La trisomie 21

La trisomie 21 

La trisomie 21 (ou « syndrome de Down ») constitue une des aberrations chromosomiques les plus fréquentes. Sa fréquence se situe aux environs de 1 cas pour 800 toutes grossesses confondues, mais varie en fonction de l’âge de la mère : environ 1/1500 à 20 ans, 1/900 à 30 ans et 1/100 à 40 ans. 

alt

L’un des traits les plus notables est le déficit du développement cognitif, mais aussi un ensemble varié d’autres malformations (ex. : cardiopathies, anomalies musculo-squelettiques). Le QI des enfants atteints du syndrome de Down est extrêmement variable. La taille est le plus souvent inférieure à la moyenne. Le vieillissement est accéléré.

www.t21.ch/ … association romande trisomie 21

Tri21

A noter que sept des gènes impliqués dans le métabolisme des folates sont localisés sur le chromosome 21. Certains de ces patients qui souffrent d’un déficit en folates (qui induit des troubles neurologiques et cognitifs) ont été améliorés par l’administration d’acide folique (ou d’acide folinique) et de thyroxine (PloS, janvier 2010, vol 5, n°1, e8394 – en accès libre sur internet).

.

Déficit génétique, la trisomie 21 se double d’un problème immunitaire et infectieux chronique, comme l’attestent les profils BNS effectués chez ces jeunes patients (exemple ci-dessous : hyper gamma, stress oxydatif, profil lipidique …)

alt

Les remèdes homéopathiques qui reviennent le plus régulièrement sont :  Baryta carbonicaThuya occ. et Nitricum acidum

Les plantes décongestionnantes (labiées surtout), les huiles essentielles (en cas d’infection) et les « sérums equi tissulaires » (SRE, émonctoires, cortex, neuro-endorine …) vont simplifier la vie (parfois difficile) de ces jeunes patients attachants.

Si vous souhaitez réaliser un BNS12 ou 24, cliquez sur ce lien : www.mybiobox.com

  

Recherches en cours (PLoS One, juin 2010):

 

Le chromosome 21 contient des gènes codant des protéines qui produisent le peptide bêta-amyloïde, molécule qui contribue au déclin cognitif quand il s’accumule dans le cerveau des malades d’Alzheimer. Les enfants trisomiques présentent dès leur jeune âge, des taux anormalement élevés de peptide bêta-amyloïde dans le cerveau. Vers l’âge de 40 ans, beaucoup de ces sujets développent d’ailleurs des signes de la maladie d’Alzheimer.

Sur un modèle animal (souris génétiquement modifiée) Craig Powell et coll. ont utilisé durant 4 mois un produit expérimental qui bloque la gamma-sécrétase, une enzyme essentielle à la production de peptide bêta-amyloïde. Dès le quatrième jour, les souris améliorent leur performances cognitives !

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.