Lachesis mutus

 

Lachesis mutus

Venin du groupe du Germanium

«  Les revanches à prendre « 

 

Toxicologie : venin de serpent d’action vasopressive et neurotoxique. Action remarquable par vulnérabilité des fonctions bulbaires (sous cortex = poumon) : 
— hyper-esthésie tactile et les paroxysmes vasomoteurs, la sympathicotonie alternant avec la vagotomie (phases d’excitation et de dépression),
— l’excitation cérébrale et la susceptibilité affective (avec crainte du sommeil).


Problématique : Remède de réparation des grands traumatismes (indifférence, répression, viol, mutilation ….). Sa quête d’identité (Tuberculinisme + Sycose) est vécue dans l’inconfort et l’excitabilité (agitation et insomnie, susceptibilité, jalousie, logorrhée, claustrophobie, tendance à l’alcoolisme …).


Psyché : Il (elle) joue sa survie pour toute chose ! 
Exister = les revanches à prendre (par soi-même ou par personne interposée) sur les occasions perdues : 
— l’adolescente rancunière qui ne supporte pas l’indifférence et s’oppose aux parents. Elle finit par ne plus croire en elle, ni en rien, 
— l’épouse jalouse : ironique ou querelleuse, elle teste le seuil de tolérance de l’entourage (manipulatrice ?), 
— la ménopausée : critique, elle a besoin de dialoguer, sinon elle étouffe !


alt   


Soma :

1 – l’agitation et l’excitation sont aussi physiques : 
— contractions à la gorge, la loquacité est extrême : Lachesis bégaie ! 
— les spasmes par hyperesthésie : crampes, convulsions, chorée, épilepsie.

2 – les congestions hémorragipares 
— la peau est froide et pourtant ses troubles vasomoteurs « brûlants » couvrent l’ensemble du corps : migraines ++ , congestion céphalique avec pulsations, palpitations et bouffées de chaleur (hyperfolliculinisme) 
— atteintes veineuses (ulcères variqueux), hématomes et purpura par hypo-coagulation.

3 – l’irritation inflammatoire des muqueuses oculaires, ORL et pulmonaires : langue crevassée, aphtes, pharyngite (aphonie), angine (latéralité gauche) et troubles respiratoires (toux d’irritation paroxystique, jusqu’à la suffocation).


Modalités :

  • aggravé(e) par la chaleur, avant les règles, après le sommeil
  • amélioré(e) par les écoulements, le soir, au grand air.
A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.