La pensée anthroposophique

Pour commencer, deux concepts sont importants à appréhender : la quadripartition et la tripartition :

La « quadripartition constitutionnelle » et la « tripartition fonctionnelle »

La « Science spirituelle » reconnaît en l’homme (constitué pour 2/3 d’eau) quatre éléments constitutifs, qui comme les poupées gigognes se retrouvent partout dans l’organisme, à des degrés divers :

— le corps spirituel (ou Moi, spécifique à l’homme), qui confère la conscience de soi, la parole articulée et la station verticale, sentiments qui nous apparentent aux « entités spirituelles » qui agissent dans l’Univers (« anges et archanges »),

— le corps astral (apparenté avec le règne animal). Tout ce qui se manifeste au niveau de la psyché sous forme de sensations : passion, désir, sympathie, antipathie … (cf. « maladies des 7 sentiments » en MTC, se sont ces dérèglements qui constituent la cause principale des maladies),

— le corps éthérique (apparenté avec le règne végétal) est un champ de forces inaccessible à nos sens (sous la dépendance des « esprits de la nature »), mais dont les effets sur les mécanismes chimiques de la vie sont perceptibles (comme l’aimant sur la limaille de fer),

— le corps physique (de constitution minérale), c’est le seul qui est directement accessible aux investigations de l’anatomie, de la biologie, de la physiologie (nutrition).

………………………………………………………………………………..

Histoire /               Ethers /             Macrocosme /        Microcosme

Ancien Saturne    de chaleur          Feu (plasma)          Moi

Ancien Soleil        de lumière          Air (gazeux)            Astral

Ancienne Lune     son/chimique      Eau (liquide)          Ethérique

Terre                     de vie                Terre (solide)          Physique

………………………………………………………………………………..

Règnes /          Organes /         Gaz

Humain             Cœur                 H2

Animal               Rein                  N2

Végétal              Foie                  O2

Minéral              Poumon            CO2

………………………………………………………………………………..

ForcesFormatrices  Les forces formatrices …

 

Tripartition

 

Voir la vie selon cette organisation permet par exemple d’expliquer :

–        le sommeil, lorsque le Moi se sépare momentanément de l’Astral, au contraire, l’insomnie est la conséquence d’un rapprochement trop fort de l’Astral et du Moi,

–        la mort, l’Astral et le Moi se séparent définitivement de l’éthérique et du physique qui se décomposent.

 

Un aliment complet comme le pain, base de la nourriture en Europe depuis des siècles, est une préparation incorporant les quatre éléments : la terre (farine), l’eau (et le sel), l’air (pétrin) puis le feu (cuisson).

L’action de ces différentes forces s’exerce de façon différenciée (par polarités organiques et interactions physiologiques) sur tel ou tel secteur de l’organisme :

— le pôle neuro-sensoriel (symbole = l’aigle) : le Moi et l’Astral s’appuient sur le système nerveux céphalique où siège la conscience, mais où la vie s’étiole (cristallisation-rigidification = albumines dans le vocable steinerien), pour s’étendre à l’ensemble de l’organisme. Ces fonctions de structuration et de tri s’appuient sur les Sels et la Silice, les racines des plantes et les couleurs violet/bleu.

— le pôle métabolique (symbole = le taureau) : le Physique et l’Ethérique sont étroitement liés au devenir de la substance organique qu’ils vitalisent par les processus qui s’y déroulent de façon intense (inflammation-digestion = mobilité de l’eau), mais où la conscience disparaît. Ces fonctions régénérant les substances s’appuient sur le Soufre et le Calcium, les fleurs et les fruits des plantes et les couleurs rouge/orange.

— le pôle rythmique (symbole = le lion) : pour que ces deux dynamiques opposées évoluent en une unité fonctionnelle, un mécanisme intermédiaire assure une interaction harmonieuse. Cette dynamique rythmique se manifeste à travers les rythmes cardiaque (+ métabolique) et respiratoire (+ NeuroSensoriel). Elles s’appuient sur les Métaux (représentés en alchimie par le Mercure), les feuilles de la plante et les couleurs jaune/vert.

 

Quadripartition

 

Cette tripartition fonctionnelle de la nature humaine ne doit pas être comprise comme un système rigide et compartimenté : il existe au contraire un échange permanent de forces entre les deux pôles. L’équilibre entre les deux, en cas de surcharge de l’un ou de l’autre, étant assuré par la région rythmique : cet effort d’adaptation se traduit par une accélération des rythmes cardiaque et/ou respiratoires.

Synergies des organes selon les niveaux :

A – Les organes « postérieurs », éliminent du CO2, libèrent l’esprit (absorbé par les sens de la tête)

  • pôle NS = Cerveau (processus respiratoire affiné) : organes des sens et ossification
  • pôle rythmique = Poumon … tuberculose pulmonaire : excès d’intellectualisation
  • pôle métabolique = Foie (cf. action sur le cerveau et « hépatisation du poumon »)

 

B – Les organes « antérieurs », métabolisent graisses et sucres

  • pôle NS = la Thyroïde, sorte de cerveau inachevé (nodule thyroïdien = désir d’enfant ?)
  • pôle rythmique = le Cœur (formé par et pour équilibrer l’activité des liquides tissulaires)
  • pôle métabolique = l’Utérus

 

C – Les organes « centraux »

  • le Rein, processus lumière (cf. inquiétude = peau froide)
  • les os sont des muscles transformés (os = pôle NS, muscles = pôle métabolique)
  • le digestif.

 

De plus, cette tripartition a de nombreuses correspondances :

Au niveau de la planète =

  • La zone polaire et de haute montagne sont plus neuro-sensorielles
  • La zone tropicale est plus métabolique
  • La zone tempérée rythmique, avec ses quatre saisons

 

Au niveau de la plante :

  • La racine est dans la terre froide (neuro-sensorielle)
  • La fleur est sous la chaude influence cosmique (extra-terrestre)
  • La feuille croit et tombe de façon rythmique

 

Au niveau des remèdes,

  • L’Arsenic est un « agent d’astralisation« 
  • Les Charbons (Carbo) limitent une fixation astrale pathologique
  • Phosphorus défend le pôle rythmique de l’envahissement NS (si insuffisant = extrémités froides)
  • Le Miel assure l’équilibre entre l’air et les liquides (pôle rythmique)
  • Le Soufre défend le pôle métabolique contre un Astral envahissant

Les infections, allergies, les maladies immunes et le cancer …

Pour l’anthroposophe, toute maladie (psychologique ou somatisée) est l’expression d’un processus physiologique déplacé (dérèglement interne). Les microbes, observables en grand nombre dans certaines pathologies, n’étant que des « agents de nettoyage » qui débordent de leurs limites (rôle physiologique de commensal). Point de vue défendable car la plupart de ces micro-organismes ne peuvent en effet se développer sans un biotope qui leur soit favorable. R. Steiner ajoute concernant infections et microbes : « … est naturellement aussi intelligent celui qui dirait que se sont les grenouilles qui font venir la pluie ! ».

 

Dans des conditions normales, la relation entre les deux constituants des complexes supérieurs et inférieurs est étroite. Parfois, on observe un état de dislocation du pôle supérieur (entre le Moi et l’Astral) dans leur dynamique métabolique : il y a allergie. Le Moi, garant de notre identité, est chargé d’identifier les substances qui entrent en contact avec l’organisme. Ce travail d’identification effectué, il informe l’Astral qui exprimera ses antipathies et réglera assimlations ou éliminations. Si le Moi est insuffisant, l’Astral (hypersensible) rejettera des substances anodines (exp.: certains aliments, pollens) … La réaction allergique se situe au niveau de l’organisme liquidien : œdème, exsudat (cf. hypersécrétion lacrymale, nasale, bronchique, cutané), ce qui signifie que les forces éthériques ne sont plus correctement informées par les éléments constitutifs du pôle supérieur.

Eczéma :

  • atopique … Calcarea carb. D20 (calcaire) + Graphites D 15
  • suintant … dominante métabolique = Betula cortex D3
  • sec … dominante neuro-sensorielle = Silicea D30

Rhume des foins … Gencydo (succus Citri + Cydonia)

Migraine … Biodoron (Ferrum sulf. + Silicea + Mel) // Hépatodoron et Choléodoron

 

Si cette dislocation s’aggrave, l’Astral rejettera jusqu’à sa propre substance organique (le physique) = ce sont les maladies auto-immunes. Pour traiter la tuberculose (infection chronique à forte composante immune), il proposera l’association de Sel / Silice et Mercure.

Lorsqu’à la défaillance du Moi s’ajoute celle de l’Astral, à la non-information s’ajoute la non-réaction ou anergie. La porte de la prolifération cellulaire (poussée métabolique anarchique) est alors ouverte = c’est le cancer !

Cette conception de la genèse du cancer met en avant le rôle des chocs moraux qui perturbent durablement un secteur donné du pôle supérieur d’où le Moi et l’Astral se retirent complètement. Dès lors, les forces végétatives incontrôlées du corps éthérique favorisent la croissance anarchique des tissus sous leur dépendance.

De la même façon, R. Steiner (qui commentera les travaux de Freud – les pulsions -, d’Adler – les complexes – et de Jung – l’inconscient supra-personnel – duquel il se sentait plus proche) systématise les peurs et les tempéraments fondamentaux de l’être humain, jusqu’à parler de « névroses d’organes » :

Les « neurasthéniques » (+ d’interdits) :

  • Cœur … « peur de la mort », culpabilisation -> angoisses et oppressions
  • Rein … « peur de la maladie » (du corps vulnérable), nervosité et dépression

Les « hystériques » (+ de pulsions) :

  • Foie … »peur de la vie » (hantise de perdre son bien-être), indolent ou maniaque
  • Poumon … « peur de l’entourage » (l’extérieur), hypersensible -> mélancolique

 

Les sept « métaux alchimiques »

Pour le médecin anthroposophe, la maladie est l’expression d’un déséquilibre d’un pôle par rapport aux autres. La thérapeutique consiste à trouver dans les différents règnes, les remèdes dont les « forces modelantes » permettront de rétablir la santé. R. Steiner classe les remèdes disponibles en sept « qualités métalliques« , elle-même en relation avec les sept « luminaires »(cf. schéma suivant).

Dans l’étude des rapports phénoménologiques, R. Steiner utilise fréquemment le terme de « processus », que l’on pourrait traduire par « intention d’action », dont seuls les résultats sont accessibles à nos sens. En effet, certains métaux (ex.: le plomb) ne sont présent dans le corps que sous forme de « processus ». L’origine cosmique des métaux est à présent démontrée (la température interne de notre soleil ne permettant pas d’aller plus loin que le Fer dans la synthèse de noyaux lourds). Les différents processus vitaux terrestres s’approprient les métaux :

  • Magnésium pour la chlorophylle (corps physique de la plante)
  • Cuivre pour la respiration des animaux inférieurs (corps astral) et la synthèse de l’hémoglobine
  • Fer pour l’hémoglobine (respiration des animaux supérieurs et de l’homme)

 

Planete

 

La différence entre les nerfs moteurs et sensitifs en anthroposophie :

Par définition, le tissu nerveux ne peut que percevoir. Il appartient au pôle supérieur de l’Homme. L’action ne peut être que de nature métabolique. L’action correspond à une représentation ou une perception, phénomènes transmis dans l’immatérialité des éléments constitutifs de l’Homme, aux organes d’exécution.

La transmission nerveuse normale est centripète. L’utilisation de la conductibilité des tissus nerveux à titre expérimental en direction centrifuge aboutit à des réponses qui ne ressemblent pas à l’activité normale (marche, préhension, langage). Pour actionner une partie de l’organisme, il faut la percevoir, tout comme il faut percevoir le schéma corporel. L’organe de l’action est le muscle commandé au moyen du corps astral.

La maturation du système nerveux se poursuit organiquement jusque vers l’âge de 12 ans. Elle doit être mise à profit par l’apprentissage qui est particulier à l’homme.

Références non seulement à R. Steiner, mais aussi aux travaux de Penfield.

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.