L’adolescent

   L’adolescent : enfant périmé, faux adulte ?!

« Ce n’est pas facile de grandir » (J. Barbancey). La puberté va réactualiser ce qui n’a pas été réglé au niveau des stades pulsionnels et se dérouler sur plusieurs années, comme une grande crise identitaire, avec des manifestation hystériformes … le jeune fait tout pour attirer l’attention sur lui. La crise « d’originalité juvénile » (ou « âge bête ») se dénoue quand il y a accoutumance au réel.

Il y a ambivalence vis à vis des modèles parentaux. L’adolescent questionne l’adulte pour trouver sa place (être en sécurité ?) : besoin de repères (attention aux contradictions et aux failles). Problème vif de notre société = le manque de disponibilité à la décharge affective (comme du lait sur le feu : à surveiller sans cesse, mais laisser libre).

« L’inquiétude, l’anxiété et l’angoisse sont les trois degrés d’un même état » (dictionnaire Littré), en fait ce sont les symptômes d’une mauvaise adaptation émotionnelle aux diverses contraintes de la vie et pouvant déboucher sur des troubles psychosomatiques graves.  Quelques remèdes homéopathiques ont ces symptômes au plus haut niveau :

Phosphorus (et les autres tuberculiniques)   2 stades :

  1. hyper excitation sensorielle, musculaire, viscérale, avec angoisse métaphysique, expression tendue, anxieuse, cyclique. Quand le tonus fléchit, utiliser conjointement : Calcarea phos. et Kalium phos. ou même parfois Tuberculinum (le nosode du pôle poumon).
  2. asthénie psychologique et physique, apraxie, réactivité dégringolante, évolution vers Phosphoricum acid.

Natrum muriaticum         Le besoin d’affection se traduit par une opposition permanente : introverti, mutisme ++, le remède a alors besoin de ses régleurs dysneurotoniques :

  • Ambra grisea (na) … émotif,
  • Cyclamen (na) … anorexique,
  • Ignatia amara (na) … décue,
  • Staphysagria (na) … rancune, mauvais souvenirs, veut se venger…
  • ou Chamomilla (na) …capricieux, irrité et irritant, allant jusqu’aux troubles fonctionnels.

Demoiselle

ou encore :

  • Lycopodium … refuse la société de consommation, besoin de pureté, de justice… il va s’engager, si c’est la mode ! Il valide son action dans un groupe d’opposition … « va à la soupe » après.
  • Sepia  (mg) … remède typique du scénario sans joie : « se force pour tout ».
  • Silicea … hypersensible et têtu : timide avec des phantasmes de domination !

Phytothérapie : appuyez-vous surtout sur le choix proposé par le BNS du jeune patient, exemples de plantes sédatives et inductrices du sommeil : Avoine, Tilleul, Houblon, Fleur d’oranger, Passiflore, Valeriane …

Organothérapie / Sérothérapie :     Tous les organes peuvent jouer, mais pensez en particulier à :

  • Cerebrum compositum    troubles neurovégétatifs, insomnie
  • Poumon … la tristesse, jusqu’à la mélancolie
  • Myocarde … le surmenage, des suites de maladie infectieuse
  • Rein + Surrénales … l’agressivité ou le manque de volonté, la dépression, les « coups de pompe »

Oligo-éléments :

  • Manganèse … anxiété, agitation, irritabilité
  • Manganèse-Cuivre … pessimisme, instabilité, troubles de l’attention
  • Manganèse-Cobalt … angoisses, phobie, impatience
  • Cuivre-Or-Argent … désintérêt général, dépression
  • Zinc-Cuivre + Lithium … cyclothymie
A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.