La propolis

La propolis

C’est un matériau recueilli par les abeilles à partir de certains végétaux. Cette résine végétale est utilisée comme mortier et pour assainir la ruche. L’origine du mot propolis est associée au grecpro qui signifie « devant, en avant de », et polis, « la cité » (allusion à la réduction de l’entrée de la ruche avec de la propolis pour défendre la colonie).

La propolis est un complexe fabriqué par les abeilles à partir de leurs sécrétions et d’une série de substances résineuses, gommeuses et balsamiques. De consistance visqueuse, elle est recueillie sur certaines parties des végétaux. Les principales essences produisant de la propolis sont des conifères (écorce des pins, sapins, épicéas) et les bourgeons de plusieurs espèces d’aulnes, de saules, de bouleaux, de prunier, de peupliers (qui semblent être la source la plus importante) et d’autres feuillus.

L’ouvrière transporte cette résine dans les corbeilles de ses pattes arrière (de la même façon que le pollen). Ces pelotes ne sont pas stockées dans les alvéoles mais utilisées aussitôt par les maçonnes. Ces dernières les modifient en partie, par l’apport de leurs propres sécrétions (cire et sécrétions salivaires principalement), et l’appliquent au besoin. Plus l’endroit est chaud, plus le pourcentage de cire est important (la propolis étant visqueuse et collante aux alentours de 20 °C et devenant dure et cassante avec le froid ou le vieillissement).

Dans la ruche, la propolis a de multiples usages. C’est un mortier qui sert au colmatage des fissures ou interstices (étanchéité face à l’humidité et au développement des moisissures), au renforcement de rayons ou parties défectueuses de la ruche et à la protection de la colonie par la réduction du diamètre de l’entrée. C’est également un vernis aseptisant déposé en fine couche à l’intérieur des cellules avant la ponte de la reine, ou pour lisser les parois intérieures de la ruche. Elle sert aussi à momifier les animaux intrus et morts (rats et souris par exemple) trop gros pour être évacués par les abeilles évitant ainsi leur décomposition.

La propolis recueillie dans la ruche est constituée globalement de :

résines et baumes 50 à 55 %
cire 30 à 40 %
huiles essentielles           5 à 10 %
pollen 5 %
matières diverses 5 %

 

La propolis contient également beaucoup d’autres éléments comme des acides organiques, de très nombreux flavonoïdes, des oligo-éléments, de nombreuses vitamines.

Il existe différentes variétés de propolis et la composition de la propolis est extrêmement variable et complexe. Plus de 300 composants différents ont été identifiés. Une colonie produit entre 100 et 300 g de propolis par an. Le travail de récolte est donc souvent fastidieux et les opérations de purification très délicates.

Pour une récolte rentable, il est nécessaire d’utiliser des « grilles à propolis » constituées de nombreux interstices que l’abeille va chercher à combler. Cet outil se place sur la tête des cadres, souvent après la récolte (la température aura baissé, la propolis sera moins concentrée en cire, plus abondante et nouvelle). Il suffira ensuite de placer cette grille au froid, la propolis devenant cassante, une torsion de l’outil dégagera les petits morceaux.

À l’état brut, la propolis peut se mâcher directement après prélèvement, mais généralement, on la prendra sous d’autres formes. Elle sera naturellement très propre avant de servir dans une préparation. La propolis brute ou sous forme de teinture-mère est un très puissant anti-infectieux. Elle a de plus un pouvoir analgésique, cicatrisant et anti-inflammatoire et augmente le métabolisme cellulaire.

DANS L’ANTIQUITÉ … La propolis servait comme produit d’embaumement dans l’Égypte antique. Elle faisait aussi partie de la pharmacie ambulante des soldats romains lorsque ceux-ci partaient au combat Au XI ème siècle, la propolis était recommandée pour cicatriser les blessures de flèches.

En Chine, on considère les différents produits de la ruche :

  1. L’abeille … Feng
  2. Le miel … Feng mi (sirop de l’abeille)
  3. Le pollen … Hua fen (poudre de fleurs – pain des abeilles)
  4. La propolis … Feng jiao (gelée de l’abeille)
  5. La gelée royale … Feng huang jiang (boisson pour la reine des abeilles)

Usages médicaux …

En usage interne, elle serait utilisée sous forme de teinture-mère ou sous forme d’extrait sec :

  1. en ORL contre les extinctions de voix, les enrouements, les angines, les maux de gorge, les rhumes, les bronchites, les otites et les sinusites.
  2. en stomatologie : stomatite, gingivites et infections dentaires.

En dermatologie pour assainir et cicatriser les plaies, traiter les mycoses et autres problèmes cutanés, comme ingrédient de produits cosmétiques, pour des savons, shampoings, rouges à lèvres, lotions pour la peau, crème solaire, dentifrices (ex.: Aagaard = propolis + sauge et camomille : www.la-source.info)

Dans une étude portant sur des femmes souffrant de stérilité et d’une forme légère d’endométriose, une supplémentation en propolis d’abeille (500 mg deux fois par jour pendant neuf mois) a abouti à un  taux de grossesse de 60 % alors qu’il n’était que de 20 % chez celles ayant reçu un placebo (Fertility and Sterility, 2003 ; 80 suppl. 3 : 32).

 

PROPOLIS essence spagyrique : Essence nettoyante, dépolluante, purificatrice: se débarrasser des énergies qui nous entravent dans la matière, qui n’ont plus rien à faire dans nos corps physique et énergétique (manies, vieilles habitudes, anciens schémas de pensée, pessimisme, paresse…). Œuvrer pour le bien commun: travail bien fait, persévérance, détermination et opiniâtreté, synchronisation, patience, rigueur et précision; pas de rivalité, respect de la hiérarchie, de l’ordre. Le bien de tous et plus l’individualisme. Pour celui qui papillonne, ne sait pas ce qu’il veut, change souvent de profession, de domicile, indécision, refait toujours les mêmes erreurs. Structure, renforce et stabilise les fondations de base.

 

Bibliographie en français :  

  • « Application locale de propolis dans le traitement du zona » dr. F.K. Feiks (1978)
  • « Symposium sur la Propolis » Budapest (1980), prs R. Chauvin et V. Harnay
  • « Propolis » André Senne, éditions du palémon (2010)
  • « Guérir avec les abeilles, apithérapie et médecine chinoise » C. Raynal-Cartabas (G. Trédaniel, 2009)
  • http://www.bioligo.ch/propolis/

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.