La micro-nutrition

   La « micro-nutrition »

Encore appelée « nutrithérapie », elle est fille de « l’homotoxicologie » (H.H. Reckeweg) des années 60 et de la « médecine orthomoléculaire » (C.C. Pfeiffer) des années 70, une approche physiologique des dysfonctions métaboliques et immunitaires… 

L’association thérapeutique d’oligo-éléments, de vitamines, d’acides aminés et d’acides gras essentiels a pris en Europe le nom de « nutrithérapie ». En 1969, la découverte d’une enzyme, la super-oxyde-dysmutase (SOD), a permis d’attirer l’attention sur l’importance des radicaux libres en biologie humaine. Depuis, un grand nombre de phénomènes physiopathologiques liés à un excès de radicaux libres a été mieux compris, ainsi que les mécanismes d’actions des éléments intervenant dans ces phénomènes. C’est à présent un concept qui repose sur :

1/ Une phase de détoxination :

  • Stimuler les émonctoires, pour une meilleure épuration
  • Neutraliser les toxines, les métaux lourds et les radicaux libres
  • Equilibrer le milieu (lutter contre la tendance à la sécheresse et à l’acidification du milieu intérieur)
  • Restaurer l’équilibre intestinal

2/ Une phase de restructuration :

  • Relancer les différents métabolismes
  • Optimiser les échanges cellulaires
  • Reminéraliser l’organisme
  • Renforcer l’immunité

C’est une méthode qui s’apprend rapidement (quelques journées suffisent) et qui est sous-tendue par une douzaine de grands laboratoires en Europe (Jouvadia, Nutergia, Pilège, Burgurstein, Bionutrix …), ceux-ci proposant des « compléments alimentaires » sous forme d’associations fixes, à visée particulière (sport, ménopause, confort digestif …). Elle complète efficacement les traitements d’homéopathie ou d’acupuncture, plus ciblés, en fournissant au corps les matériaux susceptibles d’être mobilisés efficacement.

Cette approche médicale physiologique tend à optimiser les régulations organiques et à limiter les processus de vieillissement tissulaire par l’apport d’éléments essentiels en micro-doses.

1/ La barrière digestive

La barrière digestive est une interface essentielle à la digestion (absorption des nutriments) mais aussi maintient du tonus immunitaire. Le bon fonctionnement du système sympathique, la qualité des nutriments et l’équilibre du microbiote (flore de barrière) peuvent se manifester par de nombreux troubles fonctionnels, préludes à l’installation de nombreuses maladies :

  • reflux gastro-oesophagien
  • dyskinésie hépato-biliaire
  • l’insuffisance pancréatique fonctionnelle
  • les intolérances alimentaires
  • les troubles infectieux et parasitaires
  • les MICI (Crohn et RCH)

La partie « solutions santé » comprendra :

  • les conseils alimentaires
  • le rôle des pré et des probiotiques
  • les plantes à visée digestive haute et basse

2/ La protection cellulaire

Celle-ci regroupe l’ensemble des systèmes dédiés à la protection des cellules contre :

  • l’agression des radicaux libres (stress oxydatif)
  • l’inflammation, ses effecteurs protéiques et cytokines
  • les agents de la glycation
  • les toxines endogènes et exogènes

Les situations impliquées s’observent dans :

  • les troubles de la peau et des phanères, de l’appareil oculaire, des articulations …
  • les dysimmunités, les maladies cardio-vasculaires, les affections neuro-dégénératives …

Les explorations de biologie fonctionnelle utiles pour quantifier l’inflammation et le stress oxydatif

La partie « solutions santé » comprendra :

  • les conseils alimentaires : des polyphénols dans l’assiette …
  • les anti-oxydants généralistes et spécifiques
  • les plantes à visée anti-inflammatoire et détoxifiante

MédicamentS

3/ La communication inter-cellulaire

Ce chapitre étudie les différents systèmes participant au passage harmonieux des informations entre les cellules, les tissus et les organes. Des dysfonctions peuvent s’exprimer sous forme de :

  • troubles des prostaglandines : problèmes cutanés, vasculaires, oculaires et cérébraux
  • troubles liés à la sécheresse tissulaire, se manifestant par des acidoses localisées : hypertension artérielle, lithiases, ostéoporose, fissures et ulcérations …

Les explorations de biologie fonctionnelle utiles pour explorer les acides gras dans l’organisme, des régulations hormonales, ainsi que le métabolisme des sucres et de l’acide urique.

La partie « solutions santé » comprendra :

  • les conseils alimentaires : les différents acides gras insaturés …
  • les modulateurs de l’équilibre acido-basique
  • les plantes à visée hormonale et les huiles grasses

complementsalim   les ouvrages spécialisés se multiplient …

4/ La fonction Neuro-sensorielle

Le comportement, la réflexion, le sommeil et l’humeur dépendent du fonctionnement harmonieux des structures cérébrales. La micro-nutrition se propose d’optimiser le fonctionnement cérébral selon trois axes :

  • A/ stress, fatigue chronique et dépression
  • B/ troubles du sommeil et sevrage des somnifères
  • C/ Mémoire et troubles cognitifs

Les explorations de biologie fonctionnelle utiles pour explorer les facteurs hormonaux et quantifier le taux des catécholamines.

La partie « solutions santé » comprendra :

  • les conseils alimentaires : les précurseurs des neurotransmetteurs dans l’assiette
  • les oméga 3 et 6 : modulateurs du sommeil et de la mémoire
  • les plantes à visée sédative ou psychotonique

Nous mettons en avant le fait que de nombreuses situations favorisent les carences en vitamines, oligo-éléments et minéraux : régimes amincissants, alimentation insuffisamment diversifiée (cas des adolescents et sujets âgés), surmenage physique (sportifs de haut niveau), période de croissance, grossesse et allaitement, lors de certaines maladies chroniques … Si la recherche d’une alimentation saine et diversifiée est toujours nécessaire, il est parfois judicieux d’y ajouter une supplémentation nutritionnelle adaptée afin de compenser ces déficits de façon plus efficace et de permettre à l’organisme de se détoxiner, car les niveaux de pollution le déborde souvent.

Exemple d’une belle gamme de micro-nutrition (dépliant à télécharger) :

EFFYSSANCE depliant 2016

Bibliographie :

  1. C. Pfeiffer et P. Gonthier « Equilibre psycho-biologique et oligo-aliments » (Debard, 1983)
  2. J.P. Curtay « La nutrithérapie, bases scientifiques et pratique médicale » (Boiron, 2000)
  3. B. Gayet et A. Rossette-Cazel « Les clés de la nutrithérapie » (Quintessence, 2002)
  4. P. Chavaux «  La nutrithérapie de A à Z » (Marabout, 2004)

http://www.santenatureinnovation.fr/landing_page/GSD11A/ESNIGS49.html?utm_source=gauntlet&utm_medium=emailing&utm_campaign=20130201-Gauntlet-Series-Day-49&o=1004525&s=1010016&u=29175278&l=535905&r=Milo

 
A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.