La viscum-thérapie

la « viscumthérapie »

R. Steiner attira l’attention sur le fait que les tumeurs cancéreuses sont la marque d’une défaillance globale des forces formatrices de l’organisme. Il utilisa, avec la doctoresse Ita Wegman dès 1922, le gui dans le traitement du cancer (première et seule immunothérapie disponible à l’époque !).

De nombreuses études ont depuis lors été effectuées dans les centres hospitaliers universitaires, surtout dans le cadre de soins palliatifs : le VAF (viscum album fermenté ou ISKADOR) ne modifie bien sûr pas le pronostic de ces malades, mais augmente en moyenne de 50% leur durée de survie, tout en améliorant les conditions de celle-ci. C’est actuellement en Allemagne le médicament le plus couramment utilisé en cancérologie.

Le Gui, lauranthacée, plante dioïque primitive est un épiphyte (pas de racines = s’isole de la terre) hémiparasite des arbres, de symétrie radiaire parfaite, qui fleuri l’hiver (à contre-saison, comme le Houx et l’Hellébore). Pour le biochimiste, il contient des alcaloïdes, saponosides et viscotoxines : substances à la fois cytostatiques et immuno-stimulantes.

Il est utilisé après fermentation et ultracentrifugation (Iscador) et classé en différentes sortes, selon l’arbre qui le porte. Ainsi on distingue :

  • VAF Quercus (le gui du chène) …  tumeurs de l’homme
  • VAF Mali (le gui du pommier) … tumeurs de la femme jeune
  • VAF Abiestis (le gui du sapin) … tumeurs ORL
  • VAF Pini (le gui du pin) … la femme ménopausée, leucémies et lymphomes (+ Hg)
  • VAF Ulmi (le gui de l’orme) …  tumeurs bronchiques (+ Hg)

 

Utilisé selon les indications de R. Steiner en séries de 7 injections, tous les 2 à 3 jours (selon la gravité du cas et l’état général du patient), en variant les concentrations :

  1. 0,1 microgramme / 1 microg / 10 microg = poussée de multiples verrues
  2. 10 microgr / 0,1 milligramme / 1 mgr = carcinome in situ, ou immunostimulation après exérèse
  3. 0,1 milligramme / 1 mgr. / 10 mgr = envahissement ganglionnaire
  4. 1 milligramme / 10 mgr / 20 mgr = métastases multiples.

Notre expérience le confirme comme ayant un effet dynamisant et euphorisant notable, surtout dans les concentrations faibles (10 microgr / 0,1 milligramme / 1 mgr), les injections plus concentrées (10 mgr / 20 mgr) fatiguant plus les malades (réactions thermiques parfois nettes) ont moins ma faveur. La biologie classique objective une augmentation nette des lymphocytes NK et des éosinophiles.

On choisit un gui de feuillu ou de conifère et on l’associe à des métaux en D6, selon l’âge, le sexe du patient et l’organe atteint :

  • Argentum …  tumeurs du rein et du système uro-génital
  • Mercurius vivus … tumeurs de l’intestin et du système lymphoïde
  • Cuprum  …  tumeurs du foie, de la VB, de l’estomac

Il faut envisager de 3 à 6 ans de traitement, en augmentant peu à peu la durée des pauses thérapeutiques entre les cycles. Le VAF ne doit pas être utilisé en cas d’hypertension intracrânienne ou de fièvre (plus de 38°).

Le bon effet du traitement est classiquement suivi à la « Lucas clinic » et « Ita Wegman clinic » par l’harmonisation des images des cristallisations sensibles (moins de vacuoles) et par l’amélioration du rapport Cuivre/Fer sérique.

 

N.B. A noter deux effets moins connu, mais tout aussi appréciables de la Viscum thérapie :

1/ hypotenseur et rajeunissant du système vasculaire (à utiliser alors en concentrations faibles uniquement).

2/ anti convulsivant/épileptique (démontré par P. Henry en 1960).

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.