Le Fer

Le FER


C’est un élément capital pour le transport de l’oxygène dans le sang (l’ion fer est placé au centre de chaque molécule d’hémoglobine). 

Le fer est aussi un catalyseur impliqué dans une multitude de réactions enzymatiques. Il est ainsi important dans le fonctionnement du système nerveux et de la défense immunitaire.

Le fer est absorbé au niveau de l’estomac (cf. l’anémie de Biermer, maladie où un auto-anticorps en bloque l’absorption), où il est lié à la Transferrine pour être dirigé vers les organes utilisateurs et plus particulièrement le foie. C’est d’ailleurs une hormone d’origine hépatique qui régule cette absorption. L’équipe du Professeur A. Kahn, de l’hôpital Bichat, vient de mettre en évidence une hormone d’origine hépatique : l’hepcidine, un peptide de 25 acides aminés, qui inhibe l’absorption du fer dans les entérocytes. Les souris traitées avec cette hormone meurent d’anémie en quelques heures, alors que d’autres qui en sont privées développent une hémochromatose (maladie de l’excès de fer).

La dégradation des globules rouges donne un fer plasmatique, excrété par la bile, récupéré par l’intestin puis ré-intégré à l’hémoglobine dans la moëlle osseuse en présence de cuivre.

Le dosage de la ferritine permet d’évaluer les réserves utilisables en fer. Il faut parfois plusieurs mois pour remonter un taux de fer bas.

* Une carence en fer est une des plus répandues, elle provoque une anémie. Les besoins quotidiens de l’organisme en Fer sont de 14 mg. (AJR), pour équilibrer les pertes qui sont essentiellement digestives ou génitales (l’anémie est fréquente chez la femme en période d’activité génitale : règles trop abondantes, trop rapprochées …). Les besoins sont également augmentés lors de la grossesse.

* Un excès de fer favorise la production de radicaux libres, notamment au niveau du cœur, du pancréas et du foie, comme dans l’hémochromatose héréditaire. Cette dernière affection qui se manifeste par une cirrhose, un diabète et des arthralgies, est liée à l’existence d’une mutation ponctuelle du gène Hfe-1. Elle est très fréquente puisqu’elle touche une personne sur trois cents en Europe.

Cliniquement, nous pouvions nous en douter, devant l’échec patent de nombreux traitements ferriques, alors que les BNS signalaient une dysfonction hépatique importante. D’ailleurs en MTC, il est dit que « le Foie thésaurise le sang« . Le choix d’une plante hépatotrope ou d’un complexe organothérapique adapté, permet le meilleur stockage de ces apports de fer exogène. Personnellement, je conseille la viande rouge, le boudin noir et la Spiruline (pour les végétariens), les spécialités pharmaceutiques ayant plus d’effets secondaires et n’étant pas plus efficaces !

FerVégétal

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry

Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur.
Auteur d’une dizaine d’ouvrages, il coordonne l’enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l’aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.