtilités des créatures divines » conseillait déjà 8 bourgeons d’arbres. Le véritable inspirateur de la méthode fut J.W. Goethe, contemporain de S. Hahnemann, qui dans « La métamorphose des plantes », étudie leurs potentialités. Enfin, c’est Pol Henry, homéopathe belge, qui dès 1959, codifie la fabrication des remèdes (macérats glycérinés de bourgeons frais au 1/20 ème = eau + alcool + glycérine) de « gemmothérapie » et de leurs effets à partir des modifications induites dans le colloïde sérique. NB. Posologie préconisée par Pol Henry pour la TM : 5 gouttes trois fois par jour et chez l’enfant, une goutte par année d’âge.

 

Les conifères (gymnospermes, ce qui signifie semence nue), arbres des terrains difficiles, ligneux et résineux, de grande taille, à feuilles persistantes sous forme d’écailles ou d’aiguilles :

GINKO BILOBA (na) … Conifère primitif (ère secondaire = – 200 millions d’années), seul exemplaire encore vivant des arbres à ovules, première tentative de reproduction sexuelle aérienne. Pieds mâles et femelles qui peuvent vivre 4 000 ans ! Très utilisé de nos jours comme antioxydant (action antivieillissement) et tonique circulatoire. Plus récemment, on lui a attribué des vertus anti-infectieuses et antirejet (greffes). Ledoux lui attribue le ressenti de loyauté et d’incorruptibilité.

ABIES PECTINATA … Sapin blanc, profondément enraciné, c’est le plus grand arbre d’Europe (jusqu’à 65 m). Action pédiatrique de minéralisation osseuse, de consolidation des fractures et des scolioses à l’âge adulte, de l’ostéoporose et de l’ostéomalacie, comme les caries et parodontopathies chez les personnes âgées. Sur le plan biologique il stimule l’érythropoïèse. Ledoux lui attribue le ressenti de fidélité et d’amitié profonde.

PINUS MONTANA (ca) … Les racines du pin restent horizontales et superficielles. Action sur les cartilages et les ligaments (conformément à sa pathogénésie), il est particulièrement efficace dans les coxarthroses et gonarthroses. Ledoux lui attribue le ressenti de prudence et de prévoyance.

JUNIPERUS COMMUNIS (ch1) …Le genévrier est un arbuste dioïque touffu, à croissance lente, dont les baies sont comestibles (distillées en « Gin » en Angleterre). Son action rénale est notable : pathogénésie de néphrite, remède clef de la majorité des eczémas (allergie du rein), il fait baisser urée et acide urique. Ledoux lui attribue un effet antidépresseur (rein encore).

SEQUOIA GIGANTEA … Géant (jusqu’à 120m de haut) à reproduction sexuée (monoïque), confiné sur le pourtour de l’Océan Pacifique. C’est un bourgeon qui stimule la spermatogénèse et limite l’hypertrophie prostatique. Chez la femme, il limite les myomes. Ledoux lui attribue l’intuition et le conseille dès le 4ème mois de grossesse.

CEDRUS LIBANI … Conifère majestueux, plus tardif, des sols calcaires. Sa polarité d’action est la peau sèche (eczéma, psoriasis, lichen, kératoses). Ledoux lui attribue la confiance en soi et le devoir moral.

LaGemmo

Les premiers feuillus : angiospermes du début de l’ère tertiaire, la fleur et son fruit apparaissent !

MALUS COMMUNIS (ph) … Rosacée qui est aussi une « fleur de Bach » (CRAB APPLE), remède d’élimination des pensées malsaines. C’est un bourgeon aux propriétés antioxydantes, tonique vasculaire et phyto-oestrogéniques (progestérone-like surtout). Ledoux lui attribue la prise de conscience entre le bien et le mal.

ILEX AQUIFOLIUM (s) … Arbuste qui est aussi une « fleur de Bach » (HOLLY), remède de la jalousie et de la rancune. Faible toxicité des fruits, ce qui lui vaut l’interdiction à la vente en Europe. C’est un bourgeon antispasmodique et d’inflammation vasculaire (hyper Alpha2 Bêta). Ledoux lui attribue la résistance et le courage.

PLATANUS ORIENTALIS … Arbre majestueux, à l’écorce qui s’écaille facilement. Son tropisme cutanée le fait utiliser dans le psoriasis et le vitiligo. Ledoux lui attribue le renouveau spirituel.

CARPINUS BETULUS … Le Charme (corylacée) est un petit arbre social dont les fruits ailés tourbillonnent au loin. C’est aussi une « fleur de Bach » (HORNBEAM) qui calme le doute et permet de terminer les travaux en cours. L’action de son bourgeon est respiratoire (sinusite, bronchite), il augmente le nombre des plaquettes et baisse le cholestérol. Ledoux lui attribue les sentiments de loyauté et de dévouement.

FAGUS SYLVATICA … Le Hêtre (fagacée) est un arbre massif des terrains humides, mais aux racines traçantes : les grands vents le déracinent. Comme le Charme, il accompagne le Chêne. Son bois – distillé à sec – donne Kreosotum (ac), un grand remède homéopathique. C’est aussi une « fleur de Bach » (BEECH) qui calme les rancunes. C’est un remède des immunodépression (suite de vaccin ou d’antibiothérapie répétée) qui corrige les hypoGamma globulinémies. Ledoux lui attribue la capacité d’abandonner son amour-propre pour révéler son identité réelle.

JUGLANS REGIA (s) … Noix de Jupiter. Le Noyer (juglandacée) est un arbre monoïque, solitaire (il empêche les plantes de pousser autour de lui), de grande taille, au bois dur. Les noix, riches en oméga 3, sont très prisées. Autrefois, on utilisait les feuilles en cataplasme (dermatoses suintantes) et comme antiparasitaire (taenia). C’est aussi une « fleur de Bach » (WALNUT) qui correspond à une défense contre les influences extérieures (défense du territoire). Ledoux lui attribue la persévérance face aux difficultés de la vie : ses convictions l’aident à agir en dehors des pressions qui l’entourent.

CASTANEA SATIVA … Le châtaigner (fagacée) qui produit un bois dur, riche en tanins (décourageant les insectes) et des bogues comestibles (farine de châtaigne). Ses bourgeons ont une action remarquable sur le système veineux et lymphatique. Au niveau biologique, il baisse les Alpha 2 et les Bêta globulines. Ledoux lui attribue la capacité de chasser la colère contenue qui ronge souvent les hommes.

AESCULUS HIPPOCASTANUS … Le Marronnier (hippocastanéacée). Grand arbre oriental, introduit en Europe au 17ème siècle. Pathogénésie homéopathique de stase veineuse, surtout hémorroïdaire, avec constipation. Le dr. Bach estimait tellement le marronnier qu’il lui a consacré 3 remèdes :

–    l’élixir de fleurs rouges (RED CHESNUT) … pour ceux qui appréhendent toujours le pire pour leurs proches

–    l’élixir de fleurs blanches (WHITE CHESNUT) … pour ceux qui sont parasités par leurs soucis

–    l’élixir de bourgeons de marronnier (CHESNUT BUD) … pour ceux qui ne retiennent pas l’expérience vécue.

TILIA TOMENTOSA (mn) … Le Tilleul (tiliacée) est un grand arbre mellifère, monoïque. On utilise ses fleurs en infusion comme hypnotique doux. Son aubier est antispasmodique cardiaque et digestif. Au niveau biologique, il baisse les Bêta globulines et augmente les Gamma. Ledoux lui attribue la capacité de comprendre l’autre, d ‘éveiller des sentiments de fidélité et de clémence.

POPULUS NIGRA (al) … Le Peuplier noir (salicacée) est un arbre dioïque du bord de l’eau, à la croissance rapide, au bois souple et léger. Sa résine servait d’onguent contre les brûlures. Ses bourgeons (fébrifuges) contiennent de l’aspirine, ce qui explique sans doute ses propriétés de protection cardiovasculaire (anti thrombotique). Au niveau biologique, il augmente des Alpha 1 et 2, baisse les Bêta et les Gamma globulines. Ledoux lui attribue la capacité d’apporter à l’homme une certaine souplesse mentale.

FRAXINUS EXELSIOR (na) … Le Frêne (oléacée) est un arbre à la silhouette élancée qui donne un bois dur et souple. Il revendique une polarité rénale (diurétique et rhumatismale). Au niveau biologique, il baisse les hyper Alpha 2 et Bêta, il réduit l’acide urique. Ledoux lui attribue la capacité de choisir avant l’action, puis la volonté de la réaliser (rein en MTC).

SALIX ALBA (ca) …

alt

 

Bibliographie :

  1. HENRY Pol « Etude expérimentale et biologie clinique de Corylus avelana (bourgeons) « . Cahiers de Biothérapie (1964): 74-7
  2. HENRY Pol « Du sérum au tissu, du tissu à la lésion ». Cahiers de Biothérapie, n° spécial « Informatique » (1964): p. 15-9
  3. HENRY Pol « Diagnostic biologique différentiel des médicaments à base de bourgeons utilisés en gemmothérapie ». Cahiers de Biothérapie 1965 (7): 197-8
  4. HENRY Pol « Notes sur les connaissances écologiques et phytosociologiques et Gemmothérapie ». Cahiers de Biothérapie 1965 (8):279-81
  5. HENRY Pol « Etude clinique et biologique de six nouveaux bourgeons » Cahiers de Biothérapie 1967 (13): 55-60
  6. HENRY Pol « Gemmothérapie et immunoélectrophorèse ». Cahiers de Biothérapie 1970 (28): 292-4
  7. HENRY Pol « Cas cliniques élucidés par l’analyse automatique du sérum ». Cahiers de Biothérapie, 1973 (37): 34-8
  8. HENRY Pol « Les labiées en thérapeutique clinique et informatique » (C. de Biothérapie, juin 1976).
  9. HENRY Pol « Gemmothérapie : thérapeutique par les extraits embryonnaires végétaux » (1982) Imprimerie St Norbert, Westerlo
  10. HENRY Pol « Gemmothérapie : les labiées » (Cahiers de Biothérapie août 1983)
  11. LEUNIS J. Claude « De l’utilisation médicale des simples » (Résurgence, 1990)
  12. LEUNIS J. Claude et DEWIT Serge « Traité théorique et pratique de phytothérapie cyclique » (R. Jollois, 1995).
  13. ANDRIANNE Ph. « La gemmothérapie, passé, présent et avenir ». Phytothérapie, éd Springer 2008 (1): 29-32
  14. Ledoux F et Guéniot G. « La phytoembryothérapie » (ed. Amaris, 2012)

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.