Le drainage humoral

LE DRAINAGE HUMORAL par Carole Bertrand-Vivier et André Girard

1 – HISTORIQUE

Le système circulatoire lymphatique fut au cours des siècles, en occident, le plus méconnus des systèmes de l’organisme. Les hébreux semblaient connaître l’importance des ganglions lymphatiques et leurs relations avec le système de défense de l’organisme. Mais il fallut attendre 1652 pour que le physiologiste Thomas Bartholin démontre l’existence organisée de la circulation lymphatique.

Puis, en 1883, l’anatomiste français Sappey dressa de façon magistrale le grand atlas de la circulation lymphatique. En 1912, Alexis Carrel obtenait le prix Nobel de médecine pour ses travaux sur la régénération cellulaire montrant le rôle fondamental de la lymphe sur les tissus vivants.

Cette découverte essentielle donna à penser 20 ans plus tard, au Dr Emile Vodder, et il met au point une méthode subtile et intelligente dite de drainage lymphatique manuel, permettant de :

  • Renouveler la lymphe dans les tissus,
  • Chasser les déchets,
  • Détoxiner,
  • Stimuler nos défenses immunitaires.

Une autre méthode plus récente mise au point par Teddy Sitruk et Gérard Smadja donne aussi d’excellents résultats. Celle que je vous enseigne complétée d’une approche digito-pression d’où le nom de drainage HUMORAL lympho-énergétique a été crée par André Girard et moi- même. Méthode très adaptée à une pratique naturopathique à visée détoxinante et circulatoire.

2 – PHYSIOLOGIE

ORGANISATION DES LIQUIDES DANS L’ORGANISME :

Pour bien comprendre la situation et le rôle du système circulatoire lymphatique, et par là même l’action manuelle que l’on peut y apporter, il est nécessaire de faire le rappel des systèmes liquidiens dans le corps, compte tenu du fait qu’à un certain niveau de leurs trajets, ces liquides se rejoignent et concourent au concept de l’Unité du corps.

L’eau corporelle totale chez un individu de 72 kg égale à plus ou moins 42 litres soit 58 % (il s’agit du sang, de la lymphe, des liquides intra et extracellulaires). Ces liquides sont constamment renouvelés. La vie des tissus, organes et fonctions du corps dépend de façon primordiale de l’apport en substances nutritives et aussi de l’évacuation des déchets qui résultent de l’activité cellulaire. Ces différentes fonctions sont assurées par le sang et la lymphe.

Il existe trois systèmes circulatoires : système circulatoire artériel, le système circulatoire veineux (dit de retour) et le système circulatoire lymphatique. Le cœur et les vaisseaux sanguins sont les supports mécaniques de la circulation constante du sang à travers tout l’organisme. Le sang est pompé par le cœur vers les artères, puis vers les capillaires (microcirculation) jusqu’aux extrémités, ensuite il retourne au cœur par les veines.

LE CŒUR :

C’est un organe musculaire creux. Il est divisé en deux parties par une cloison ou septum : Une partie droite et une gauche qui ne communiquent pas entre elles. Chaque moitié comprend deux parties :

  • Une supérieure, l’oreillette
  • Une inférieure, le ventricule

L’ouverture entre chaque oreillette et le ventricule est gardée par une valve qui permet au sang de s’écouler de l’oreillette vers le ventricule et empêche tout reflux de sang dans la direction opposée.

CIRCULATION DU SANG A TRAVERS LE CŒUR :

Le sang des veines de la tête, du cou et des membres supérieurs pénètre dans l’oreillette droite par la veine cave supérieure.

Le sang du tronc et des membres inférieurs pénètre au cœur par la veine cave inférieure, puis il passe dans le ventricule droit à travers l’orifice auriculo-ventriculaire, celui-ci gardé par la valvule tricuspide, puis le sang quitte le ventricule droit par l’artère pulmonaire et gagne les capillaires des poumons, se décharge en CO2 (gaz carbonique) se ré-oxygène et gagne ensuite les 4 grandes veines pulmonaires qui s’abouchent dans l’oreillette gauche.

L’orifice auriculo-ventriculaire gauche est gardé par la valvule mitrale, le sang quitte ensuite le ventricule gauche par la plus grande artère du corps : L’Aorte.

LES VAISSEAUX LYMPHATIQUES :

La lymphe est le liquide nourricier des tissus. Elle répare, fabrique, participe à la défense de l’organisme. Elle est présente dans tous les tissus (sauf le tissu nerveux), elle draine les déchets cellulaires par les conduits lymphatiques et absorbe les corps gras. Elle est blanche ou transparente. Son volume est d’environ 16 % du poids du corps soit 10 litres environ.

Sa circulation dans l’organisme est lente car ralentie par un certain nombre de facteurs :

  • Le sommeil (œdèmes matinaux, poches sous les yeux)
  • L’absence de contractions musculaires actives (immobilisme)
  • Le froid
  • La fatigue, la tension nerveuse, la maladie, les suites opératoires…

Les échanges entre le sang et la lymphe se font au niveau de la micro-circulation, c’est-à-dire des capillaires par le phénomène d’osmose (passage réciproque de deux liquides à travers une membrane semi-perméable qui les sépare).

  • Une porte d’entrée = capillaires artériels
  • Deux portes de sortie = capillaires veineux et lymphatiques

Dans son cheminement la lymphe à l’intérieur des canaux aboutit de proche en proche aux canaux lymphatiques terminaux qui sont :

 

  • Le canal thoracique (il mesure environ 40 cm de long). Commençant à la Citerne de Pecquet, ce sont les vaisseaux lymphatiques des membres inférieurs et du contenu de la cavité abdominale qui y déversent leur lymphe. Le canal thoracique remonte ensuite le long du côté gauche des vertèbres thoraciques et se termine en se jetant dans le tronc veineux brachio-céphalique gauche à la base du cou. Avant sa terminaison, il est rejoint par les lymphatiques du bras gauche et du côté gauche de la tête et du cou.
  • La grande veine lymphatique : La lymphe du côté droit de la tête, du cou, du bras droit et du côté droit de la paroi thoracique pénètre dans le tronc veineux brachio- céphalique droit, par la Grande Veine lymphatique.

Ces deux canaux rejoignent en final la circulation générale par l’intermédiaire des troncs brachio-céphaliques droit et gauche qui forment ensuite la veine cave supérieure. Elle-même s’abouchant ensuite à l’oreillette droite du cœur pour aller se régénérer au niveau pulmonaire. Ainsi, grâce au Canal Thoracique et à la Grande Veine lymphatique, la Totalité de la lymphe du corps retourne dans le sang par l’intermédiaire des troncs brachio-céphaliques droit et gauche qui forment ensuite la veine cave supérieure, elle-même s’abouchant à l’oreillette droite du cœur. La boucle « est bouclée » et l’Unité circulatoire réalisée.

Il existe donc une circulation permanente de lymphe des capillaires, vers les espaces tissulaires, puis de nouveau dans le courant sanguin.

– La Citerne le Pecquet est située en regard de L1/L2 (première et deuxième lombaire), à droite de l’aorte abdominale et s’étend en profondeur dans l’épigastre.

Le système circulatoire lymphatique draine le liquide interstitiel. Lorsqu’il pénètre dans les vaisseaux lymphatiques, il change de nom et s’appelle alors la lymphe. Le réseau lymphatique est impressionnant par son organisation et sa structure, les vaisseaux sont munis de valves comme celles que l’on retrouve dans les veines empêchant ainsi un écoulement rétrograde de la lymphe.

En résumé :

Toute perturbation du système lymphatique entrainera un ralentissement de la circulation de retour, à l’évacuation des déchets et un ralentissement des échanges cellulaires.

Les trois circulations sont solidaires, si l’une d’entre elles est altérée, les deux autres en subiront les effets.

 

3 – INDICATIONS DU DRAINAGE LYMPHATIQUE : INDICATION MEDICALES (sur prescription)

  • post-traumatiques ou chirurgicaux
  • d’origine rhumatismale
  • à la suite de stases veineuses
  • du système nerveux
  • à la suite d’infections ORL et dentaires
  • en pédiatrie
  • liés aux maladies internes
  • dermatologiques
  • en gériatrieESTHETIQUES :
  • Nettoyage de la peau en profondeur
  • Rides, ridules
  • Poches sous les yeux
  • Vieillissement de la peau
  • Cuir chevelu, perte de cheveux
  • Buste
  • Bourrelets
  • Cellulite, culotte de cheval, surcharge pondérale
  • Jambes lourdesREVITALISATION BIEN-ETRE :
  • Régénération tissulaire
  • Revitalisation cellulaire naturelle
  • Action antistress et antifatigue
  • Rajeunissement du corps
  • Action préventive des troubles circulatoires
  • Amélioration de la mémoire, des fonctions métaboliques et immunitaires de défense.

 

 

4 – CONTRE INDICATION DU DRAINAGE LYMPHATIQUE :

      • Les troubles du rythme cardiaque et les accidents récents : infarctus du myocarde, angine de poitrine
      • Les troubles circulatoires majeurs : phlébite, varices très développées, les ulcères variqueux
      • Toutes zones du corps purulentes ou suppurantes
      • La grossesse

 

5 – CHRONOLOGIE DES MANŒUVRES (le document est donné aux stagiaires) :

 

  1. Pompages ganglionnaires
  2. Drainages ou Manœuvres d’Appel (Aller)
  3. Foulage ou Manœuvres de Retour
  4. Pompages ganglionnaires (fin de manœuvres)

 

6 – TRAITEMENTS :

Les huiles essentielles peuvent être utilisées pour parfaire un drainage lymphatique. Elles sont diluées avec une huile de première pression à froid (sésame, blé, amande douce…) :

    • Action CIRCULATOIRE : Cyprès, Genévrier, Sauge
    • Action DRAINANTE : Citron, Marjolaine ou Origan, Thym ou Térébenthine
    • Action RESPIRATOIRE : Eucalyptus, Niaouli, Thym
    • Action URO-GENITALE : Cajeput, Ciste, Santal
    • Action RELAXANTE et CALMANTE : Verveine de Chine, Hysope, Origan
    • Action STIMULANTE : Sarriette, Muscade, Menthe
    • Action ANTI-RHUMATISMALE : Lavande, Genièvre, Romarin
A propos de l'auteur
Carole BERTRAND

Psycho-Somatothérapeute – Thérapie analytique et psycho-corporelle
Membre titulaire de la Fédération Française de psycho-somatothérapie et Somatothérapie (FF2S)
Naturopathe – Membre de l’Union des Praticiens de Santé Naturopathes (UPSN)