La « malbouffe », les causes …

La « malbouffe »

Les causes : erreurs et pollution …

D’ici 2020, plus de la moitié de l’humanité habitera les villes. Les écosystèmes urbains (pollution automobile, chauffages domestiques, élimination des déchets) participent à l’aggravation de l’effet de serre … une ville « moderne » d’un million d’habitant rejette par jour : 4 tonnes de pneus usés, 1500 tonnes de déchets solides et 300 000 m3 d’eaux usées ! Le taux d’ozone (au sol) a été multiplié par 5 durant l’ère industrielle …

En ce qui concerne l’espérance de vie, le premier pays est le Japon (74,5 ans), suivi de l’Australie (73,2 ans), la France et la Suède arrivent en troisième position (73 ans d’espérance de vie sans incapacité). Les Etats-Unis sont à la 24ème place, c’est à dire dans le peloton de queue des pays industrialisés (en grande partie en raison du rôle joué par l’obésité, véritable fléau de la société de consommation). En effet, des relations entre nutrition et santé recouvrent deux aspects distincts : l’impact de la nutrition sur la durée et la qualité de vie et les modifications du statut nutritionnel lors de l’avance en âge.

Les dépenses de santé

  • en Europe = 9% du PIB (2000 francs suisses/an/habitant)
  • aux USA = 13% (soit 3800 fs/an/habitant)

 

1/ Le problème agricole … améliorer les rendements ?

  • Engrais, en Europe actuellement de 90 à 130 Kg à l’hectare (mais les Azotés => Nitrates / les Phosphatés => baisse de la vit. A / les Potassiques => baisse du Manganèse)
  • Désherbants (Ammoniums) et Fongicides (100 environ, exp.: le Diphényl des agrumes)
  • Pesticides, 1600 environ :
  • L’ancien DDT dont 2 000 tonnes ont été répandues, que l’on retrouve dans le lait, la crème, le beurre, etc.). Il est impliqué dans : la prématurité et l’hypotrophie infantile (+ 1,5% pour 30 micro gr./l., + 3% pour 60 micro gr./l.), des troubles comportementaux (groupe exposé > 2 ans => – 20% de performance aux tests psychologiques) !
  • Les « petits nouveaux » : HCB, Organo-chlorés, Organo-phosphorés (Diazinon, Méthami-dophos, Parathion = syndromes neurologiques) …

 

Problèmes en cours d’aggravation :

  • L’état de dégradation des sols dans le temps, la pollution des nappes phréatiques
  • le « marché » des semences stériles, les « raccourcisseurs de pailles », la culture « hors sol », les OGM qui promettent une révolution : tomates qui se conservent plusieurs semaines, pommes de terre et maïs qui se défendent contre les insectes et résistent aux désherbants, levures de bière aux propriétés surprenantes …
  • concentration de pesticides dans certains légumes et céréales (choux-fleurs, blé, poivrons et melons …), inhibiteurs de la germination (pour la pomme de terre) …
  • insémination artificielle des troupeaux (réduction de la biodiversité), « vache folle » …

 

Alimentaire

 

2/ L’industrie agro-alimentaire … vers une alimentation « moderne » ?

La tendance actuelle s’articule autour de quelques points forts :

  • Augmentation des sucres (à index glycémique élevé, ou « rapides »),
  • Maintient de la quantité de graisses animales (alors que le besoin calorique a disparu),
  • La réduction des fibres (cellulose) pourtant indispensables à la digestion.
  • La cuisson haute température : la cuisson des protéines est optimale entre 60 et 65° (principe de la tyndallisation), si celle-ci dépasse 90°, elles deviennent indigestes, à 200° les corps gras deviennent toxiques.

* Le pain (mauvais mûrissement, stockage, raffinage) … pour faire lever ces farines polluées, on ajoute des « améliorants » : farine de fèves, acide ascorbique (E 300), sel (E 301), Calcium (E 302), palmitate d’ascorbyle (E 304), malt, lécithine de Soja (E 322) … 1% du poids de farine est autorisé pour chacun. Les pâtisseries et les biscuits contiennent en outre des colorants, des émulsifiants, gélifiants et substances anti-oxygènes.

* Les huiles animales (crème, beurre, saindoux …) saturées, favorisent les troubles lipidiques vasculaires. Les huiles végétales peuvent être saturées (margarines hydrogénées pour la cuisson) ou insaturées : Oméga 9/6/3 (plus elles sont insaturées, plus elles sont liquides à température ordinaire et doivent être extraites en première pression à froid ).

* Les viandes … autrefois nourris de céréales et de fourrages produits sur la propriété, les animaux sont passés depuis une vingtaine d’années aux farines et aux granulés, avec les résultats que l’on sait (la fameuse « vache folle »). De plus, les interventions humaines (antibiotiques et hormones de synthèse en implants = facteurs de croissance … d’où 49 substances interdites … mais tant d’autres encore utilisées !).

* Les produits laitiers (problème assez comparable à celui de la viande, mais plus riche en graisses saturées et en calcium). La production d’enzymes nécessaires à la digestion de la caséine du lait (lactases et lipases) est réduite dès l’âge de 3 ans. La fermentation (yaourt, fromages) des laitages en facilite la digestion. Les atopiques sont très sensibles aux produits laitiers (eczéma, rhume des foins, asthme). De plus, les laitages concentrent les polluants environnementaux : nitrates (engrais), pesticides, antibiotiques, bicarbonates … La pasteurisation, si elle stabilise le lait, réduit son taux en enzymes et en vitamines (A et C), limitant l’assimilation du Calcium.

 

* Les volailles/œufs … sont à présent nourris à la farine de poisson et aux tourteaux de soja.

* Les produits de la mer figurent parmi les aliments les moins contaminés. Les poissons d’aquaculture (nourris avec des granulés) et les poissons d’eau douce n’ont pas ces qualités.

* Les boissons :

  • pour l’eau du robinet : le seuil de 50 mg. de nitrates par litre est souvent dépassé (+ 500% en 30 ans). Or les nitrates se dégradent en nitrites qui se combinent dans les GR pour donner la methémoglobine, incapable de transporter l’oxygène !
  • pour le café : pesticides non autorisés en Europe, solvants pour les formes décaféinées.
  • pour la bière : bromate de K, sulfate de Ca, nitrosamines …
  • cas particulier du Coca-Cola (boisson excitante) qui contient un colorant « caramel » (méthylimidazole = convulsif à forte dose), de l’acide phosphorique (qui modifie l’équilibre minéral), de la noix de Cola et de la Caféine … En Europe, 8 litres/an et par habitant, aux USA, 45 litres/an/h. !
  • les sodas (boissons acidulées et sucrées) renferment des colorants et des conservateurs.

 

* Les emballages alimentaires (80 000 tonnes/an en France) sont en polystyrène et en polychlorure de vinyle (or les monomères et les oxydes de ces produits sont dangereux).

 

* Le sel a longtemps été rajouté aux aliments comme conservateur (peu coûteux) et rehausseur de goût. Or, nous consommons actuellement beaucoup trop de sel. La dose préconisée est de 6 grammes par jour, alors que les moyennes constatées en Europe sont actuellement de 10 à 20 gr./jour, induisant une HTA précoce et une aggravation du risque ostéoporotique (par fuite du Calcium urinaire). Les trois quart de l’apport en sel proviennent d’aliments industriels (pizzas, quiches, sandwiches, charcuterie, biscottes …).

 

* Les additifs (4000 environ) : Si nos ancêtres utilisaient le sel et la fumée pour conserver les viandes et les poissons, ajoutaient des plantes aromatiques et des épices aux aliments pour en améliorer le goût, au cours de ces 40 dernières années, le progrès des techniques dans le domaine alimentaire, ainsi que l’évolution de la demande des consommateurs ont conduit à une utilisation de plus en plus large des additifs alimentaires. Cette diversification des additifs est encadrée par une réglementation stricte au niveau européen (dénomination E suivi de 3 ou 4 chiffres), parmi lesquels il faut distinguer :

E 100 à 199 = les colorants alimentaires (jaune, rouge, vert = riboflavine, caroténoïdes, chlorophylle … mais aussi chimique : vert, bleu, noir).

E 200 à 299 = les conservateurs évitent le développement de micro-organismes (acide acétique, benzoïque, lactique, sorbique, des sulfites, des benzoates …). Dans les conserves de viande, on cherche à supprimer le risque botulique, contre lequel seuls les nitrites sont efficaces (E 250, 251 ou 252 : saucisses et jambon). L’acide sorbique contrôle les levures (il est utilisé pour les fromages et les saucisses). Les benzoates et les propionates sont utilisés contre certaines moisissures, dans le pain et la boulangerie. Enfin, les sulfites sont utilisés pour le vin et la bière.

E 300 à 399 = antioxygènes : ils retardent l’oxydation des huiles et des matières grasses (rancissement). On utilise l’acide ascorbique (vit. C), l’acide gallique et des dérivés de synthèse (exp. : BHA dans les préparations instantanées de pommes de terre).

E 400 à 495 = agents de texture : émulsifiants (margarines), stabilisants et gélifiants (confitures). Ces agents de texture ont surtout une origine végétale : graines, fruits ou algues (pectine, caroube, lécithine, agar-agar …) mais aussi animale (gélatine).

E 500 à 619 = acidifiants (conservateurs, exp. : acide acétique, citrique ou tartrique des fruits), alcalis et édulcorants de synthèse (saccharine).

E 620 à 637 = les révélateurs de goût (glutamate) et édulcorants (exp. : sorbitol ou mannitol)

E 700 à 715 = antibiotiques (Bacitracine, Chloraphénicol, Tétracyclines …)

E 761 et suivants = arômes artificiels.

Lire = dioxyde-de-titane-et-stearate-de-magnesium

 

L’intolérance à certains produits alimentaires (lait, œufs, poissons fruits de mer, blé …) est de plus en plus fréquente et touche 45% des patients (troubles digestifs, cutanéo-muqueux et rhumatismaux surtout). Certaines études ont établi un lien entre des troubles du comportement chez l’enfant et la consommation de certains additifs (THADA).

Passons sous silence l’irradiation stérilisante … additif non comptabilisé, car sans odeur ?!

 

3/ un problème industriel et social … tous pollueurs !

Toute puissance des multinationales qui via des scientifiques à leur solde (financement d’études universitaires, de l’INRA) et les banques (Prêts et hypothèques du Crédit agricole) manipulent l’opinion et les politiques : Monsanto, Sanofi, Bayer, Rhône-Poulenc, Unilever, Sandoz, Ciba-Geigy (médicaments et pesticides) … 80 000 polluants chimiques répertoriés !

Pollution  aérienne : en légère amélioration (en ce qui concerne le CO, SO2 et le plomb), mais qui reste préoccupante pour le NO2 et les suies (moteurs diesels). La mortalité annuelle attribuée à la pollution atmosphérique est de 6% environ (cas d’asthme multipliés par 4 ces dix dernières années) !

Pollution chimique … Une étude américaine récente sur 5000 individus par rapport à 27 polluants a mis en évidence la présence de métaux lourds : Cadmium, Caesium, Plomb (peintures murales, tuyaux), Uranium … et de phtalates (utilisés dans la fabrication des PVC, peintures, colles, adhésifs, lubrifiants, laques …). Mais il faut aussi prendre en compte les toxiques : Arsenic, Dioxine, Mercure (constituant à 50% des amalgames dentaires) et l’Amiante (environ 50 000 morts sont « prévus » pour les 20 prochaines années en France) !

Cas de l’aluminium dont la question de la toxicité est posée … Cet élément (léger) est présent dans le sol (argiles et roches), l’air (poussières), l’eau (reconnu non toxique jusqu’à la dose de 0,2 milligrammes/litre par l’OMS), les aliments (exp.: le thé), les ustensiles de cuisine et la pharmacopée (gels antiacides, fluides de dialyse, les déodorants et adjuvants des vaccins). La dose maximale admise par l’OMS est de 7 mg/kg de poids corporel. Certaines recherches médicales ont mis en évidence de fortes concentrations de sels d’aluminium dans le cerveau des insuffisants rénaux traités par hémodialyse et chez certains patients atteints de syndromes démentiels. On peut provoquer des dégénérescences neurofibrillaires dans le cerveau des lapins après injection intra-cérébrale de sels d’aluminium. Ces atteintes ressemblent aux lésions cérébrales amyloïdes observées dans l’encéphale des patients atteints de maladie d’Alzheimer. En fait, cela dépend de la teneur en Silice de l’aliment ou du composé absorbé : les alumino-silicates sont difficilement absorbés, alors que l’hydroxyde d’aluminium est plus biodisponible. Pathogénésie d’Alumina : sécheresse extrême (tableau du syndrome sec de Gougerot-Swogren) jusqu’à une atteinte neurologique (syndrome de la « queue de cheval »).

Pollution radioactive … les « Tchernobyl » et autre Foukuchima ? … NB. : la terre a subit 600 explosions nucléaire à l’air libre pendant 40 ans = les retombées sont continues (on peut dater les vins à partir de la quantité de Caesium radioactif contenu dans les bouteilles !)

 

4/ La « médecine moderne » = une pollution permanente rapprochée :

Les dérivés opiacés : tranquillisants, somnifères, antidépresseurs, neuroleptiques

Les avatars de la flore : antibiotiques, laxatifs, aspirine et anti-inflammatoires

Les stéroïdes (excès d’eau/troubles du comportements) : pilule, hormones et corticoïdes

Les dangereux/inutiles : Calcium, Fluor, hypolipémiants et vaso-dilatateurs …

Les polyvaccinations …

 

Les conséquences … des perturbations métaboliques et immunitaires : obésité et dénutrition, infections chroniques, vieillissement tissulaire et cancers …

 

A/ La caractéristique principale du vieillissement nutritionnel des populations est l’apparition de sub-carences puis de carences nutritionnelles. Celles-ci sont fréquentes chez les sujets âgés en bonne santé vivant à leur domicile : 1/3 d’entre eux présentent une carence en au moins un Micro-nutriment (valeurs basses pour la vit. A (10% des hommes et 20% des femmes), vit. B1 et B2 (20% des adultes), vit. D (10% des adultes), vit. E (10% des hommes et 5% des femmes). Et de 2 à 4% présentent une Malnutrition Protéino-Energétique. Toutes deux induisent un déficit immunitaire. Certaines études ont montré que des supplémentations par des associations de micro-nutriments réduisent la fréquence et la durée des infections chez les sujets âgés autonomes comme chez ceux vivants en institution.

B/ Immunitaires : Deux mécanismes influencent la vitesse de vieillissement et sont donc à l’origine de la diminution de certaines fonctions :

  • les dysrégulations métaboliques, par augmentation de la fixation du glucose sur les protéines (glycation) qui empêchent la fixation sur leur récepteur (Alpha 1 + 2 = frein métabolique), par l’augmentation du taux du cholestérol et des acides gras (Bêta précipitines) ainsi que du taux d’anti-corps circulants (Gamma précipitines) par stimulations antigéniques répétées => hyalinose du tissu conjonctif = hypoxie.
  • la production de radicaux libres. Le cholestérol et les acides gras ne deviennent dangereux pour l’organisme que lorsqu’ils sont oxydés (= athérome). Puis les radicaux libres s’attaquent aux constituants des cellules, entraînant des dommages cellulaires irréversibles.

 

Ces mécanismes dégénératifs vont faciliter des mutations génétiques (cancers et dystrophies tissulaires) : « Il y a bien une augmentation réelle de l’incidence des cancers dans le monde : + 27% en 10 ans ! » (Pr. John Bailar – Université de Chicago)

Ces phénomènes de vieillissement tissulaire entraîne aussi des modifications :

  • une altération du contrôle du métabolisme du glucose avec une relative résistance périphérique à l’insuline. Or une alimentation glucidique équilibrée et un exercice physique modéré, mais régulier permettent d’éviter ces troubles qui vont conduire au surpoids.
  • une dysrégulation du métabolisme protéique avec diminution de sécrétion de l’hormone de croissance et de l’anabolisme protéique qui peut entraîner une fonte musculaire. L’activité physique permet aussi de limiter ces modifications métaboliques.
  • Une perte de la masse osseuse plus précoce chez les femmes après la ménopause. Le Calcium, mais aussi un apport protéique suffisant sont également indispensables pour que la trame osseuse soit de bonne qualité.
  • Un déséquilibre du métabolisme de l’eau qui accroît le risque de déshydratation, en particulier par la diminution de la sensation de soif.

 

Les solutions (réalistes ?!)

C’est un problème social et mondial (rapports Nord/Sud, Capitalisme/Socialisme) nécessitant une volonté politique forte pour orienter le développement industriel dans un sens plus écologique. La solution réaliste que nous pouvons pour le moment apporter reste personnelle :

  • s’informer des nombreuses variables du problème, en informer les autres … Encourager les actions de biosurveillance agricole et industrielle,
  • faire le choix d’une alimentation familiale la plus saine possible (bio), ne pas fumer et se limiter à un verre de vin ou de bière par jour (effet de protection vasculaire). Veillez par exemple à ce que les produits achetés comportent la mention « arômes naturels »,
  • ne pas tomber non plus dans le risque névrotique obsessionnel (exemple: les végétaliens) ! Se méfier des manipulations médiatiques et de la « pollution émotionnelle » …

FruitsLégumes

Niveaux agricole, agro-alimentaire et industriel =

  1. Favorisez le compostage et l’utilisation de substances naturelles (biodynamie ?)
  2. Faites connaître la solution assolement (5ans/10 ans) qui évite d’épuiser les sols.
  3. Réclamez l’interdiction rapide des produits les plus dangereux (ex.: pesticides organo-phosphorés), méfiez-vous des solvants organiques (peintures, encres et diluants) qui diminuent la fertilité masculine…

Niveau diététique = surveiller son alimentation en quantitatif (nourriture – récompense) et qualitatif (apport en vitamines, oligo-éléments, AGE, AAE), ex.: le « régime crétois »…

 

Niveau médical =       Méthodes biologiques d’évaluation des troubles induits :

A/ les dosages quantitatifs (spectrographie, absorption atomique) sont intéressants sur le plan toxicologique (intoxication aux métaux lourds et à certains toxiques, ex.: l’Arsenic). Ils sont par contre aléatoires dès que l’on s’intéresse aux oligo-éléments physiologiques : ces méthodes sont complexes et dans la pratique limitées, car le traitement des excès par leurs antagonistes théoriques se révèle décevante.

 

B/ les Profils Nutrition-Santé (BNS), qui mettent en évidence, au niveau du colloïde sérique, les épitopes (sites porteurs protéiques) des différents intervenants métaboliques, constituent à présent l’examen de choix pour appuyer votre prescription oligo-élémentaire. Vous y observerez l’affinité sérique pour les oligo-éléments classiques : Manganèse / Cuivre / Zinc / Iode / Ammonium …. On y observe également la réactivité pour certains métaux lourds, ex. : Cadmium, Mercure. De plus vous y apprécierez le niveau de dégradation des équilibres sériques selon les 6 phases de Reckeweg.

 

Niveau psychologique =

La qualité de vie est liée au maintien du potentiel physique comme intellectuel, pour lesquels le rôle de la nutrition est primordial, mais aussi aux facteurs d’environnement. On connaît le rôle délétère de la dépression sur l’évolution du vieillissement. A l’inverse les relations sociales et la convivialité ressortent comme facteurs positifs dans toutes les études. Enfin la motivation et l’adaptation permettent de mieux faire face à toutes les situations qui peuvent survenir, puisque vieillir c’est aussi vivre longtemps. C’est le fait d’être bien « dans sa tête et dans son corps » qui conditionne la bonne santé.

 

Quelques remèdes de détoxication et de relance métabolique/immunitaire (pris dans la gamme du lab. Heel) :

  • Coenzyme comp.   … antifatigue et hypo-allergique, par relance de l’oxygénation cellulaire
  • Ubichinon comp. …  élimine les radicaux libres (contient les vit. B1,B2, B6 et C), agents du vieillissement tissulaire
  • Nux vomica-Homaccord  …   les effets des intoxications (alcool / café / tabac …)
  • Hepar compositum …  la détoxication hépatique (et l’hypercholestérolémie)
  • Solidago compositum  …  les problèmes rénaux (urée, lithiases …)

 

Bibliographie :

« Guide des additifs et des polluants alimentaires » Antoine Roig (ed. du Rocher)

« L’aluminium et la maladie d’Alzheimer » S. Gruszow (La Recherche, décembre 1997)

« Voyage au pays des additifs » Le Quotidien du médecin n° 6773, Octobre 2000)

« Cette « bouffe » qui nous tue …» Louis Bon de Brouwer

« Nutrition, immunité et vieillissement » B. LESOURD (Gérontologie Clermont Ferrand)

« Homotoxicology, illness and healing through anti-homotoxic therapy »   H.H. Reckeweg

« Intermediate catalysts, therapy in practice » Laboratoire Heel (Baden-Baden)

« Nosode therapy in practice » lab. Heel   (à Baden-Baden, 1985)

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.